Skip to main content

Full text of "Recueil de généalogies vaudoises"

See other formats


NIL 



ALLEN COUNTY PUBLIC LIBR ARY 



833 01153 0430 



Gc 

929.131 
Sol3r 
v. 2 



575 



RHYNOLDS HI^TORlCAL 
GENEALOGY COLLECTION 



Digitized by 


the Internet Archive 






in 2014 







http://archive.org/details/recueildegenealo02soci 



EPRt WAYNEi in 



COMITÉ DE LA SOCIÉTÉ V1UDOISE DE GÉNÉALOGIE 



H. de Mandrot, Président, La Sarraz. 

G. A. Piguet, Secrétaire, Valentin l\2, Lausanne; 

Th. Cornaz, Trésorier. Razude, Lausanne. 

G. A. Bugnion, Grand-Chêne, Lausanne. -'va^'/j 

E. du Plessis, Avenue Druey, Lausanne. 

M. de Palézieux-du Pan, La Doge s/Vevey. 

A. Vuilleumier, pasteur, Ass.ens. 

Fernand Tavel, ingénieur, Avenue d'Ouchy, Lausanne. 

Maxime Reymond, rédacteur, Lausanne. 

William Gharrière de Sévery, Valency, Lausanne. 



Extrait des statuts. 

[i ■ - • ■ 

i Art. 6. Le secrétaire, ou une personne choisie par le Comité, tiendra les 
pièces des archives à la disposition des membres de l'association, moyennant 
reçu, et il veillera à leur rentrée. Un règlement fixera* (es conditions dans les- 
quelles se feront ces communications. 

i.. i Art. 11. La cotisation annuelle est fixée à 6 francs (six). Un sociétaire 
peut sè libérer à vie de la cotisation par un versement, qui est fixé actuelle- 
'nientà 100 fran es (cent). Les publications de la Société seront remises à moitié 
•prix à ceux qui en font partie. 

Art. 12. Pour demander l'entrée dans la Société, il faut être présenté par 
deux membres, l'admission est soumise au vote de l'assemblée. Les dames, les 
Suisses d'autres cantons et les étrangers à la Suisse peuvent en faire partie. 



Conditions de souscription 
au Recueil de Généalogies vaudoises. 

Le prix de souscription aux cinq premiers fascicules formant le tome I er &J- 
est de 6 fr. par fascicule, payables contre remboursement à la réception de ■% 
chacun d'eux. On ne peut s'engager pour moins de cinq fascicules. 

Ce prix est réduit de moitié pour les membres de la Société. 

Adresser les souscriptions à Georges Bridel & C ie éditeurs, rue de la 
Louve, 6, Lausanne. 



\ 



DE BONS 



o 

\ 

\ 

M 

On 



\ 
1 

c 
\ 

s 



GEN. VAUD. 1 



il 




Notice de la famille existant à Bons en Savoie au xm e siècle et les branches qui en 
descendent. 




de sinople, issant de la pointe. 
Cimier : Un cerf issant d'or. 



Armes: D'azur au cerf passant d'or. 

Variante : D'azur au cerf élancé d'or, sur un mont de trois coupeaux 



Originaire de la paroisse de Bons, au pied du Voiron, en Savoie. La 
seigneurie de Bons appartenait aux comtes de Savoie. La famille dont 
suit la généalogie prit pour nom patronymique celui de la localité où elle 
résidait et où elle exerça apparemment quelque office. Les donzels de 
Bons y possédaient des censés, des rentes féodales et des fiefs, ainsi 
qu'en font foi des actes du 12 décembre 1200. 

Amédée VIII de Savoie érige en fief noble différentes propriétés ou 
revenus appartenant à Jean de Bons (2) en 1424. 

Il existe d'autres familles de Bons mentionnées dans divers actes. 
Celle qui fait l'objet de la présente notice se dispersa dans le temps qui 
suivit la Réformation. 

1° La branche ainée se fixa à Genève (A) et y donna naissance à trois 
rameaux, qui s'établirent à Bréda en Hollande (D), à Farges au Pays de 
Gex (E) et à Lausanne (F). Le chef de cette branche est Anselme (10), 
fils de Claude (7) qui naquit vers 1547. Elle s'éteignit à la XIV e généra- 
tion. 

2° La branche demeurée en Savoie, qui remonte à Jaques (13), fils 
du même Claude (7), s'éteignit à la vin génération. 

3° La branche de Cossonay (B), qui remonte à Claude-Hippolyte (11), 
s'éteignit à la x 1 ' génération. 



132 



DE BONS 



4° La branche de Saint-Maurice (C), qui se divisa eu trois rameaux 
et qui subsistait encore jusqu'à la fin de 1912 en Valais, descend de 
Nicolas (12). 

Les lettres majuscules en marge indiquent ces différentes branches. 

Bourgeoisies : Genève, Thonon, Cossonay, Verney, Lausanne, Saint- 
Maurice. 

Sources : Origine et généalogie de la famille De Bons, par M. Gh.- 
L. de Bons, 1864, Siou. — Notes de Du Mont : Mém. et Doc., Galiffe, 
A. de Foras. 

Les anciennes généalogies ne font aucune mention des femmes. 

Nous n'avons pas indiqué dans cette notice les individus dont il est 
fait mention dans de nombreux actes cités par Gh.-L. de Bons et d'au- 
tres relevés par Du Mont. 

Vénérable et Religieux Messire Jean de Bons, prieur du Monastère de 
Saint-Maire de Lausanne. Le 28 janvier 1338, il aberge à son neveu 
Amédée, fils de feu Jaques de Bons, frère du dit prieur, des biens si- 
tués probablement aux environs de Bons. 

I 1. Noble Jaques de Bons était mort avant 1338; son fils 

II 1 bis. Amed ou Amédée, mentionné dans des titres relatifs à son 
fils Jean (2). 

De Amed (1) et de 

III 2. Jean, vivait à Bons en 1393, qualifié a domicellus », il est autorisé 
en 1420 à faire construire une chapelle dans l'église de Bons. Testa en 
1454; ses enfants furent Pierre et Oddo (3-4) qui partagent les biens 
de leur père par acte du 7 octobre 1456. 

De Jean (2) et de 

IV 3. Pierre, reconnaît l'hommage personnel noble dû au comte de Sa- 
voie, en 1453. Il eut un fils, Claude (5). 

4. Oddo, châtelain de Vezy en 1466. D'après M. Galiffe, de cet Oddo 
ou Oddon descendent probablement Oddon de Bons, reçu bourgeois de 
Genève le 27 octobre 1514, libraire, ainsi que Pierre, fils d'Oddon, et 
Jean, fils de Pierre. 

De Pierre (3) et de 

V 5. Claude. Il testa le 13 avril 1513. Enseveli dans l'église de Bons ; 
témoin de l'assignat de P. de Duyn en faveur de sa femme, fait à Bons 



DE BONS 



133 



le 30 mai 1486 (Millioud, Bex) ; il épousa Noble Françoise de Pelli- 
cris { , dont il eut Pierre, Claude II, Boniface et Louis (6-9) et 3 filles : 
Perronette, Jeanne, Nicola 

De Claude (5) et de Françoise de Pellicris : 

6. Pierre, notaire, cité, ainsi que ses frères, en 1544, 1574, 1576 
dans des actes de reconnaissances de partages et prestation d'hommage 
à LL. Excellences de Berne et au duc Ch. -Emmanuel de Savoie ; épousa 
Piiilippa de Benevy, dont il eut, d'après son testament du 24 avril 
1574, Marguerite, Marie, Catherine, François, Gabriel-Louis et Hélie. 

7. Claude, épousa par contrat du 13 décembre 1546 Noble Cathe- 
rine de Pougny -, fille de Nicod, au Pays de Gex. Il eut sept fils :! : 
Anselme; Claude-Hippolyte ; Nicolas; Jaques; François; Jean-François; 
Claude (10-16) et une fille: Anne. Claude lesta le 31 octobre 1567, 
son épouse vivait encore en 1590. 

8. Boniface, épousa le 18 novembre 1550 Claude- Antoinette de 
la Grave, fille de feu Noble François, en la paroisse de Chancy, dont 
il eut deux fils, François et Claude, que le duc Emmanuel-Philibert de 
Savoie dota de 20 écus de r pension, pour les entretenir à « l'escole et 
aultrement » le 25 avril 1568. 

9. Louis, mentionné avec ses frères. Vivait encore en 1544. 

De Claude (7) et de Catherine de Pougny : 

10. Anselme, dont la descendance s'est divisée en rameaux de Hol- 
lande, de Genève, de Farges et de Lausanne ; né vers 1547, mourut à 
Genève, rue de la Boulangerie, le 28 novembre 1614, à l'âge de 67 ans. 
Ayant embrassé la Réforme, ministre de la paroisse de Bons, il fut con- 
traint par les édits du duc Charles-Emmanuel de quitter le Chablais et 
alla vers 1585 se fixer à Genève. Il épousa en premières noces Clau- 
dine Dunant, fille de Noble Claude, de Saint-Cergues, et de Noble 
Jeanne de Mojonier (Mongenier) de Thonon, dont il eut deux enfants : 
François et Anne (17-18) ; en secondes noces, par contrat du 20 janvier 
1602, Marie de Bellkgarde, fille de Noble Jean, seigneur de Dis- 
dille, et de Noble Marie de Louvain, qui lui donna Clermonde, Charles, 

1 D'après Foras : Françoise lVlissicr, probablement des Nohlcs Pelissier de Ballcyson. 
Claude était châtelain de Langin en 1502. 

- D'après Foras : Catherine de Pousrntcr. Claude mort avant 1583. 

:1 Foras indique dans l'ordre suivant : Anselme; François; Claude-Hippolyte; Jaques; Jean- 
François; Nicolas. 



134 



DE BOiNS 



Amed, Pierre, Madeleine (19-23). Marie de Bellegarde tesla le 5 octobre 
1621 et mourut le 26 du même mois. 

11. Claude-Hippolyte, tige de la branche de Cossonay ; se fixa à 
Cossonay où il fut envoyé en septembre 1590 par LL. Excellences de 
Berne en qualité de châtelain. Par sa femme, Rose d'Aubonne, fille de 
Nicolas, il possédait en 1608 le fief de Goudray dépendant de Bavois. Il 
sollicita le 25 septembre 1603 la bourgeoisie de Cossonay, qui ne lui fut 
pas accordée; il l'obtient à Berne, mais le Conseil local en 1612 ne voulut 
pas le reconnaître; il s'en plaignit sans succès en 1615; ayant cessé 
d'être châtelain, il se retira à Bournens en 1610, mourut avant 1626. Il 
eut un fils, Christophe (24) et deux filles ; l'une, Françoise, mariée en 
1626 à Daillens à spectable Antoine Romay, ministre ; l'autre à Mon- 
sieur David Page, ministre de Cuarnens (1641). 

12. Nicolas, tige de la branche de Saint-Maurice, se fixa vers 1569 
à Thonon, où il fut reçu bourgeois en 1585. Il épousa Didière Sachet 1 
(Suchet). Ils eurent deux enfants, Claude et André (25-26). 

13. Jaques, épousa le 25 juin 1604 Axthoine du Crest. Demeure 
à Bons, sa veuve remariée y fut ensevelie le 31 janvier 1650. Leurs 
enfants sont Guérin, Adrienne, Claudine-Marie, Aymée ou Amédée, 
Anne (27-31). 

14. François. 

15. Jean-François, tué accidentellement dans une sortie nocturne le 
2 mai 1598, à l'âge de vingt-huit ans ; il testa en faveur de sa mère. 
Parrain à Nyon le 26 décembre 1591. 

16. Claude, enfant posthume; ce dont fait foi le testament de son 
père du 31 octobre 1567 et un acte de partage entre ses trois frères aînés 
et leur oncle maternel en 1574. 

Branche de Genève. 
De Anselme (10) et de Claudine Dunant, 1 er lit : 

VIII 17. François, né en 1573. Docteur en droit et professeur de droit à 
l'Académie de Genève en 1606 et de philosophie en 1608, reçut la bour- 
geoisie de Genève gratuitement le 28 novembre 1611, avec ses deux fils. 
Décédé le 21 décembre 1614. Il épousa, le 26 avril 1607, Catherine 
Pinelli, fille d'Antoine, de Gènes, professeur de droit, et de Catherine 
Gaudot (Godot). (Veuve, elle se remaria en 1618 avec Noble Claude de 

1 Morte avant 1626. 



DE BONS 



135 



Jouffroi, seigneur de Querane.) Ils eurent cinq enfants : Jaques, Marie, 
Françoise, André et Suzanne (32-36). 

18. Anne, née en 1582 f 13 janvier 1648, épousa par contrat du 7 
novembre 1603 Noble Marc Zobi, fils de Constantin, des Grisons, né 
en 1579 f 23 octobre 1621. 

De Anselme (10) et de Marie de Bellegarde, 2 e lit : 

19. Clermonde, née en 1604 f 23 octobre 1621. 

20. Charles, reçu bourgeois de Genève le 26 août 1626, épousa 
Alexandra Pyn de la Rue, fille de Louis, seigneur de Grézy, dont il 
eut Louis, né en novembre 1622, mort sans postérité. 

21. Amed, tige de la branche de Genève, de Farges et Lausanne, 
fut ministre de 1620 à 1626 à Farges, dont il acheta une partie de la sei- 
gneurie en 1650, à Châlons-sur-Saône dont il fut le dernier pasteur de 
1635 à 1640, à Gex de 1641 à 1647 ; il présida le Synode à Lyon en 
1648 et à Maringues en Auvergne, représenta la Bourgogne au Synode 
national d'Alençon en 1637. Il acquit des immeubles à Genève en 1648 
et 1649. La seigneurie de Farges fut conservée pendant près de deux 
cents ans dans sa descendance. Il testa le 2 mars 1651 et mourut le 14 
juillet 1652. Il épousa en premières noces, par contrat du 25 août 1617, 
Mye de la Maisonneuve, fille de Noble Jaques, citoyen de Genève; en 
secondes noces, par contrat du 16 novembre 1619, Jeanne de Livron, 
fille de Philippe et de Antoinette de Livron, de Tongin, Gex, dont il eut 
quatre enfants : Gabriel, Jean-François, Marie, Jeanne-Françoise (37- 
40) ; d'un troisième mariage avec Judith Vivot, qui testa étant 
veuve le 2 mai 1676 et vécut à Asserens entre Collonges et Farges, Ain, 
il eut : César, Samuel, Françoise, Dorothée, Suzanne, Gabrielle et 
Amed (41-43). 

22. Pierre, capitaine d'une compagnie dans le régiment du prince 
Thomas de Savoie, puis au service de France; capitaine-major des trou- 
pes que le Petit Conseil de Genève envoya au secours de Berne et de 
Zurich lors de la première guerre de Villmergen (1655). Il assista avec 
ses troupes au siège de Rapperswyl. Il épousa par contrat du 19 jan- 
vier 1634 Etiennette Morlot, fille de Noble Joseph, écuyer, seigneur 
de Bavois, et d'Anne de Coucault, dont il eut cinq enfants : Christophe, 
Elie, Pierre, Jaques, Louise (44-48). 

Il fut reçu gratuitement à la bourgeoisie de Genève avec ses quatre 



136 



DE BONS 



fils le 4 janvier 1650, nommé colonel et membre des Deux-Cents ; il 
mourut le 29 janvier 1675. 

23. Madeleine, femme en premières noces, le 4 septembre 1628, de 
Jean-Louis Bégoz, conseiller et bourgeois d'Aubonne, coseigneur de La 
Cliaux ; en secondes noces, le 5 décembre 1631, à Morges, de spectable 
Jehan Fevot, ministre à Morges, et en troisièmes noces de Noble Fer- 
réol Marquis, fils de Georges-Bernard, banderet de Morges, et de 
Françoise Grasset ; vivait en 1657 avec son mari. 

Branche de Cossonay. 
De Glaude-Hippolyte (11) et de Rose d'Aubonne : 

24. Christophe, épousa Anne Varnod, fille de feu Jonas, capitaine 
et conseiller de la ville de Neuchâtel, et d'Anthoinaz Peter, dont il eut un 
fils, Glaude-Hippolyte (49). Anne était veuve de Noble Micliel-Cathelin 
Gbarrière ; elle épousa à Grancy, le 5 novembre 1639, Egrège Jean- 
Denis Tissot, de Grancy. Suivant l'usage de l'époque, Christopbe obtint 
en 1636, du Conseil de Cossonay, permission de vendre vin les jours de 
foire. Les nobles de la ville tenaient parfois auberge ; Christophe com- 
pose avec le Conseil de Cossonay pour l'ohmgeld du vin qu'il a vendu. 

Branche de Saint-Maurice. 
De Nicolas (12) et de Didière Sachet : 

25. Claude, né vers 1589, vivait à Thonon en 1621, se fixa à Saint- 
Maurice postérieurement au mois de février 1621. Il fut reçu bourgeois 
le 1 er novembre 1625, épousa Louise Du Parc-Aymonet, veuve de 
Pierre Favrat, bourgeois de Saint-Maurice. Ils eurent sept enfants : 
Claude, Catherine, Louise, François, Nicolas, Louis, Pierre (50-56). 
Il vend ses biens à Bons le 10 mars 1650 à ses cousines germaines (29- 
31) et mourut le 12 février 1656 à l'âge de soixante-sept ans, et sa 
femme le 22 avril suivant, âgée de cinquante-six ans. 

26. André, habitait Thonon en 1615, eut une fille illégitime Claudine 
baptisée le 6 février 1615 à Thonon. 

Branche demeurée en Savoie. 
Dm Jaques (13) et d'Anthoine du Crhst : 

27. Guérin, né le 18 mai 1608, à Bons. 

28. Adrienne, née le 16 décembre 1612, religieuse, vint à Saint- 
Maurice, puis alla à Monthey le 9 août 1634. 



DE BONS 



137 



29. Claudine-Marie, née le 8 juillet 1617, baptisée à Bons le 30 jan- 
vier 1620. 

30. Aymée ou Amédée, épousa le 11 juin 1626 Noble Jean-Antoine 
Buffle, résidant à Bons ; elle fut ensevelie dans f église de ce lieu le 
16 mars 1679. 

31. Anne, épousa Noble Louis d'Orly (d'Orlié) et mourut à Bons le 
4 mars 1679. 

De François (17) et de Catherine PineLli : 

IX D 32. Jaques, né en 1608, s'établit à Bréda, lige du rameau de Hol- 
lande, où il fut probablement officier dans les troupes suisses au service 
des Etals généraux. Il y épousa Alice Vos de Roclinsaert, lille d'un 
capitaine, dont il eut un fils, François (57). 

33. Marie, née en 1609. 

34. Françoise, née en 1011. 

35. André, né en 1613 y 1614, 

36. Suzanne, lille posthume, née en avril 1615. 

De Amed (21) et de Jeanne de Livron, 2° lit : 

A 37. Gabriel. 

38. Jean-François, baptisé le 9 octobre 1622, étudiant à Genève en 
1638, avocat au Parlement, seigneur de Farges, délégué le 19 août 1665 
par Louis XIV à un Synode des Eglises réformées de France à Ser- 
gier (?). Il épousa, en Provence, Catherine de Cassot, fille d'Antoine, 
seigneur de Beaupoli, d'Arles. Il eut de cette alliance cinq enfants : Jean- 
François, Bartbélemy. Gabrielle, Marie, Adrienne (58-62) ; en secondes 
noces, par contrat du 10 février 1666, JeannE-Marie de Poncet, dont 
il eut Jeanne-Louise. Suzanne (63-64). Il lesta le 20 août 1670 et mou- 
rut le 10 janvier 1671 . 

39. Marie. 

40. Jeanne-Françoise, femme de spectable Jaques Clerc. 

De Amed (21) et de Judith Vivot (3° lit) : 

4L César, mort à dix ans en 1654. 
12. Samuel, qui vivait encore en 1671, 

43. Amed, avocat en 1G76, parait s'être retiré à Lausanne lois de la 
révocation de l'Edit de Nantes, venant d'Asserens au Pays de Gex. C est 
probablement lui qui reçut à Genève en 1688 un secours de S écus. 
blancs; chargé de famille, revenant de Suisse où il n'avait pu subsister, 

GÉN. VAUD. 1 1^ 



138 



DE BONS 



il reçoit à Genève 4 écus pour passer outre (Bordier, France protestante). 
Le registre des baptêmes de Lausanne contient les trois inscriptions sui- 
vantes : 

Louise-Esther, bapt. le 21 fév. 1686, fille ( de Amed de Bons, sei- 
Jean-Philippe, baptisé le 3 sept. 1688 j ^ ! gneur d'Asserens, et de 
Louis-Auguste, bapt. le 9 août 1692 J S ( D Ue DorothéedeBorsat. 
La destinée de ces enfants n'est pas connue. 

De Pierre (22) et d'Etiennette Morlot : 

44. Christophe, né vers 1639, mort à seize ans le 5 mars 1655. 

45. Elie, né vers 1644, épousa par contrat du 19 février 1684 Mar- 
guerite de Cambiague, fille de Noble Georges, conseiller d'Etat de Ge- 
nève, et de Julie de Pelissari, dont il eut une fille, Isabelle (65). 

46. Pierre. 

47. Jaques, épousa Judith Moine, dont il eut 1° Pierre, né le 26 
mai 1682 ; 2° Théodore. La descendance masculine de cette branche pa- 
rait s'être éteinte dans la personne de ces deux derniers enfants. 

48. Louise, se maria le 3 mars 1668 avec Noble Jaques Sarasin, 
né le 28 septembre 1631, mort le 19 mai 1696, capitaine, fils de Jean, 
syndic de Genève, et de Louise Stoër. 

De Christophe (24) et de Anne Varnod : 

49. Claude-Hippolyte, épousa Honorée-Elisabeth Guex, fille de 
Georges, notaire à Cossonay, châtelain de La Chaux. Reçu bourgeois 
de Cossonay en 1663, y tenait auberge en 1666, décédé le 13 décembre 
1675. Ils eurent trois enfants : Jean-Louis (66) ; Jeanne-Dorothée de 
Bons, qui épousa le 20 octobre 1691 à Grancy lion, et prudent Jacob 
Tissot, lieutenant, de Grancy ; Jeanne-Marie de Bons, probable- 
ment fille de Claude et d'Honorée Guex, qui se maria à Cuarnens le 
22 octobre 1694 avec Discret Michel Guyaz, opérateur et chirurgien. 
Elisabeth Guex, veuve, se remaria le 23 mai 1676 à Cuarnens avec 
Etienne David, de Saint-Denis. 

De Claude (25) et de Louise du Parc-Aymonet : 

50. Claude, né le H novembre 1626, décédé le 13 juillet 1646. 

51. Catherine, née le 25 novembre 1628, décédée le 21 janvier 
1651 ; épousa, le 12 janvier 1649, Bernard Vallon. 

52. Louise, née le 7 septembre 1631, mariée le 3 juin 1652 à Ja- 
ques Rappet ; elle vivait encore le 10 janvier 1663. 



DE BONS 



139 



53. François, né le 7 février 1635. 

54. Nicolas, né le 20 février 1637, mort le 5 mars suivant. 

55. Louis, né le 16 mars 16J8 ; syndic de Saint-Maurice en 1664 et 
1702, assesseur en 1712, reçu habitant à Sion en 1696, testa le 4 mai 
1717, mourut le 24 octobre 1719 à Saint-Maurice. Il avait épousé, par 
contrat du 15 septembre 1658, Marie Morisod, fille de Pierre, de 
Saint-Maurice, morte le 8 janvier 1668. Ils eurent treize enfants : Marie, 
Joseph-Marie, Louise, Claude, Jaques, Charles, Marie-Maurisa, Jean- 
Gaspard, Jean-François, Jaques, Alexis, Anne-Marie, Sara-Marie (67- 
79). 

56. Pierre, né le 1 er septembre 1647. 

Branche de Hollande. 
De Jaques (32) et de Alice Vos de Roclinsaert : 

X D 57. François, né le 28 décembre 1639 à Bréda ; devint bourgmestre 
de la ville, receveur des contributions et commissaire des guerres. Il 
épousa Agnès-Odelia Bruce, d'Ecosse, et a eu pour fils André (80). 

Branche de Far g es. 
De Jean-François (38) et de Catherine de Cassot, 1 er lit : 

E 58. Jean-François, écuyer, seigneur de Farges, embrasse la car- 

rière des armes, reçu habitant de Lausanne en 1676, naturalisé citoyen 
le 21 mars 1691, acquit le 25 mai suivant la bourgeoisie de Verney, ter- 
ritoire de Bursins, village aujourd'hui détruit. En 1701, capitaine au ser- 
vice de France ; il épousa en premières noces, par contrat du 22 juin 
1677, Louise de Poncet, de Pitigny au Pays de Gex. qui lui donna 
sept enfants : Pierre, Jean-Louis, Marie, Louise-Marie, Judith-Catherine, 
Louise-Françoise, Marguerite (81-87) ; en secondes noces, avant 1710, 
Euphrosine Fischer. Il testa le 24 février 1714 et mourut en juin de 
la même année. 

f 1 59. Barthélémy, né le 19 avril 1660, écuyer, seigneur de Vernand, 

s'établit à Lausanne où il épousa Judith - Catherine Mestral des 
Vaux, fille de Marc, conseiller de Lausanne, seigneur de Corsier, et de 
Louise Crousaz. Il acquit la bourgeoisie avec ses trois fils, le 26 novembre 
1688. Sont nés de ce mariage quatre enfants : Jean-Louis, Pierre-Louis, 
Samuel, Jeanne-Louise (88-91). Barthélémy acquit Vernand-dessous en 
1684. Sa veuve apporta ce fief à son second époux. Balthazard Mazars 
de Camarès, bourgeois de Rolle (Martignier et de Crousaz). 



140 



DE BONS 



60. Gabrielle, épousa le 26 juillet 1672 à Snconnex Marc-Antoine 
Blo.ndel, fils de Jean, de Genève, el de Françoise de Malouan (ou Mal- 
vano). 

61. Marie, épousa le 12 juillet 1669 Jean-Antoine Comparet, no- 
taire à Genève, fils de Jean et de Catherine Levrat. Elle testa le 3 mars 
1705 en faveur de ses nièces Marie (83) et Marguerite (87) et institua 
pour son héritier universel son frère Jean-François (5S). 

62. Adrienne, épousa Marc Talent, en procès avec Barthélémy 
(59), sentence du 7 juillet 1691 pour la succession paternelle. 

De Jean-François (38) et de Jeanne-Marie de Poncet, 2 e lit : 

63. Jeanne-Louise, épousa par contrat du 19 janvier 1684 Noble 
Jean-François Roulpii, de Varicourt. 

64. Suzanne, épousa, par contrat du 7 août 1685, Noble Nicolas 
Roulpii, de Varicourt. 

De Elie (45) et de Marguerite de Cambiague : 

65. Isabelle, épousa Noble Bernard de Budé, comte de Montréal, 
seigneur de Ferney, né en 1676 -J- 1755 ; testa le 29 octobre 1707. 

De Claude-Hippolyte (49) et d'Honorée-Elisabetii Guex : 

B 66. Jean-Louis, emprunta le 23 mars 1696, du Conseil de Cossonay, 
150 llorins pour un voyage en Hollande. Il reparait en juillet 1702 
comme bourgeois de Cossonay. 

De Louis (55) et de Marie Morisot : 

C 67. Marie, née le 24 août 1659, vivait encore en 1699. 
6S. Joseph-Marie, né le 19 mars 1661. 

69. Louis, né le 19 février 1662, syndic de Saint-Maurice en 1694, 
épousa par contrat du 19 juin 1691 Anne-Cati ierine Détago, fille de 
Noble Nicolas, châtelain de Salvan, lieutenant gouvernai de Saint-Mau- 
rice, el de Noble Pélronille du Fay ; décédé le 28 juillet 1717. 

70. Claude, né le 14 février 1666, mort étudiant à Fribourg le 6 
juillet 1680. 

71. Jaques, né le 10 mai 1668. 

72. Charles, né le 29 avril 1669. décédé le nov. 16X5 ' 

73. Marie-Maurisa, née le 29 avril 1669, décédée le 27 jumeaux, 
juillet 1682. * 

74. Jean-Gaspard, né le 4 juillet 1671, novice à l'abbaye de Saint- 



DE BONS 



141 



Maurice en 1704, testa le 6 septembre 1705. Procureur en 1710, recteur 
de l'hôpital de Saint-Jaques de 1719-1723, mort en 1725. 

75. Jean-François, né le 23 avril 1674. 

76. Jaques, né le 4 décembre 1676, f 1676. 

77. Alexis, né le 5 septembre 1680, naturalisé Valaisan par lettres 
patentes de la Diète du 21 décembre 1721 ; épousa le 25 janvier 1712 
Marguerite Défago, fille de Noble Gaspard-Antoine, lieutenant-gouver- 
nal, et de Anne-Marthe de Montheys, veuve de Monsieur Voluz. Il fut 
conseiller et syndic et mourut le 6 octobre 1727. Survivant à sa femme, 
décédée le 24 décembre 1718. Ils eurent quatre enfants : Anne-Marie, 
Anne-Catherine, Charles-Louis-Joseph, Anne-Marie-Marguerite (92-95). 

78. Anne-Marie, mentionnée le 28 janvier 1680. 

79. Sara-Marie, épousa le 6 juillet 1682 Maurice-Hildeprand 
Oddet, fils de Peterman, syndic de Saint-Maurice. Elle mourut le 19 oc- 
tobre 1715. 

De François (57) et de Agnès-Odelia Bruce : 

XI D 80. André, né le 30 janvier 1687, bourgmestre de Bréda ; il eut les 
mêmes emplois que son père ; épousa Hexriette-Isabelle Le Sage, 
dont il eut deux fils et cinq filles : François-Benjamin, André (96-97). 
Une de ses filles avait épousé le colonel van Logan, commandant de la 
ville de Hubst ; une autre le colonel de cavalerie Kempe ; la troisième, 
Antoinette-Agnès, épousait en avril 1755 le général-major de Salis, 
des Grisons ; la quatrième M. Sciiultz-Pesse, décédée en 1780 ; la 
dernière M. van di Plest. 

De Jean-François (58) et de Louise de Poncet : 

E 81. Pierre, écuyer, seigneur de Farges, séjourna en Allemagne de 

1710 à 1712, soutint un long procès contre sa sœur Judith (85), qui, 
revenue au catholicisme, voulut le contraindre à rentrer dans le giron 
de l'Eglise romaine et prétendit à être investie de ses biens en vertu des 
édits de Louis XIV contre les protestants. La cause de Pierre fut sou- 
tenue par LL. Excellences de Berne et il triompha devant le parlement 
de Bourgogne à Dijon. Il épousa, le 2 novembre 1709, Jeanne-Louise- 
Bertiie de Martines, fille de Henri, seigneur de Sergier et de Beyze- 
nas, el de Juliette-Catherine d'Amond, de Nyon, descendante de la prin- 
cesse Emilie de Nassau-Orange, son arrière-grand'mère. C'est de ce 
mariage que proviennent les prétentions de la branche de Farges contre 
la maison de Nassau, qui ont donné lieu à un long procès resté sans 



142 



DE BONS 



solution. Les six enfants de Pierre sont : Claude-André, Adam-André, 
Juste-Henri-Benjamin, Marie, Jeanne-Charlotte, Louise-Antoinette (98- 
102. 102 bis). Pierre testa en 1729, sa veuve en 1748. Elle est décédée 
le 19 avril 1749 et enterrée à Chancy. 

82. Jean-Louis, mentionné en 1705. 

83. Marie. 

84. Louise-Marie, épousa le 21 septembre 1706 Jaques Richard, 
de Genève ; testa le 30 mars 1722, mourut en 1725. 

85. Judith-Catherine, abjura le protestantisme le 11 juin 1720 à 
Annecy. Elle épousa en premières noces Jean-Paul du Ruz, de Mont 
en Suisse, commissaire à Terrier, et en secondes noces Moïse Darmaix, 
avocat au parlement de Turin. 

86. Louise-Françoise, dame Faisand. 

87. Marguerite. 

Branche de Lausanne. 

De Barthélémy (59) et de Judith-Catherine Mestral : 

88. Jean-Louis, né à Lausanne le 30 octobre 1683 ; pasteur à De- 
nezy, Morat en 1720, Payerne. Doyen de la classe de Payerne et Mou- 
don, devenu pasteur à Meyriez, F ri bourg, y est décédé le 2 décembre 
1759. Epousa en 1718 Suzanne Gaudard, fille de Jean-Louis, seigneur 
de Corcelles et de Vincy, conseiller à Lausanne ; ils eurent sept enfants : 
Frédéric-Louis-Samuel, Georges, Guichard-Louis, François-Louis, 
Jeanne-Madeleine, Rose-Julie, Rose-Suzanne, Jedida-Catherine (103- 
109). 

89. Pierre-Louis, baptisé à Lausanne le 16 juin 1685 ; après quel- 
ques voyages, il se fixa en Angleterre où il fut reçu dans le clergé. En 
1752 il est pasteur de l'Eglise anglicane à Quodlay, comté de Glouces- 
ter, où il finit ses jours. 

90. Samuel, né le 5 octobre 1687, suivit la carrière des armes et fut 
tué en 1708 au siège de Lille, d'un coup de mine. 

91. Jeanne-Louise, née le 21 septembre 1689. 

De Alexis (77) et de Marguerite Défago : 

92. Anne-Marie, née le 5 novembre 1714, épousa à treize ans, le 
18 décembre 1727, Josepi i-Adrie.\ de Quartery, docteur en droit, vi- 
dame de Massonger, châtelain, banneret ; décédée le 15 août 17S4. Sans 
enfant. 



DE BONS 



143 



93. Anne-Catherine, née le 10 novembre 1715. 

94. Charles-Louis-Joseph, né le 18 mai 1717, capitaine-général de 
/ la bannière de Saint-Maurice, lieutenant-gouvernal durant quarante-sept 

ans, président de la ville. Il épousa, le 26 janvier 1737, Louise-Cathe- 
rine de Quartéry, fille de Joseph-Philibert-Emmanuel et de Marie-Eli- 
sabeth de Quartéry. Décédée le 31 décembre 1758. Ils eurent treize en- 
fants : Joseph-Emmanuel, Eugène-Adrien-Albert, Gaspard-Antoine-Hya- 
cinthe, Louise, Jaques-François-Louis-Alexis, Marie-Catherine-Rosine, 
Marie-Julienne, Hélène, Marie-Catherine-Henriette, Julie, Louis-Antoine, 
Charles-Louis, Patience (110-122). 

95. Anne-Marie-Marguerite, née le 19 décembre 1718. 

De André (80) et de Henriette-Isabelle Le Sage : 

XII D 96. François-Benjamin, né en 1718 à Bréda, avocat à la cour de 
la Haye, agent de la baronnie de Bréda, marié après 1753, vivait encore 
en 1780, sans enfant. 

97. André, né le 8 novembre 1720 ; capitaine à Bréda vers 1753; 
général, il défendit brillamment en 1794 la ville de Grave contre Piche- 
gru, se retira à Nimègue, où il mourut le 25 novembre 1800. Il épousa 
Henriette Kamp, de laquelle il avait déjà trois enfants en 1753: André, 
Jean-François-Benjamin (123-124) et deux filles. 

De Pierre (81) et de Jeanne-Louise de Martines : 

98. Claude-André, baptisé à Nyon le 16 octobre 1710, mort en 
1765, enseveli à Chancy, Genève. 

E 99. Adam-André, baptisé le 9 janvier 1712 à Nyon, décédé à Ge- 

nève le 23 mars 1789, seigneur de Farges et du Rosay, épousa en 1771 
Renée de Ciiapeaurouge, née en 1736, fille de Noble Jean-Jaques, con- 
seiller d'Etat de la République de Genève, et de Antoinette Bégou, de 
Lyon; elle mourut en 1791. Il fut reçu bourgeois de Genève gratuite- 
ment le 11 février 1771, soit à titre de réhabilitation, soit à cause de 
son mariage. Il était en 1784 membre des Deux-Cents. Ils eurent deux 
enfants : Antoine-Jean-Louis et Amélie-Louise-Marthe-Sara (125-126). 
Quoique protestant, il avait conservé un établissement au Pays de Gex 
et en avait un autre à Genève. 

100. Juste-Henri-Benjamin, baptisé le 2 octobre 1713 à Nyon ; ca- 
pitaine au régiment de Jenner. au service de France. 

101. Marie, baptisée le 1 er mars 1715 à Nyon. 



144 



DE BONS 



102. Jeanne-Charlotte. 

102 bis. Louise-Antoinette, née à Farges le jeudi 7 avril 1718, bap- 
tisée le même jour à Dardagny. 

L'une de ces dernières mourut en 1764 et fut enterrée comme leur 
mère dans l'église de Chancy, Genève. 

De Jean-Louis (88) et de Suzanne Gaudard : 

103. Frédéric-Louis-Samuel, né à Lausanne le 5 novembre 1718, 
pendant seize ans suffragant de son père à Môtiers, en Vully, et durant 
quarante ans premier pasteur à Rolle, où il mourut en 1801 le 20 juil- 
et, membre des plus influents de la classe de Morges. A la mort de 
Ruchat, il avait concouru (1750), en même temps que Elie Bertrand, pour 
l'une des chaires de théologie de Lausanne. Il publia divers écrits reli- 
gieux, son cours de religion pour jeunes gens, Lausanne, 1766, qui eut 
six éditions, la dernière en 1815, quatre volumes de sermons. En 1745 
il publia, probablement à la Haye, une traduction du Caton, d'Addison. 

104. Georges-Guichard-Louis, entra au service de la Compagnie 
hollandaise des Indes orientales et devint membre des Conseils de jus- 
tice et police, intendant de trois villes. Il mourut en 1753. 

105. François-Louis, né à Morat le 17 février 1723, fit ses études à 
Lausanne, 1738, et à Leyde et devint pasteur de Lausanne, puis en 
1751 est appelé à Londres par le Consistoire d'une des Eglises françai- 
ses ; nommé professeur de théologie pratique à Lausanne en 1761, rec- 
teur de l'Académie en 1780. Il mourut le 8 juillet 1797. Il avait épousé 
à Londres Elisabeth Loubier, dont il eut douze enfants : Charlotte, 
Jeanne-Suzanne, Jean-Louis, Rose- Madeleine, Claude-André-Henri- 
Charles, Charles-Louis-Hugues, Pierre-Louis-Balthazard, Charles- 
Etienne-Mathieu, Antoinette-Henriette-Madeleine, Jeanne-Marie-Hen- 
riette, et deux enfants morts en bas âge (127-136). 

106. Jeanne-Madeleine, née à Morat le 1 er septembre 1721, mariée 
en 1748 à Noble François Crousaz de Prélaz, né en 1724, conseiller 
à Lausanne, banneret. Sa fille, Rose-Charlotte-Henriette, femme de 
Sigismond-Henri Curtat, municipal à Lausanne, mourut le 2 décem- 
bre 1831 à l'âge de soixante-dix-neuf ans. Ses petites-filles épousèrent 
l'une un Auberjonois, une autre un Doxat, une troisième un Lepel- 
letier, une quatrième un Mûller de la Motiie. 

107. Rose-Julie, née à Morat le 4 août 1724, morte célibataire le 
9 septembre 1811. 



DE BONS 



145 



408. Rose-Suzanne, née à Morat le 17 août 1726, mariée à Noble 
Louis-André de Saussure, fils de Benjamin et de Elisabeth du Gard, 
né le 4 juillet 1736 à Lausanne, où il est mort le 2 juin 1799 sans pos- 
térité. 

109. Jedida-Catherine, née à Morat le 19 novembre 1729, mariée 
à Noble Pierre-Balthasaru de Mazars de Camarès, de Rolle. 

De Charles-Louis (94) et de Louise-Catherine de Quartlry : 

110. Joseph-Emmanuel, né le 19 janvier 1739, capitaine au service 
de France, délégué en Prusse par le ministère français pour y étudier 
]a tactique, chevalier de Saint-Louis, chef des troupes valaisannes en- 
voyées contre les Ormonts en 1798, commandant de place à Sion la 
môme année, représentant du Valais au corps législatif helvétique, dé- 
cédé en octobre 1810. 

411. Eugène-Adrien-Albert, né le 8 août 1740, mort le 29 décem- 
bre suivant. 

112. Gaspard-Antoine-Hyacinthe, né le 26 octobre 1741. 

113. Marie-Louise-Elisabelh, née le 18 août 1743, épousa le 18 oc- 
tobre 1772 François-Alexis Joris, capitaine retraité du service de 
France, chevalier de Saint-Louis. 

114. Jaques-François-Louis-Alexis, né le 30 avril 1744, officier au 
service de France, major de la bannière de Saint-Maurice, qui compre- 
nait en outre celles de Martigny, Saillon et Ardon, châtelain de Saint- 
Maurice, mort le S décembre 1816. Il avait épousé le 26 octobre 1772 
Marie-Madeleine Burgener, fille du grand baillif, et de Marguerite 
Blatter, de Viège. Ils eurent dix enfants : Jaques-Joseph-Louis, Made- 
leine, Louise, Charles-Louis -Joseph, Joseph-Ambroise, Alexis, Mar- 
guerite, Jaques, Charles, Henriette (137-146). 

115. Marie-Catherine-Rosine, née le 13 mars 1746, moite le 4 août 
1768. 

116. Marie-Julienne, née le 10 octobre 1747. 

117. Jeanne-Françoise-Hélène, née le 8 août 1749, épousa le 
30 novembre 1771 Jean-Fraxcois-Antoine Burgener, de Viège, fils 
du grand baillif de la République du Valais, et de Marguerite Blatter 
(frère de la femme du 114). Décédée le 18 janvier 1776. 

118. Marie-Catherine-Henriette, née le 28 avril 1751, moite le 
14 mai 1769. 

119. Marie-Julie-Françoise, née le 4 octobre 1752; épousa le 5 février 

GÉN. VAUD. I 



140 



DE BONS 



1778 en premières noces Bertrand Greyloz, capitaine au service de 
France, et en secondes noces, le 4 mai 1785, le capitaine Louis-Bona- 
venture de Preux. Elle testa en 1811. 

120. Louis-Antoine, né le 28 mai 1754, capitaine dans le régiment 
de Courten, en Piémont, mort à Livourne le 25 août 1792. 

121. Charles-Joseph-Marie-Louis, né le 8 mai 1756, mort à Saint- 
Maurice le 8 novembre 1841, tige de la branche cadette de Saint-Mau- 
rice. Lieutenant-colonel du bataillon valaisan au service de France, qu'il 
organisa sur l'ordre de Napoléon, chevalier de Saint-Louis, président de 
la ville de Saint-Maurice; épousa le 14 février 1792 Adélaïde de Chai- 
gnon, fille de Pierre, résident français près la République du Valais, et 
de Louise de Quartéry. Elle mourut à Saint-Disdille en Savoie le 8 jan- 
vier 1832. Ils eurent six enfants : Adèle, Henriette, Aglaé, Charles-Au- 
guste, Pierre-Marie, Joseph-Adrien (147-152). 

122. Marie-Joseph-Patience, baptisée le 2 janvier 1759, mariée le 
19 juin 1779 à Pierre-Hyacinthe de Riedmatten, gouverneur de 
Monthey, colonel-général du Bas- Valais, morte à Sion le 10 novembre 
1826 (?) (elle est indiquée comme recevant une indemnité pour terrain 
de route en 1831). 

De André (97) et de Henriette Kamp : 

XIII D 123. André, né en 1750, partit avec sa femme pour les colonies 
hollandaises, où il se noya en péchant avec ses esclaves ; sa veuve re- 
vint en Hollande où elle rejoignit une fille qui vivait en 1780 chez son 
grand-père, le général André (80). 

124. Jean-François-Benjamin, né vers 1760, étudiant en droit en 
1780. 

Ce sont les derniers renseignements recueillis sur la branche hollan- 
daise des de Bons. Un de Bons mourut à Paris en 1845 et laissa une 
succession vacante. M. Charles-Louis de Bons, auteur de la notice gé- 
néalogique de sa famille, supposait que le défunt pouvait bien-être Jean- 
François-Benjamin (124) qui avait laissé en Hollande deux sœurs dont 
on ignore les prénoms et les alliances. 

De Adam-André (99) et de Renée de Chapeaurouge : 

E 125. Antoine-Jean-Louis, seigneur de Farges, eut pour tuteurs le 

général comte de Portes et M. Micheli de Cliateauvieux ; épousa vers 
1800 Louise Jaquinod, de Farges, dont il eut deux enfants : Casimir, 
Amélie-Louise (153-154). 



DE BONS 



147 



126. Amélie-Louise-Marlhe-Sara, épousa vers 1800 Juste de Mar- 
tines, seigneur de Saint-Cergues, fils de Samuel-Charles et de Hen- 
riette-Catherine du Thon. 

De François-Louis (105) et d'Elisabeth Loubier : 

127. Charlotte, née à Lausanne le 29 septembre 1766, épousa An- 
toine Hardi, de Bréda ; décédée le 7 décembre 1812. 

128. Jeanne-Suzanne, née à Lausanne le 29 septembre 1761, y est 
morte le 27 décembre 1849. 

129. Jean-Louis, né le 9 octobre 1762; officier en Hollande, com- 
mandant des troupes vaudoises, général en chef le 25 janvier 1798. Il 
avait pour aide-de-camp Marcel Boutan. Après la dissolution de sa 
troupe, il fut de nouveau appelé le 20 février par l'assemblée provisoire 
du Pays de Vaud, sur les indications du général français, au comman- 
dement de farmée du canton du Léman et prit part à l'attaque et à l'oc- 
cupation de Fribourg. Il reçut les félicitations de l'assemblée le 24 mars 
1798. En mars 1799 il commandait la première légion helvétique. 

130. Rose-Madeleine, née le 6 septembre 1763, épousa entre 1785 
et 1790 Benjamin Doxat, capitaine au service d'Angleterre aux Indes, 
fils de Jean-Alphonse-Samuel et de demoiselle du Plessis, d'Ependes. 

131. Claude-André-Henri-Charles, né le 4 octobre 1765, eut des 
revers en Angleterre et mourut en Espagne. 

132. Charles-Louis-Hugues, né le 17 septembre 1766, capitaine au 
service de France, chevalier de la Légion d'honneur, domicilié à Lau- 
sanne (Cour), mort à Vevey en 1833, épousa Rose-Elisabeth Schôn- 
vveitz, de Berne, qui lui donna deux filles : Elise, qui épousa le 19 
mars 1829 Alphonse Cuénod, banquier à Vevey, fils d'Aimé-Samuel et 
de Julie-Henriette de Charrière, et Lucile-Amédée-Jeanne-Rose, mariée 
le 22 mai 1834 à Charles-Louis-Samuel-Michel Morel, de Vevey, 
ministre sufîragant à Lignerolles, catéchiste à Vevey, pasteur à Châleau- 
d'Œx et Cheseaux, fils de Marc-Antoine et de Louise- Victoire Nicod. 

133. Pierre-Louis-Balthasar, né le 25 août 1765. 

134. Charles-Etienne-Mathieu, né le 14 mars 1769, étudiant à Lau- 
sanne en 1782, officier au service de France, épousa une Française 
dont il eut une fille, Henriette-Mathilde-Emma, qui épousa le capitaine 
ANETH, officier en Algérie. 

Il eut en outre un fils Etienne-Louis (155), dont la descendance 
est bourgeoise de Lausanne. 

135. Antoinette-Henriette-Madeleine, née le 23 octobre 1771, dé- 



148 



DE BONS 



cédée le 26 janvier 1840 à Lausanne; épousa Pierre-Louis Roguin, 
bourgeois d'Yverdon et de Nyon, veuf en premières noces de Suzanne 
de la Harpe (sœur d'Amédée), né en 1756, décédé le 11 novembre 1840, 
lils de Samuel et de Véronique Troillet, lieutenant du Gouvernement ; 
ancien intendant des postes du canton de Vaud. 

130. Jeanne-Marie-Henriette, née le 13 août 1774, morte le 1 1 jan- 
vier 1853 à Lausanne. 

Deux enfants nés en 1764 et 1772, morts en bas âge. 

Dp, Jaques-François (114) et de Marie-Madeleine Burgener : 

137. Jaques-Joseph-Louis, né le 15 juillet et mort le 7 octobre 1773. 

138. Madeleine | . f décodée le :s mars im. 

. > juin., nées le 25 juill. l/"fi { 

1 39. Louise-Marguerite J ' l ttéc. au couvent de Collombey en ocl. IS5D. 

140. Charles-Louis-Joseph-Emmanuel, né le 11 juillet 1777, mort 
le 26 mars 1791. 

141. François-Joseph-Ambroise, né le 6 décembre 1778, décédé le 
25 janvier 1866 ; officier en Espagne, capitaine en France, chevalier de 
Saint-Louis, président de la ville de Saint-Maurice ; épousa le 20 juin 
1816 Mélanie de Courten, fille de Vincent et de Victoire de Chai- 
gnon ; décédée le L cr juin 1829 ; ils eurent cinq enfants : Victorine, Henri, 
Maurice, Paul, Caroline (156-160). 

142. Alexis-François-Joseph, né le 16 février 1780 ; lieutenant-colo- 
nel au service d'Espagne, chevalier de Saint-Hermenegild, commandant 
de place à Denain, province de Valence, où il est mort en 1818. 

143. Marie-Marguerite-Eléonore, née le 12 avril 1781, épousa le 
22 mai 1809 Frédéric Lugrin, du Cliablais ; décédée en 1828. 

144. Jaques-Joseph-Anloine, né le 12 août 1783, mort le 3 avril 
1832 ; propriétaire à Bex. 

145. Charles-Louis-Joseph, né le 27 janvier 1785, épousa le 3 juin 
1S0S Catherine Catelany, fille de Jaques-François, notaire el conseil- 
ler de Saint-Maurice, el de Catherine Charleti. Décédé le 23 décembre 
1821 el sa veuve le 18 juillet 1862. Ils eurent un lils, Charles-Louis (161). 

146. Henriette, née le 30 mai 1786, morle le 6 février 1790. 

De Ciiarles-Louis-Joseph (121 i et de Adélaïde de Chaignôn : 

147. Adèle, née le 12 août 1793, décédée le 14 lévrier 1852. 

118. Henriette, née le 12 lévrier 1795, épousa par contrat du L cr jan- 



DE BONS 



149 



vier 1826 Antoine du Fa y, de Monlhey, officier au service de France ; 
décédée le 26 mars 1849. 

149. Aglaé, née lé 11 mai 1797, mariée le 19 janvier 1820 à Char- 
les Oddet, lieutenant-colonel, vice-bourgmestre de Sion ; morte le 27 
janvier 1864. 

150. Charles-Auguste, né le 26 juillet 1800, décédé le 27 septembre 
1877 ; officier au service de France, capitaine au service du Saint-Siège, 
épousa le 2 février 1819 Zoé de Preux, fille de Louis, grand-châtelain, 
et de Pauline Hœfflinger, dont il eut trois enfants : Auguste, Léonice- 
Augusta-Adélaïde, Elodie (162-164). 

151. Pierre-Marie, né le 13 mai 1802, capitaine de cavalerie en Sar- 
daigne, retraité avec le grade de major, mort le 16 avril 1857. 

152. Joseph-Adrien, né le 21 août 1805, capitaine d'infanterie en 
Piémont, retraité avec le grade de major; épousa le 18 novembre 1852 
Zéphirine Roulph de Varicourt, fille d'un président du tribunal de 
Gex, et de Louise Favier ; décédé avant 1885 a Césérieux, Ain. 

De Antoine-Jean-Louis (125) et de Louise Jaquinod : 

153. Casimir, mort célibataire à Farges le 7 décembre 1857. 

XIV E 154. Amélie-Louise, épousa le 10 août 1827 Charles Crémieux, 
pasteur, de Genève; décédée le 18 décembre 1847. 

De Charles-Etienne Matthieu (134) .... 

F 155. Etienne-Louis, né en 1795, épouse Jeanne-Rose Rochat, dont 

il eut deux fils: Jean-Samuel-Vincent-Ulrich et Henri-Elisée (165 et 166). 

De François-Joseph-Ambroise (141) et de Mélanie de Courten : 

q 156. Marie-Joseph-Victorine, née le 26 mai 1817, décédée le 20 no- 

vembre 1894 ; épousa le 22 janvier 1840 Joseph Bioley, de Saint-Mau- 
rice, officier au service du Saint-Siège. 

157. Henri, né le 21 novembre 1822, mort le 25 avril 1834. 

158. Maurice-Louis-Joseph, né le 14 octobre 1825, décédé le 12 
juillet 1885, officier retraité du service de Naples, vice-président de la 
ville rie Saint-Maurice en 1865 ; épousa le 12 septembre 1855 Aline de 
Lavallaz, tille de Maurice, commandant, de Collombey, el de Aglaé 
de Preux, dont il eut quatre enfants : Marie-Louise, Amélie, Henri, 
Elisa (167-170). 



150 



DE BONS 



159. Paul, né le 12 mai 1829, mort le 20 mai 1830, et sa sœur jumelle: 

160. Marie-Caroline- Virginie-Joséphine, née le 12 mai 1829, épousa 
le 6 novembre 1850 Maurice Oddet, fils de Charles, lieutenant-colonel, 
et d'Aglaé de Bons (149) ; décédée le 1 er août 1855. 

De Charles-Louis (145) et de Catherine Catelany : 

161. Charles-Louis, né le 17 juillet 1809, décédé le 1 er septembre 1879, 
épousa le 7 juillet 1834 Amélie de Rivaz, fille du comte Benjamin et de 
Louise Joris. Homme de lettres, député au Grand Conseil du Valais, qu'il 
présida en 1853 et 1871, secrétaire d'Etat à Sion en 1852 et 1853, con- 
seiller d'Etat, auteur de la notice généalogique sur sa famille en 1864 
et de quelques œuvres littéraires. Il eut quatre enfants: Charles-Marie, 
Roger, Adrien, et un enfant né et mort le 11 septembre 1864 (171-173). 

De Charles-Auguste (150) et de Zoé de Preux : 

162. Auguste, né en 1819, cadet au service du Saint-Siège, décédé 
en 1837 ou 1839. 

163. Léonice-Augusta-Adélaïde, née en 1829, décédée en 1830. 

164. Elodie, née en 1831, mariée le 4 septembre 1856 au capitaine 
Jules Stockalper de la Tour, fils du baron Eugène, maréchal de 
camp au service de Naples, el d'Henriette de Quartéry ; décédée le 11 
janvier 1894. 

D'Etienne-Louis (155) et de Jeanne-Rose Rochat : 

XV F 165. Jean-Samuel-Vincent-Ulrich, né en 1819, décédé le 3 dé- 
cembre 1869. Architecte et fonctionnaire communal à Lausanne. Epouse 
en 1849 Louise-Françoise Décombaz; ils eurent deux fils: Ferdinand 
et Henri (174-175). 

166. Henri-Elisée, né en 1824, décédé le 14 décembre 1864. Au 
service de Naples. Epouse en 1855 Gabrielle Milliquet de Pully 
Deux enfants : Louisa et Jules (176-177). 

De Maurice-Louis (158) et de Aline de Lavallaz : 

C 167. Marie-Louise-Aglaé-Joséphine, née le 13 juillet 1857. 

168. Amélie-Marie-MélamV, née le 6 juillet 1860. 

169. Henri-Gaston-Marie-Joseph, né le 17 avril 1864, décédé le 
23 juillet 1909, épousa Berthe de Rivaz, dont il eut trois enfants : 
Yvonne, Jeanne, Germaine (178-180). 

170. Elisa, née le 23 mars 1869. 



DE BONS 



151 



De Charles-Louis (161) et de Amélie de Rivaz : 

171. Charles-Marie-Louis-Joseph, né le 17 juin 1836, décédé le 1 er oc- 
tobre 1912, officier retraité du service de Naples, ancien député au Grand 
Conseil, préfet du district de Saint-Maurice; épousa le 12 novembre 1863 
Marie de Werra, fille de Camille, président de la ville de Saint-Mau- 
rice, et de Louise Jost, dont il eut huit enfants: Louise, Camille, Paul, 
Mathilde, Frédéric, Gabrielle, Eugénie, Charles (181-188). 

172. Roger-Joseph-Benjamin-Marie, né le 1 er août 1838, décédé le 
7 octobre 1886. 

173. Adrien-Louis-Théodore-Henri, né le 5 décembre 1846, décédé 
le 22 avril 1855. 

De Jean-Samuel-Ulrich (165) et de Louise-Françoise Décombaz : 

XVI F 174. Louis-Marius-Ferdinand-Georges, né le 7 mars 1852, décédé- 
le 6 septembre 1892. Négociant à Lausanne. Epouse en 1877 Jenny- 
Julie Vincent, dont il eut un fils, Louis-Henri-Fernand (189). 

175. Henri, né le 15 août 1857. Pharmacien. Epouse en 1890 Louise 
Lesueur, d'origine anglaise. 

De Henri-Elisée (166) et de Gabrielle Milliquet : 

F 176. Louisa, née le 16 mars 1856, épouse en 1883 Emile Kuhn 

de Pully. 

177. Jules, né le l or février 1858. Architecte. Officier du génie. 
Epouse en 1881 Henriette Bosson, Française, dont il a deux filles : 
Marie, née le 27 mai 1887, et Jeanne, née le 12 octobre 1893. 

De Henri-Gaston (169) et de Berthe de Rivaz : 

178. Yvonne, née le 14 mars 1896. décédée le 20 septembre 1910. 

179. Jeanne, née le 27 février 1899. 

180. Germaine, née le 23 avril 1904, décédée le 5 janvier 1905. 

De Charles-Marie (171) et de Marie de Werra : 

181. Louise-Mathilde-Caroline-Elise-Marie, née le 11 septembre 
1864. 

182. Camille, né le 8 janvier 1866, décédé le 2 août 1866. 

183. Paul, né le 10 octobre 1867, décédé le 29 juillet 1906. 

184. Mathilde, née le 1 er juillet 1869, décédée le 21 juillet 1869. 



152 



DE BONS 



185. Frédéric, né le 31 décembre 1871, mort le 16 mai 1873. 

186. Gabrielle, née le 27 février 1874, morte le 22 janvier 1898. 

187. Eugénie, née le 25 juin 1876, a épousé le 27 décembre 1899 
Pierre-Marie Dufour, docteur en médecine, fils de Cbarles et de 
Marie Duc. 

188. Charles, né le 30 juillet 1880, mort le 7 août 1880. 

De Ferdinand (174) et de Jenny-Julie Vincent : 

XVII 189. Louis-Henri-Fernand, né le 7 janvier 1881. Agent d'assu- 
rances. Fonctionnaire à « La Suisse ». 1 er lieutenant d'artillerie de cam- 
pagne. Epouse le 28 octobre 1905 Elise-Ernestine, dite Lison Jac- 
cottet, dont il a une fille : Suzanne-Jenny, née le 24 mai 1910. 

De Jules (177) et d'Henriette Bosson : 

XVIII 190. Marie, née le 27 mai 1887. 
191. Jeanne, née le 12 octobre 1893. 



De Louis-Henri-Fernand (189) et de Lison Jaccottet : 
192. Suzanne-Jenny, née le 24 mai 1910. 

H. de M. 



POLIER 



VAiin. ri 



20 



POLIER 



Armes. — D'argent chargé d'un coq de sable ergottant, becqué, crête et membre de 
gueules. Cimier: un casque surmonté d'un coq essorant. Support: deux licornes. Cri : 
« Et Phœbi et Martis ». Devise : « Vigilance ». L'écu entouré de l'accolade de l'Ordre 
du Coq, suspendu à un ruban feuille morte et noir. 

Variante : Prompt, mais bon pour l'écu et Etude pour le cimier. 

En 1828, lorsque Jean-Noé-Godefroy (116) reçut de l'empereur d'Autriche le titre 
de comte, il prit un nouveau cri : « Pro Deo et Principe. » 



Origine. — Famille d'ancienne noblesse originaire de Rouergue, où 
elle possédait plusieurs terres et fiefs ; datant de la fondation de la ville 
de Villefranche, au bord de l'Aveyron. par Raymond de Saint-Gillis, 
comte de Toulouse. Etablie avec Jean Polier (12) au xvi 6 siècle, en Suisse, 
à Soleure, Berne, Bàle, Genève et enfin à Lausanne. 

Les archives de Villefranche, en Rouergue, certifient l'ancienneté de 
la famille. Déjà en 1091 on trouve la Tour de Polier* et dans la banlieue 
un terroir, la Ribe de Polier, à l'extrémité duquel est plantée la Croix 
de Polier, ornée, comme le tombeau de ce nom, des armes Polier, qui 
se retrouvent aussi sur une médaille d'or fondée par François Polier (21), 
au collège des Pères de la Doctrine chrétienne de Villefranche, comme 
prix de la Poésie. 

Edouard III, roi d'Angleterre en 1364, étant maître du pays de 
Rouergue et de la Guyenne, fit sommer les consuls de Villefranche de 
venir lui prêter serment dans la ville de Rignac. Pierre Polier (5), 
premier consul, refusa ; retenu, il n'obtint sa délivrance que pour 
engager ses compatriotes à la soumission. Encouragés par lui et suivant 
son exemple, ils s'y refusent et restent fidèles à leur légitime souverain. 

Au commencement du xm e siècle, Claude Polier (1), dans une 
bataille contre les Anglais où commandait Louis, comte de Toulouse, xi 6 



1 Démolie eu 1 7tiS. 



156 



POLIER 



du nom, sous Philippe II, roi de France, délivra le dauphin, plus tard 
Louis VIII, d'un grand péril. Ce prince, en reconnaissance, institua 
\ ordre du cor/, dont Pierre fut le 1 er chevalier '. 

Fonctions, hommes marquants. — Plusieurs Potier remplirent les 
fonctions de premier consul de Villefranche. Pierre ou Rigail (5) en 
1400 ; Jean (8), de 1440-1456; Guillaume (9), en 1504; Vezian (11), en 
1525 ; Guillaume III (13), avocat, en 1553 ; François (21), avocat, de 
1 004-1614 ; il était cette même année député à l'assemblée des Etals 
généraux à Paris. Il fut le dernier de sa maison en Rouergue. 

Jean Polier (12), fils de Vezian (11), conseiller du roi de France et 
son secrétaire aux Ligues, petit-fils de Guillaume (9) et descendant de 
Pierre (5) député vers Edouard d'Angleterre en 1364. Jean quitta la France 
pour l'Allemagne durant les troubles de la religion. Seigneur de plusieurs 
terres et fiefs dans le territoire de Villefranche, il vint en Suisse en 1553 
comme chargé d'affaires auprès des Grisons et des Ligues suisses, em- 
ploi qu'il occupait encore à sa mort en 1610. Il se fixa à Lausanne, où 
ses descendants tiennent un rang distingué parmi les familles nobles du 
pays. Bourgeois de Lausanne depuis 1575". 

Sources. — De la Chesnaye et Dubois, Dictionnaire de La no- 
blesse, -" édition, Paris, 1776, tome XI. 

Certificat du 2 novembre 1644 des consuls de Villefranche. 

Documents historiques et généalogiques sur les familles marquantes 
de Rouergue. 

Contrats de mariage, testaments, baptistaires. 

I l. Claude, gentilhomme, de Villefranche en Rouergue, en 1214 pre- 
mier chevalier de l'Ordre du Coq, institué par le dauphin sous le règne 
de Philippe II, roi de France ; eut pour fils : 
jl 2. Philippe-Louis, qui lui succède comme 1 er chevalier de l'Ordre du 
Coq l'an 1251. Il avait épousé en 1238 Noble Agnès de Bellesfonds, 
fille de Noble Pierre, seigneur de Verrières et de Courtral, etc. ; ils lais- 
sent un fils. 

III 3. Jean-Claude, qui vivait en l'an 1276, 1 er chevalier de l'Ordre du 
Coq, eut pour (ils : 

[V 4, Pierre-Claude, l- r chevalier de l'Ordre du Coq sur la fin du xiir 

1 N'oir Morcri, mot coq, dans Antiquités gauloises et françaises, par Bord. 
- Foras indique une famille de PoUier, bourgeoise d'Annecy au XV e siècle. 



PO LIER 



157 



siècle ; épousa Noble Louise d'Esparbez, avec laquelle il eut de grands 
démêlés et finit par divorcer. Il eut 2 (ils : Pierre et Guillaume (5-6). 
V 5. Pierre, cinquième chevalier du nom \ 1 er consul de Villefranche, 
député auprès du roi Edouard III d'Angleterre en 1364 ; épousa Alix 

: 2 fils, Rigaïl et Jean (7-8). 

6. Guillaume, en 1384 prêta hommage au comte d'Armagnac de ses 
terres et seigneuries. En 1319 il se battit avec le seigneur de Loupy- 
Ghâtel. 

De Pierre (5) et d'Alix : 

VI 7. Rigaïl, 6* chevalier, en 1406 épousa Noble Béatrice Des Marets, 
tille de François-Jules, seigneur de Blevy et de Rouvenay ; 1 fils, Guil- 
laume (9). 

8. Jean, 1 er consul de Villefranche, 1440-1456. Il eut une fille, 
Jeanne, mariée au sieur Jacques de Cabanes de Figeacques. 

De Rigaïl (7) et de Béatrice des Marets : 

VU 9. Guillaume, 7 e chevalier du nom, consul à Villefranche en 1504, 
épousa Anne de Cambourg, dont il eut 2 fils : Hugues et Vezian (10- 

H)-' 

De Guillaume (9) et d'Anne de Ganubourg : 

\jlH 10. Hugues, mort avant son père, avait épousé Marie de Carbon 
de Milhau, dont il eut Jean (12) et Guillemette ou Guillaumette, qui 
épousa Noble Anthoine d'Austrigny. 

11. Vezian, 8° chevalier du nom; en 1498 épousa Noble Béatrice 
de Messengard -. Consul en 1525; eut 2 enfants: Guillaume (13), 
Marguerite, qui épousa en 1521 Guillaume de Pomarède. 

De Hugues (10) et de Marie de Carbon de Milhau : 

IX 12. Jean, seigneur de plusieurs terres, conseiller, secrétaire du roi 
de France, vint en Suisse en 1553 comme chargé d'affaires. Les guerres 
civiles l'avaient empêché de rentrer dans sa patrie ; après avoir séjourné 
à Soleure, Berne, Bâle, Genève, il se fixa à Lausanne, au canton de 
Berne. Il épousa le 17 février 1554, à Genève, Catherine de la Bou- 
tiére 3 , fille de Noble Paul, du pays de Bresse, seigneur de la Bolhière le 

1 Pierre Polier, consul de Vienne en Daupliiné en 1501, est confirmé pour l'année suivante 
{Etat /ioli/ir/nr. [II, 646). 

2 Mcsingcin. 
:1 Bothière. 



158 



POLIER 



Gastel, de la Bothière lrs Champs, Mervy, etc. 1 et de Françoise Caveau, 
lï. Philibert. Il quitta Genève après son mariage et offrit ses services à 
l'Electeur palatin, Othon-Henri, où il rejoignit son cousin Philippe 2 ; 
nommé en 1557 conseiller d'Etat par ce prince. 

Il vint s'établir au Pays de Vaud, premièrement à Nyon, et acquit 
des barons de Divonne, au Pays de Gex, et de ceux de la Manche, en 
Chablais, le vidomnat de Nyon et de sa banlieue, ce qui l'exposa de la 
part des Bernois, spécialement de Christophe Wurstemberger, à de longs 
procès, qui l'obligèrent à remettre ce vidomnat a LL. EE. Il se relira à 
Lausanne en 1575, acquit le 9 novembre la bourgeoisie et y mourut en 
1602. 

A son retour du Palatinat, rentré dans sa charge de secrétaire de 
l'ambassade française, il rendit à la République de Genève de bons offi- 
ces, en récompense desquels le Conseil lui accorda une somme de 1500 
écus à partager entre lui et son collègue Balthasar de Grisach, de So- 
leure. Il avait acquis le 6 septembre 1583 de Noble Dame de la Barge 
(grand'tanle et marraine de son épouse), les terres de Saint-Prex et de 
Buchillon, mais avant Tan révolu Noble Orlando Orlandini, capitaine aux 
gardes à Paris et époux d'une demoiselle de la maison de Russin, héri- 
tière de la terre de Boltens et propre nièce de Catherine de la Barge, 
reprit par droit de retrait lignager les dites terres, et Polier acquit divers 
petits fiefs dans le pays à Lausanne et sa banlieue. Il eut 7 enfants : 
Paul, Marie, Jaques, Sara, Jean-Baptiste, Pierre et Suzanne (14-20). 
Il testa le 23 janvier 1619. 

De Vézian (11) et de Béatrice de Messengard : 

13. Guillaume, 3" du nom, avocat et consul en 1553, passait pour 
le plus grand homme de la province, avait commandé un corps de cava- 
lerie pour le parti de la religion. Il fut persécuté, ses biens confisqués et 
contraint d'abandonner Villefranche. A la suite 1 er consul, maître des 
requêtes du roi de Navarre et son conseiller d'Etat en 1553. Il avait 
épousé en 1527 Antoinette de Meleet. dont il eut 10 ou 12 fils 2 . 

Un fils, François, le seul resté dans la province (21). 

1 Fille de François de la ftothièrc de Clunv en Maçonnais. 

- Plusieurs périrent comme officiers dans la çuerre de religion. Ouelques-uus s'étaient 
dépavsés. dil-on, cl Philippe Polier. que son cousin Jean (12) rejoignit en Palaliil.il, élail l'un 
d'eux. Ce Philippe épousa en Moravie l'héritière d'une grande maison donl il prit le nom et les 
armes, conservant cependant le <<■ coq » des Polier, en abîme au milieu de son écu, avec son 
accolade et le casque surmonté du cimier. L'on peut certainement attribuer la même origine à 



POLIER 



159 



De Jean (12) et de Catherine de la Boutiere : 

14. Paul, conseiller à Lausanne, boursier, épousa le 14 juin 1590 
veuve Marie-Claudine de Combaz, dame de Vesancy au Pays de Gex. 
Parrain à Nyon, le 31 décembre 1598, de Claude Quisard, fils de Noble 
Daniel. Il vendit une maison à Bourg à M. Rosset. En 160G, avec Clé- 
ment de Ruvines, ils amodient l'abbaye de Montherond avec ses biens 
et revenus, de la ville de Lausanne pour 3660 florins par an (Dict. 
hist. du canton de Vaud, p. 168). Il testa le 21 juillet 1613. Le 8 août, 
malade de la peste, il lègue à cbacun des conseillers de Lausanne un 
leston de roi et institue comme son héritier Jaques Polier (16). Il eut 
deux (trois?) filles: Jeanne-Marie et Jeanne (22-23). 

15. Marie, qui épousa en premières noces Etienne-Jean Trem- 
blet *, Français d'origine, professeur de philosophie à Lausanne, et en 
secondes noces Jean Mayor de Romainmotier s . 

16. Jaques, f 1623. Seigneur de Bottens, épousa en 1583 (1591) 
Françoise Loys-de Marnand, fille de Noble P. -Louis, seigneur de 
Saint-Georges, capitaine de Lausanne, et de Noble Urbaine Chalet. Il eut 
de grandes difficultés avec Orlando Orlandini pour la succession de 
Catherine de la Barge. Il eut 5 enfants : Anne, Jean-Pierre, Etienne, 
Jean, Sébastienne (24-28). 

17. Sara, épousa Bernard-Rodolphe Thormann, bailli de Morges, 
mort trésorier à Berne. 

18. Jean-Baptiste, baptisé le 15 mai 1573 à Lausanne ; mort jeune 
au service de France. 

une branche qui s'éteignit, en Bretagne en la personne d'une riche veuve, que M. de Villars- 
Chanclieu vit dans son château lorsque le régiment de Bottens, dont il commandait un bataillon, 
fut envoyé dans ce pays-là. Cette branche se disait venue d'Ecosse, parce que sans doute un des 
lils de Guillaume s'y réfugia, fuyant les persécutions, et d'où ses descendants seraient revenus 
en Bretagne. Ils avaient un peu changé les anciennes armes, ayant surmonte l'écu d'argent au 
coq de sable, d'un chef de gueules chargé de trois molettes d'or ; ces armes se trouvent écarte- 
lées de celles de la maison d'Eon de Beaumont. A la même origine, l'auteur de celte note 
(M. Du Mont), rapporte les Mes** de Polier du Languedoc [voir correspondance d'Antoine Noé 
(74)] qui avaient les mêmes armes que ceux de Bretagne, mais qui depuis plusieurs années les 
ont abandonnées derechef, pour reprendre les anciennes de la maison. Celle branche a donné 
dans la robe cl dans l'épée des yens de beaucoup de mérité. Feu M. liticnne de Polier' les appe- 
lait les Polier de la Groulotle, supposant qu'ils descendaient de quelque dame de ce nom-là ; il 
est vrai qu'ils possèdent depuis longtemps un fief considérable dans le bourg de Grouille! en 
Languedoc. 

1 Un fils, Etienne, mort à la guerre. — " Un lils. Paul, mort jeune. 



160 



POLIER 



19. Pierre, baptisé à Lausanne le 22 septembre 1575. 

20. Suzanne, baptisée à Lausanne le 4 juin 1577. 

De Guillaume (13) et n' Antoinette de Mellet : 

B 21. François, avocat, 1 er consul de Villefrancbe en 1604-1614, fon- 
dateur du prix de poésie à Villefrancbe, député cette même année aux 
Etats généraux à Paris; nommé syndic du Haut et Bas-Rouergue, le pre- 
mier qui occupa cette place importante, quoique protestant, installé à 
Rodez. Premier cbevalier de l'Ordre du Coq, 10" et dernier du nom. Il 
avait épousé en 1596 Noble Anne d'Ardennes. Il en eut un tils, Jean- 
François, époux de Noble Marie d'Azémar ; mort avant son père 
sans postérité à vingt-trois ans. 

XI De Paul (14) et de Marie-Claudine de Combaz : 

22. Jeanne-Marie. 

23. Jeanne, baptisée le 15 juillet 1593 par son grand-père (12). 

De Jaques (16) et de Françoise Loys : 

24. Anne, mariée en premières noces à Paul le Marlet 1 , seigneur 
de Vufflens-le-Cliâteau et de Bussy, co-seigneur de Yens, Villars et 
Ballens, mort en 1628, fils de François, d'une famille réfugiée de Bour- 
gogne, et de Anne Barjod ; et en secondes noces, avant 1636, à Abra- 
ham Crinsoz, veuf lui-même, seigneur de Coltens. 

-4 25. Jean-Pierre, tige de la brandie de Bottens, seigneur du dit lieu, 
sert dans la cavalerie française, lieut. -colonel des milices du Pays de 
Vaud, bourgmestre de Lausanne en 1655, f en 1672. Epouse en pre- 
mières noces, le 15 mars 1615, Anne Le Marlet, fille de Noble François, 
seigneur de Salon, en Bresse, et d'Anne de la Palud 2 ; et en secondes 
noces Bénigne de Saumaise, fille de Noble Claude Saumaise, 1 er conseil- 
ler au Parlement de Dijon 3 . Il reçut en cession la moitié du revenu du 
cbâteau de Vesancy, en Gex, le 23 juin 1619 (Martines 40). Il a publié 
à Genève, de 1652 à 1658, Le rétahlissement du royaume, La venue du 
Messie, La chute de Babylone. Il eut 3 enfants du premier lit : Anne, 

1 Ils eurent une fille, Annk le Marlet, femme d'Antoine Crinsoz, seigneur de Bussy, fils 
d'Abraham, seigneur de Cottens, lils de noble Nicolas Crinso/.. qui avait épousé en premières 
noces Madeleine de Jofïrey et en secondes nuces Barhille-Salomé de Gingins. Du Mon! donne 
comme premier mari d'Anne Polier, Yespasien Crinsoz, seigneur de Cottens, el pour second 
mari Paul Le Marlet, seigneur de Chigiiy. 

2 Plutôt Anne Barjod. 

2 Ou président à Mortier. 



POLIER 



161 



Etienne, François (29-31) ; du second lit 10 enfants : Louise, Suzanne- 
Bénigne, Suzanne, Jaques, Sébastien, Paul-Etienne, Jean-Pierre, Geor- 
ges, Marguerite, François (32-41). ^^^^^^^^^fe 

26. Etienne, étudiant à Lausanne en 1637. 
B 27. Jean, tige de la branche de Bretigny, seigneur de Vernand- 
dessous et de Goumœns-le-Châtel (Bretigny). Il acquit de Noble Samuel 
d'Aubonne le fief dit Cuénet ou d'Oulens à Penthalaz le 26 août 1628, 
et le 19 mai de Noble Isaac de Gruyère, seigneur de Sévery, son tiers du 
pré de l'Haut 1 pour le prix de 3000 florins (Mém. et Doc, XV, p. 71 et 
569). Il épousa en premières noces Jeanne-Claudine Quisard, fille de 
Daniel, seigneur de Crans, et de Jeanne d'Aulx, dont il eut 6 enfants : 
Françoise, Jean-Pierre, Jaques, Urbaine, Marc, Sébastienne (42-47) 2 . En 
secondes noces, en 1640, à Oulens, Dorothée du Gard, fille de Noble 
Anthoine, seigneur d'Echichens, et de Louise de Coucault, d'Etoy, dont 
il eut 3 enfants : Théodore, Marthe-Louise, Jean-François (48-50) 3 . 

28. Sébastienne, épouse Sébastien de Senarclens, capitaine en 
France, fils de François, seigneur de Vufflens, Châteauvieux et Roaey, 
et de Marie Quey, veuve de Noble François Le Marlet 4 . 

Branche de Bottens. 
De Jean-Pierre (25) et d'Anne Le Marlet, 1 er lit : 

XII 29. Anne, épousa en 1635 François de Treytorrens, fils de Lé- 
ger, banderet d'Yverdon, et de Nicolarde de Molin, général dans l'armée 
du roi de Suède Gustave-Adolphe ; morte à Genève le 1 er juin 1647. 

30. Etienne, capitaine, en France au service de l'Electeur palatin, 
Charles-Louis, à Heidelberg. Devint écuyer de la princesse Charlotte- 
Elisabeth, belle-sœur de Louis XIV, dont il avait négocié le mariage 
avec le duc d'Orléans ; mort à Paris en 1711 à l'âge de 88 ans. Testa en 
avril 1708 en faveur de Jean-Jacques Polier, seigneur de Bottens (53). 

31. François, baptisé à Lausanne le 14 janvier 1623, tué en duel 
en Hollande en 1643. 

De Jean-Pierre (25) et de Bénigne de Saumaise, 2 e lit : 

32. Louise, baptisée le 11 mars 1630. épousa en premières noces en 
1640 Sébastien de Praroman, lils de Jean, seigneur de Corcelles, 

' Montagne derrière l'Isle. — 2 Urbaine est peut-être lille de Jean-Pierre (-5), 
;: Un arbre généalogique indique eneore Jeanne, épouse île Paul de Senarclens, seigneur de 
Chigny et de Vaux, et Suzanne, morte lille. 

* D'après les Illustrations de la famille Polier et la généalogie dressée par Sam. Olivier, v. N° 'w. 

GÉN. VAUD. II -1 



162 



POLI EU 



Chapelles, etc., et banderet de Lausanne ; il testa en faveur de sa femme 
le 24 janvier 1651 ; en secondes noces, elle épousa, le 19 octobre 1652, 
Paul de Chandieu-Villars, seigneur de Chabot tes, l'Isle et Villars f . 

33. Suzanne-Bénigne, épousa le 3 juillet 1648 Berne-Théodore 
Croll, fils de la princesse Maria-Belgia, de Portugal-Nassau, et de 
Jean-Th. de Croll, dont elle se sépara en 1656 ; elle se remaria avec 
Daniel de Chandieu, seigneur de Grevilly et de la Chaux, le 16 jan- 
vier 1660 -. 

34. Suzanne, se maria en janvier 1659 avec Sébastien Loys, sei- 
gneur de Marnand, châtelain de Montherod, assesseur bailli val. Lieute- 
nant du secours de Genève, fils de Noble Isaac et de Jeanne Praye. 

35. Jaques, baptisé le 20 juillet 1637, f noyé le 26 juillet 1656, étant 
à la chasse aux canards. 

36. Paul-Etienne, baptisé le 22 juillet 1641, mort jeune. 

37. Sébastien, baptisé à Lausanne le 24 juin 1647, étudiant ; mort 
en 1663. 

38. Jean-Pierre, seigneur de Bottens, contrôleur général à Lausanne 
pour LL. EE., capitaine d'élection en 1677. Il épousa, le 14 septembre 
1667, Jeanne Loys, fille de Noble Pierre et de Marie Seigneux. (Veuve, 
celle-ci épousa en secondes noces Jean-Louis Gaudard, seigneur de Cor- 
celles.) Il eut 5 enfants : Jeanne, Jeanne-Marie, Jean-Pierre, Georges et 
Marie-Madeleine (51-55). 

39. Georges, baptisé le 6 juillet 1639, tige d'un nouveau rameau, la 
Branche Potier Vernand, co-seigneur d'Etoy 3 . 

Le domaine de Vernand-dessous, dit « Bois Genoud », avait été acheté 
par Jaques Polier (16), grand-père de Georges, pour 36 000 fi. des des- 
cendants de Noble Gabriel de Blonay, baron du Chàtelard, et de Noble 
Philippe Cerjat, seigneur de Dénezy, qui avaient épousé les filles de 
Claude de Lutry, f en 1598. 

En 1674, Georges Polier acquiert de François Forel de Morges une 
censière directe située à Bremblens et provenant de Noble de Lutry. 
Seigneur de Vernand, professeur de philosophie le 16 juin 1671 à l'Aca- 
démie de Lausanne, ministre du saint Evangile en 1673, professeur de 
théologie en 1680, mort après une longue maladie le 19 avril 1700. Il 
avait épousé en 1670 Louise de Coucault, fille de Jaques, seigneur 

1 Paul de Chandieu, capitaine aux gardes en France, (ils d'Esaïe, seigneur de Chabottes, et 
de Marie de Dortans. 

2 Daniel, lils d'Esaïe, étail veuf, — ;: Dict. hist. de Martignier et de Grousaz, p. 908. 



POLIER 



163 



d'Etoy, et de Marie de Chandieu, qui lui apporta le tiers du domaine 
d'Etoy. Elle est morte le 2 novembre 1699, laissant 6 enfants : Suzanne- 
Marie, Pauline, Etienne-Bénigne, Bénigne, Louise et Anne-Sophie (56-61). 

40. Marguerite, baptisée le 6 octobre 1632. 

41. François, baptisé le 23 juillet 1643. 

Branche de Breligny. 

De Jean (27) et de Claudine Quisard, 1" lit: 

42. Françoise, épousa le 10 février 1653 Jérôme de Treytorrens, 
doyen de la classe d'Yverdon, fils de Noble Tobie et de Glaudaz Buttet, 
de Moudon ; morte en couches le 30 septembre 1659. 

43. Jean-Pierre-Bernard, mort à vingt ans. 

44. Jaques, mort jeune. 

45. Urbaine, épousa le 8 octobre 1663 Georges-Marc de Saus- 
sure, fils de Daniel et de Dorothée de Dortans. 

46. Marc, marié le 14 juillet 1661 à Louise de Seigneux, fille de 
Jean-Baptiste et de Marie Morlot ; mort sans postérité, co-seigneur de 
Goumoens-le-Chàtel, magistrat. 

47. Sébastienne, épousa à Berne, le 1 er avril 1674, Sébastien de 
Senarclens, fils de François, seigneur de Vufflens-le-Ghàteau, et de 
Marie Quey '. 

De Jean (27) et de Dorothée du Gard, 2 e lit : 

48. Théodore, seigneur de Bretigny, capitaine au service de France, 
épousa en premières noces Jeanne-Sara de Molin, fille de Noble Jean- 
François, seigneur de Montagny et de Treytorrens, et de Urbaine Cer- 
jat ; un fils mort en bas âge ; en secondes noces, Marie-Catherine 
Chemilleret, fille d'Esaïe, de Montbéliard, et de Madeleine Lavisé, de 
Dijon-, morte en 1728. Il en eut 1 fils et 2 filles : Jean-Abraham (62). 

49. Marthe-Louise, baptisée le 16 février 1644, femme de Nicolas 
Maxnlich, seigneur de Bettens, fils de Noble Christophe, seigneur de 
Daillens et Bettens, et de Marguerite de Gingins. 

50. Jean-François, né en 1630, seigneur de Bretigny, entré comme 
capitaine au régiment de Wntteville en France (voir Zurlauben), puis en 
1678 dans celui de Salis, dont il devint colonel en 1690. Brigadier en 
1691, il assista au siège de Mons. En 1692, au siège de Namur, il com- 



1 IJ'après tableau et notes Du Mont, voir N»28. — 3 Maric-Calh. était veuve de Benj. Asperlin. 



164 



POLIER 



battit avec intrépidité à la bataille de Steinkerque, où il trouva la mort è 
la tête de sa brigade ; sa femme, Suzanne Locher, de Saint-Gall, née 
le 10 février 1635 \ ne lui donna qu'une fille, Suzanne (63) 2 . 

Branche de Bottens. 
De Jean-Pierre (38) et de Jeanne Loys : 

51. Jeanne-Madeleine, épousa le 15 juin 1699 Jean-Louis Rosset, 
co-seigneur d'Echandens, fils de Sébastien Rosset et de Noble Louise- 
Elisabeth d'Aubonne ; morte en 1725. 

52. Jeanne-Marie, baptisée le 19 février 1674, épousa Joseph de Saus- 
sure, seigneur de Boussens, fils d'Antoine et de Catherine de Gingins. 

53. Jean-Pierre, né en juin 1670, seigneur de Bottens, écuyer de 
la reine de Prusse Sophie-Charlotte, princesse de Brunswick ; premier 
banneret de Lausanne, colonel du 1 er régiment des Vieilles élections du 
Pays de Vaud, se signale comme capitaine dans la guerre de 1712 
contre les cantons catholiques 3 . Il mourut le 11 mars 1747. Il épousa le 
29 septembre 1696, à Nyon, Salomée-Jeanne-Elisabeth Quisard, fille 
de Noble Jaques-Etienne-Godefroy et d'Agathe Cerjat, seigneur de Givrins 
et Genollier, co-seigneur de Coppet, châtelain de Nyon. Elle mourut à 
Lausanne le 23 janvier 1735, après lui avoir donné 25 enfants, dont 20 
sont connus: Jaques-Henri-Etienne; Elisabeth; Georges; Jean-Daniel; 
Etienne-Louis; Louise-Salomé; Esther ; ...; Paul-Philippe; Rose-Char- 
lotte; Antoine-Noé; David; Henriette; Elisabeth-Marie; Blanche-Justine; 
Anne-Louise; Bénigne-Elisabeth; Cotherine-Herculine-Françoise; Jeanne; 
Benjarnin-Godefroy (64-83). Trois de ses fils seulement s'établirent à 
Lausanne : le doyen, le conseiller et le colonel (Lettres Golowkine). 
Il testa le 27 mai 1746 \ 

54. Georges, né le 15 décembre 1675, consacré ministre en 1700 ; 
obtint la chaire de grec et de morale en 1702 à l'Académie de Lausanne, 
qu'il échangea en 1705 contre celle d'hébreu et de catéchèse. En 1718 

1 Elle épousa en secondes noces Elic de Saussure dit le Grand. 

- Polier leva le 26 janvier 1678 une compagnie entière pour le régiment de Vieux-Salis, qui 
plus lard prit le nom de Polier et ensuite de Reynold. 

; Ses mémoires jusqu'en 1606 sont à la Bihl. cantonale de Lausanne (mss. .1. 1210). 

1 A Henri, son tils aîné, châtelain de Saint -Sulpice, il lègue «la médaille d'or, du poids de 
10 louis d'or, qu'il avait eue en qualité de memhre du Conseil à l'occasion de l'affaire du major 
Davel, et la petite médaille l'ondée par François Polier (21) à Villet'ranchc, notre ancienne patrie, 
chargée des armes et devise de la famille. » 



POLIER 



165 



est admis dans la Société anglaise pour la propagation de l'Evangile chez 
les païens. En 1722, cédant aux injonctions du gouvernement bernois, il 
signa la Formula Consensus et conserva sa place. Il racheta cette fai- 
blesse en 1726 en fondant les Ecoles de charité, qui ont fourni pendant 
plus d'un siècle la plupart des instituteurs primaires du pays. Mort à 
Lausanne le 23 octobre 1759. Auteur de plusieurs ouvrages religieux en 
latin et français. Seigneur de Saint-Germain. Il épousait en 1704 Anne 
Daillez de Gaussade, fille de Noble Anthoine, baron de Caussade, et de 
Marthe de Garisson, qui le laissa veuf avec un fils, Antoine (84). Il se 
remaria avec Suzanne de Brun de Castellane-de Caille, de Ma- 
nosque ', morte à Lausanne le 21 mars 1714, ensevelie au cimetière 
de Saint-Pierre, lui laissant une fille, Marie-Anne (85). 

55. Marie-Madeleine, baptisée à Lausanne le il janvier 1678. 

Branche de Vernand. 

De Georges (39) et de Louise de Coucault : 

56. Suzanne-Marie-Anne, baptisée le 9 juillet 1672, décédée le 23 
avril 1710, ensevelie au cloître du Grand temple à Lausanne, mariée le 
19 octobre 1693 à Jean Loys, seigneur de Yillardin, fils de Jean-Phi- 
lippe et d'Etienne de Lavigny. 

57. Judith-Pauline, baptisée à Lausanne le 15 janvier 1678, -f* jeune. 

58. Etienne-Bénigne, baptisé le 3 juillet 1676, seigneur de Vernand 
et d'Etoy, sénateur en 1716, conseiller à Lausanne 1722-1725, capitaine, 
épousa à la Tour-de-Peilz en juillet 1710 Anne-Françoise de Tavel, 
fille de Jean-Rodolphe, bailli de Nyon, seigneur de Cuarnens (1704), et 
de Louise-Marianne de Chandieu, de l'Isle * 2 ; 4 enfants : Jean-Henri, 
Georges-Louis, Rodolphe-Etienne, Bénigne (86-89) 3 . 

59. Bénigne, baptisée à Lausanne le 6 avril 1671. 

60. Louise, baptisée le 15 juin 1674. 

61. Anne-Sophie, baptisée à Lausanne le 26 décembre 1683. 

' Suzanne était fille de Scipion, seigneur de Caille, né en 1640, réfugié en Suisse et mort à 
Lausanne le 6 mars 1709. Sa Femme était Judith le Gouchc. Leur fils Isaae vivait avec ses 
parents à Vevey en février 1696 (Bordicr, France pro/es/unle). 

- Fille de Paul de Chandicu-Villars et de Louise l'olicr (-!2). 

3 Etienne, neveu de dame Marie de Coucault, dame de Lrassi, veuve de noble Adam d'Au- 
bonne, témoin à Nyon en 1760 (Golowkinc). 



166 



POLIER 



Branche de Bretigny. 

De Théodore (48) et de Catherine Ghemilleret : 

62. Jean-Abraham, seigneur de Bretigny, épousa le 26 août 1722 
Charlotte Loys, fille de Jean-Louis, seigneur de Villardin, et de Su- 
zanne Polier (56) ; il eut 3 fils et 3 filles morts jeunes ; Esther (90). 

De Jean-François (50) et de Suzanne Locher : 

63. Suzanne, qui épousa Jean-Louis de Martigny, bourgeois de 
Lausanne, fils d'Abraham, banderet de la Cité. 

Branche de Bottens. 

De Jean-Pierre (53) et de Salomée-Elisabeth Quisard : 

XIV A 64. Jaques-Henri-Etienne, baptisé le 17 mai 1700, seigneur de Bot- 
tens, appelé quelquefois Polier de Cbavannes, conseiller et justicier à 
Lausanne, après avoir servi au Piémont et en Hollande, mort à Lausanne 
le 8 janvier 1781. Epousa en novembre 1721 Noble Jeanne-Françoise 
Moreau de Brosses, née à Cully le 27 décembre 1700, fille de Noble 
François, seigneur de Brosses en Bresse, et de Noble Pernette-Marie du 
Mur, de Grandvaux 1 . Il en eut 4 enfants: Jeanne, Louise, Antoine-Louis- 
Henri, Georges-Timotbée (91-94). 

65. Elisabeth, baptisée à Lausanne le 15 août 1701. 
B 66. Georges, né en février 1702, prit du service en France, puis en 
Hanovre, oû l'Electeur le nomma colonel en second de ses gardes et 
commandant la place forte de Mollen en Mecklembourg, oû il mourut 
le 9 mai 1752. Epousait le 5 août 1737 Jeanne-Françoise Gignillat, 
morte en 1793, fille d'Antoine-Michel, de Lausanne, et de Jeannette 
Porta -. Elle lui donna 4 enfants : Gédéon, Jeanne-Louise, Marie-Elisa- 
beth, Clémentine (95-98). 
Ç 67. Jean-Daniel, baptisé le 4 mai 1703, capitaine au service de 
France et d'Espagne; épousa à Ecublens en 1730 Suzanne-Marie de 
Saussure, fille de Benjamin et de Noble Emilie Gaudard, de Lausanne. 
Il mourut en avril 1747, laissant 2 fils: Jean-Benjamin. Georges-César- 
François (99-100). Etienne (?) (100 bis). 

68. Etienne-Louis, baptisé le 3 janvier 1707, décédé à Madrid où il 

1 Pernettc du .Mur (Mail fille d'Henri cl de Suzanne Joly. 

- Jeannette Porta, née le !Hl novembre 1707, fille de Gabriel-Louis-Ilenri, châtelain de 
Glérolles, et de Marie Clavel. 



POLIER 



167 



s'était fixé en mai 1775, sans laisser de postérité de sa femme Marie 
Allen. 

69. Louise-Salomé, née le 4 février 1708 à Lausanne, morte le 28 
mars 1710. 

70. Esther, baptisée le 28 avril 1709. 

71. baptisée le 11 avril 1710. 

72. Paul-Philippe, baptisé à Lausanne le 24 avril 1711, capitaine 
dans l'armée sarde, puis major dans les troupes bernoises, entra en 1754 
au service de la Compagnie anglaise des Indes, y parvint en 1756 au 
grade de général-major, nommé gouverneur du fort Saint-Georges sur 
la côte de Coromandel ; il y mourut en août 1759 des blessures reçues 
au siège de Madras, 1758. 

73. Rose-Charlotte, baptisée le 16 mai 1712, morte le 21 décembre 
1718. 

74. Jean-Antoine-Noé, baptisé le 14 décembre 1713, seigneur de 
Bottens, étudia la théologie à Leyde, nommé en 1754 premier pasteur 
de Lausanne; en 1776, doyen de la Classe ; en 1770, membre de l'Aca- 
démie des sciences de Mannheim. Décédé le 9 août 1783. Avait acquis 
le 16 mai 1778, pour lui et ses deux fils, les droits de bourgeoisie à 
Genève. Il engagea Voltaire, qu'il avait connu en Allemagne, à aller 
s'établir à Lausanne. Voltaire par la suite l'engagea à écrire dans l'Ency- 
clopédie les articles : Liturgie, Mages, Magicien, Magie, Messie, etc., et 
ne le ménageait pas dans sa correspondance intime, bien qu'il lui rendît 
témoignage dans son Dictionnaire philosophique. Marié deux fois : 1° le 13 
avril 1744 à Elisabetii-Antoinette-Suzaxne Lagier de Pluviannes, 
fille de Paul-Alexandre, gentilhomme de Die, en Dauphiné, et de Jeanne 
Noguier, d'Aiguesmortes, Languedoc, dont il eut 6 enfants : Jeanne-Pau- 
line-Elisabeth, Antoine-Jean-Jaques, Jeanne-Isabelle-Pauline, Godefroy- 
Charles-Etienne, Henri-Etienne-Georges-Fitz-Roger, Jeanne-Françoise 
(101-106); et en secondes noces, le 20 juillet 1770, à Gilly, avec Angé- 
lique de la Fléchere. 

75. David, né en 1714, capitaine au service d'Espagne. 

76. Henriette, baptisée le 11 février 1715. 

77. Elisabeth-Marie, baptisée le 24 février 1716. 

78. Blanche-Justine, baptisée le 16 février 1717, f 3 septembre 1719. 

79. Anne-Louise-Françoise, baptisée le S août 1718. 

80. Bénigne-Elisabeth, baptisée à Lausanne le 12 décembre 1698, 
femme du lieutenant-colonel au service de LL. EE.., Jean-François 



168 



POLÏER 



Huguonin, châtelain de la Tour, fils de Abraham-Etienne et de Jeanne- 
Françoise Huguonin K 

81. Catherine-Herculine-Françoise, née en 1719 -. 

82. Jeanne, baptisée le 4 janvier 1720. décédée à Lausanne le 
l ur mars 1788. 

83. Benjamin-Godefroy, baptisé le 17 mai 1721, capitaine d'infante- 
rie en Hanovre au régiment du comte de Zastrow, dont il avait épousé 
la fille. Mourut sans postérité à Ratzbourg, fut inhumé à Mollen auprès 
de son frère Georges (66) le 18 mai 1755. 

Branche de Saint-Germain. 
De Georges (54) et de Anne D aillez de Caussade, 1 er lit : 

84. Antoine, né le 15 juin 1705, seigneur de Saint-Germain. Elu 
bourgmestre de Lausanne en 1764. il remplit cette charge pendant trente 
ans; meurt le 3 septembre 1797. Il a publié l'Ancien Testament mis en 
catéchisme, 6 vol., 1764-1766 ; Essai sur le projet de paix perpétuelle, 
1788 ; Le gouvernement des mœurs, coup d'œil sur ma patrie, 1795. Il 
s'était marié en 1730 avec Henriette-Françoise de Ghandieu, de Cor- 
celles, fille de Paul, seigneur de Corcelles, et d'Anne de Pelissary. Elle 
mourut le 15 décembre 1787, à l'âge de quatre-vingts ans. Ils eurent 6 
enfants : Paul-Georges. Marianne, Jonathan, Angélique-Philis, Luc, 
Jean-Louis-Henri (107-112). 

De Georges (54) et de Suzanne de Brun-Castellane, 2" lit : 

85. Honorée-Marie-Anne, baptisée le 16 mai 1712, épousa en 1743 
Paul de Loys-Villardin, né le 10 novembre 1705, ~ le 28 août 1784. 
Ils laissèrent 2 fils et une fille. 

Branche de Vernand. 
De Etienne-Bénigne (58) et de Françoise de Tavel : 

86. Rodolphe-Etienne, né en avril 1711, y à Lausanne le 28 sep- 
tembre 1714. 

87. Bénigne, née en juillet 1712, morte à Lausanne le 28 décembre 
1718. 

1 Ont eu une fille, Sophie, qui épousa en novembre 1".">3 Louis-Philippe-Samuel de la Harpe, 
seigneur des Uttins et de Yens. 

- Du Mont dit que ce sont deux filles et non une seule. 



P0L1ER 



169 



88. Jean-Henri, baptisé le 15 mars 1715, f à Lausanne le 10 juin 
1791, seigneur de Vernand, lieutenant baillival, président de la Société 
économique. 

89. Georges-Louis, né le 16 janvier 1718, f à la Haye en 1793, ser- 
vit en France dans le régiment Polier, colonel des gardes suisses au ser- 
vice des Etats généraux en 1766. Général-major en 1779, passa au Bran- 
debourg, placé à la cour il devint premier gentilhomme et écuyer ; avec 
lui s'éteint la branche Polier-Vernand, dont la seigneurie passe à Henri- 
Etienne-Georges (105) de Bottens. 

Brandie de Bretigny. 

De Jean-Abraham (62) et de Charlotte Loys : 

90. Esther-Marie, baptisée à Lausanne le 11 février 1735, épousa 
M. Gaudard, capitaine en Suisse et lieut. -colonel en France. 

Branche de Bottens. 

De Jaques-Henri-Etienne (64) 
et de Jeanne-Françoise Moreau de Brosses : 

XV A 91. Jeanne, née en 1722, morte à Bussigny le 19 juillet 1783. 

92. Georges-Timothée, baptisé à Lausanne le 15 septembre 1724. 

93. Louise-Elisabeth, baptisée à Lausanne le 19 août 1727, morte 
à Lausanne le 3 avril 1781. 

94. Antoine-Louis-Henri, baptisé à Lausanne le 28 février 1741. Il 
s'embarqua pour les Indes à quinze ans ; son oncle, Paul-Philippe (72), 
étant mort, il entra comme cadet à la Compagnie anglaise des Indes ; il 
obtint une place d'ingénieur et celle d'ingénieur chef, en 1762, pendant 
deux ans. Lord Céline Hastings le nomma commandant de Calcutta. Les 
directeurs de la Compagnie lui refusèrent son brevet de lieut. -colonel ; 
en congé illimité en 1766, il offrit ses services au nabab Souja-oul-Doula, 
allié des Anglais, et à son successeur. Rappelé par le Conseil du Ben- 
gale, il quitta le service anglais pour retourner chez le nabab, qui le 
chassa de ses Etats. Retiré chez l'empereur des Mogols, il obtint un 
commandement sur 7000 hommes et le titre de Omrah et la propriété du 
territoire de Kaïr. Chassé par la jalousie des partisans, il rentra en grâce 
auprès du nouveau Conseil de la Compagnie, reçut son brevet de lieut. - 
colonel et est nommé membre de la Société asiatique de Calcutta. Etabli 
à Lucknow, il rédigea des mémoires sur l'histoire et la mythologie des 

«SÉN. VAUD. 11. -- 



170 



POLTER 



Hindous. Rentré en Europe en 1789 avec une riche collection de manus- 
crits orientaux, il fait don au British Muséum, conditionnellemenl, d'une 
copie complète en 11 volumes des Védas ; à Paris et à Lausanne, il céda 
ou fit cadeau de précieux ouvrages (Manuscrits de Lausanne, c 293). 
Le 20 janvier 1791, il épousa Anne-Rose-Louise Berthoudt, fille de 
Jacob, baron van Berchem, ancien membre honoraire des Etals de Hol- 
lande. Il quitta le Pays de Vaud pour s'établir à Rosetti près Avignon, 
oii il fut assassiné le 9 février 1795. Son fils, âgé de dix-huit mois, et 
sa femme enceinte échappèrent par miracle. Sa collection de peintures 
hindoues et sa bibliothèque furent vendues à M. Beckford, et ses mé- 
moires, que Gibbon offrit de rédiger, le furent par la chanoinesse de 
Polier (97). Il laissa 2 fils : Georges-Maximin-Jaques-Henri, Pierre-Amé- 
dée-Ghaiies-Guillaume-Adolphe (113-114). 

De Georges (66) et de Jeanne-Françoise Gignillat : 

B 95. Gédéon, mort à Stargart en Poméranie, le 26 décembre 1772. 

96. Jeanne-Louise-Antoinette, alias Eleonora, née à Altona en août 
1738, décédée à Paris le 15 mars 1807; elle avait épousé en 1761 
Charles-Alexandre Revmoxd de Cérenville, naturalisé Bernois 1 . 

97. Isabelle-Marie-Elisabeth, née à Poliez-le-Grand le 12 mai 1742, 
chanoinesse de l'ordre réformé du Saint-Sépulcre en Prusse, dame 
d'honneur à la cour de Saxe-Meiningen. grande-maîtresse de Nassau- 
Weilbourg et de Hesse-Philippstadt. Morte à Rudolstadt en 1817. Elle 
publia de 1785 à 1815 plusieurs ouvrages traduits ou imités de l'allemand 
et rédigea les mémoires de son oncle (94) sans souvent se rendre 
compte de la valeur de ces documents -. 

98. Clémentine-Louise-Agnès, baptisée le 2 octobre 1751, épousa 
en 177S François-Bernardin de la Chesnaye, gentilhomme catholi- 
que de la Franche-Comté. 

De Jean-Daniel (67) et de Suzanne de Saussure : 

C 99. Jean-Benjamin, né en 1731, major d'infanterie en 1780 dans les 
troupes hanovriennes. 

100. Georges-César-François, baptisé à Lausanne le 12 juin 1736. 

1 Elle fui l'auteur d'un ouvrage sur le maréchal prince Potemkin, rédigé en 1791» sur des 
noies fournies par M. de Séffur; on lui doit aussi des traductions de romans allemands. 

3 Elle dirigea de tT'.i.'ià 1800 le Journal littéraire de Lausanne cl s'intéressa à deux autres 
journaux éphémères, donna des articles aux (rois premiers numéros de la liibliothèc/ue germa- 
nique. 



PO LIER 



171 



100 bis. Etienne (?) baptisé le 22 septembre 1734, mort officier an- 
glais aux Indes à Tycbynapaly. 

De Antoine-Noé (74) 
et dé Antoinette-Suzanne Lagier de Pluviannes : 

101. Jeanne-Pauline-Elisabeth, baptisée à Lausanne le 25 mai 
1746. 

102. Antoine-Jean-Jaques, baptisé à Lausanne le 7 février 1748. 

103. Jeanne-Isabelle-Pauline, baptisée le 7 avril 1751, ensevelie à 
Venues le 29 décembre 1832. Elle épousait à Prilly en premières noces, 
le G juillet 1769, Benjamin-Rodolphe de Crousaz, de Mézery, qui 
mourut le 19 décembre 1775 1 ; en secondes noces, le 9 mai 1786, le 
baron Louis de Montolieu, de Nîmes, veuf de Rose Mayor, de Sul- 
lens. Dès sa jeunesse elle manifesta un vif intérêt à la littérature ; 
mieux dirigée elle se serait affirmée personnellement originale. Ses tra- 
ductions, charmantes, ne sont pas toujours très fidèles. Plus connue en 
littérature sous le nom de son second mari, elle publia 64 ouvrages. 
Atteinte d'infirmités dans sa vieillesse, elle fut forcément condamnée à 
l'inaction. 

104. Godefroy-Charles-Etienne, né à Lausanne le 11 juin 1753, 
mort le 18 octobre 1782 à Cormore, près Walerford, Irlande, dans la 
terre de lord Tyrone, chez lequel il était précepteur, après avoir été lieu- 
tenant au régiment suisse en France. Déjà à dix-huit ans à l'université 
de Marburg, il se fit connaître par une traduction du traité de Paleo- 
phate, Lausanne, 1772, dédiée à LL. EE. ; plus tard, par des travaux 
publiés dans les mémoires de la Société de Manchester, dont il était 
secrétaire -. 

105. Henri-Etienne-Georges-Fitz-Roger, né le 27 juin 1754, mort 
le 12 juin 1821, olficier au régiment d'Erlach en France, préfet du Lé- 
man en 1798, destitué en 1802 ; hérita de son parent en 1795 (89) le 
domaine de Vernand et la maison Polier-Vernand, à la rue de Bourg à 
Lausanne. Epousa, le 19 novembre 1778, Sophie de Loys, morte le 
25 octobre 1802, fille de Jean-Louis, de Gorrevon, et d'Elisabeth Ferrier 
d'Etoiles, de Genève ; en secondes noces, à Roche, en 1814, il épousa 

1 ["ils île noble Henri île C.ruusaz de Mê/.ery e! île tliiine Su/,' • lîer^'ier. De son mariage 

avee Isabelle de Potier iiaquil un (ils, lien ri, mort en IH:i ; 2, le même jour que sa mère. Il avail 
épouse Mlle Meycr de Spoenbrocli el fut IVirrière-gTand-pèrc du colonel W. de Crousaz, de 
son frère Pcclor, ele. 

- Il publia un Essai sur le /i/aisir i/uc promirent les facilites. 



172 



POLI EU 



Mary-Heatii Nicholls, du comté de Derby, morte à Lausanne le 22 
octobre 1855, faisant des legs à l'Asile des aveugles et aux Incurables. 
Il eut 3 enfants de son premier mariage : Louise-Angélique-Antoinette, 
Jean-Noé-Godefroy, Juliette-Jeanne-Pauline (115-117). 

106. Jeanne-Françoise, née à Lausanne le 17 mars 1759, morte le 
11 mars 1839, connue sous le nom de M Uft de Bottens ; elle publia sous 
le voile de l'anonyme cinq romans. 

Branche de Saint- Germain. 

De Antoine (84) et de Henriette-Françoise de Ghandieu : 

107. Paul-Georges, baptisé à Lausanne le 3 avril 1732. 

108. Jonathan, né le 18 décembre 1733, seigneur de Corcelles-le- 
Jorat, assesseur baillival, ancien officier au régiment suisse de Jenner, 
puis d'Erlach, en France, et capitaine de grenadiers dans un régiment 
de milices du Pays de Vaud ; épousa, le 22 octobre 1767, Louise de 
Saussure, fille de David, baron de Bercber, seigneur de Bavois, et 
d'Angélique Mannlicb, veuve d'Etienne d'Aubonne. Il avait adressé avec 
d'autres une pétition au Sénat belvétique, relative aux droits féodaux, le 
2 juillet 1798. Il mourut sans postérité. 

109. Marianne-Charlotte, baptisée à Lausanne le 16 août 1735. 

110. Angélique-Philis, baptisée le 22 mars 1739, morte a Lausanne 
le 9 juillet 1755. 

111. Luc, né en septembre 1740, lieutenant aux gardes suisses en 
France, marié le 11 novembre 1770 à noble Eléonore-Antoinette 
Hardy, morte à Lausanne à 91 ans, le 2 juillet 1828, fille d'Armand, 
colonel au service de Hollande, et de feue Soplue Wilhelmine du Por- 
tail. 

112. Jean-Louis-Henri, baptisé le 11 avril 1743, mort en 1755. 

Branche de Botttens. 

De Antoine-Louis-Henri (94) 
et de Anne-Louise Bertiioijdt van Berciiem : 

113. Georges-Maximin-Jaques-Henri, né le 18 juillet 1793, mort à 
B'ùmplilz le 2 août 18-42, où il fui enseveli, marié en premières noces le 
20 novembre 1828 avec Axne-Wiliielmine-Eugénie van Berciiem, 
décédée en 1833, une fille: Adolpbine (118); et en secondes noces, le 
4 avril 1837, avec Maria de Zeppelin, fille de Ferdinand-Louis comte 



POLIER 



173 



Zeppelin, ministre d'Elat et grand chambellan du roi de Wurtemberg, 
et de la comtesse Mauclere, dont il eut 2 (ils: Claude-Ferdinand, Charles- 
Guillaume (119-120). 

114. Pierre-Amédée-Charles-Guillaume-Adolphe, né le 18 juin 
1795 ; sorti premier de l'Ecole polytechnique de France, ingénieur du 
Génie maritime, fit les dernières campagnes de l'Empire comme officier 
d'état-major. Décoré de la Légion d'honneur par Napoléon et créé comte 
par Charles X en 1826. Il épousa en 1827 la princesse Barbe Scha- 
kowskoy, veuve du comte Schouvaloff et s'établit en Russie, où il 
gagna la confiance du tsar ; chambellan, chevalier de l'ordre de Sainte- 
Anne, maître des cérémonies à la Cour. Il mourut à Saint-Pétersbourg, 
sans enfant, à la suite d'un voyage qu'il fil dans l'Oural, où il avait été 
remettre de l'ordre dans les immenses propriétés que la comtesse y pos- 
sédait, le 22 mars 1830 2 . Il fut enseveli dans un mausolée que sa veuve 
lui fit élever dans sa propriété de Pargoloi, près Saint-Pétersbourg, puis 
transporté en 1871 dans le cimetière russe de Wiesbaden, où le corps 
de la comtesse, morte à Vevey au Grand Hôtel, en 1871, avait été 
inhumé 3 . 

de Henri-Etienne-Georges (105) et de Sophie de Loys : 

115. Louise-Angélique-Antoinette, née le 11 octobre 1779, épouse le 
13 novembre 1800 Louis-Philippe-Auguste de Constant-Rebecque, 
fils de David-Louis, seigneur d'Hermenches et de Villars-Mendraz, 
maréchal de camp au service de France, et de M me veuve Préséau de 
Polel, née Catherine Taisnes de Rémonval, d'Avesoy, département du 
Nord, morte à Lausanne le 27 mars 1860. 

116. Jean-Noé-Godefroy, né à Lausanne le 6 novembre 1782, gou- 
verneur de Son Altesse royale le prince Gustave Wasa ; arrivé à Vienne 
en 1833, il fut créé chevalier de Malte, grand-croix de l'ordre badois du 
Lion de Zadiringen, chambellan de l'empereur et comte suédois avec 
majorât ; mort célibataire à Vienne en février 1833. 

117. Juliette-Jeanne-Pauline, née le 23 mai 1787, mariée le 10 août 
1806 à Vandœuvres (Genève) à Jean-Henry, baron de Blonay, veuf de 

1 Oui laissa deux fils, les comtes Pierre el André. 

- Sa veuve épousa ensuite Georges Wildinty, dit prince Buleradi Radali, officiel' de fortune 
recueilli par la princesse Radali, dont il prit le nom à sa mort. 

1 f.'est en souvenir de leur mère et de deux de leurs Mlles que les comtes Pierre et André 
Schouvaloff firent construire à Vevey une église et un cimetière russes, les plus proches à cette . 
époque étant à Wiesbaden. 



174 



POLIER 



Louise de Wildermeth, fils de Jean-Rod. -Frédéric el de Catherine de 
Gressier ; morte à Lausanne le 27 janvier 1865. 

De Georges-Maximin (113) 
et d'Anne-Wilhelmine van Berciiem, l Pr lit : 

XVII us. Adolphine-Mathilde-Barbe, née le 27 avril 1830, mariée à 
Genève le 25 janvier 1853 avec Alexandre-Louis- Albert de Tavel, 
décédé en 1888, ancien député au Grand Conseil vaudois et syndic de 
Rolle, fils de François-Charles, ancien avoyer de Berne, et de Made- 
leine de Rovéréa. 

De Georges-Maximin (113) et de Maria de Zeppelin, 2° lit: 

1 19. Claude-Ferdinand-Paul-Auguste, né aux Jourdils, Ouchy, le 
16 août 1838, officier de cuirassiers en Autriche-Hongrie, mort en Amé- 
rique en 1865. 

120. Charles-Guillaume-Maximilien, né à Genève le 3 octobre 
1839, officier en Hongrie et au Wurtemberg, épousa le 7 octobre 1875 Olga 
Sciirgïder, née le 14 juin 1856, morte le 19 octobre 1882, dont il eut 

2 enfants : Maximilien et Maria (121-122); et en secondes noces, le 

3 juillet 1884, Martiia Schrœder. née le 19 octobre 1864, qui lui a 
donné 2 enfants: Olga et Ferdinand (123-124). Toutes les deux filles de 
Johann-Rudolf Schrœder et de Clara-Louise née baronne von Schrœder. 

de Charles-Guillaume-Maximilien (120) 
et de Olga Schrœder, 1 er lit : 

XVIII 1^1. Maximilien, né à Hambourg le 19 juin 1876, épousa le 13 juin 
1901 S Y bille von Gustedt ', de Magdebourg, née le 20 mai 1880, 
dont il a 5 enfants : Ursula, Maximilien, Jùrgen, Hans-Claus, Wanda- 
Clara (125-129). 

122. Maria-Adolphine-Georgine-Héléne, née le 14 décembre 1880 
à Allenhagen, grand-duché de Mecklemburg, mariée le 2 octobre 1902 à 
Frit/, von Restorff, officier de cuirassiers -. 

De Charles-Guillaume-Maximilien (120) 
et de Mar tiia Schrœder, 2* lit : 

123. Okja-Clara-Sophie-Ernestine, née à Altenhagen le 26 mai 

1 Fille de Philippe von Guslcdl, chambellan du roi de Prusse, cl d'Ilclènc née von der 
Schutcn bourg. 

2 Riltmeisler à Brandcnburg a/ flavcl. 



POLI RU 



175 



1885, mariée à Charles de Restorfk, frère de Fritz \ officier de ma- 
rine, commandant les torpilleurs à Kiel. 
124. Ferdinand, né le 26 janvier 1888. 

De Maximilien (121) et de Sybille von Gustedt : 

XIX 125. Ursule, née le 28 juin 1902. 

126. Maximilien, né le 27 juillet 1903. 

127. Jùrgen (Georges), né le 19 août 1904. 

128. Hans-Claus, né le 10 septembre 1905. 

129. Wanda-Clara-Louise-Sybille, née le 8 novembre 1910. 

1 Fritz, né le 15 mai 1860 (Friedrich, Cari -Gustav- Adolphe) à VVeissenfels, Saxe, et Charles 
né le 18 juin 1871, marié le S novembre 1(104, sont lils du colonel Wilhclm von [leslorff et de 
Fan n y Knceland, de New- York. 

Notes fournies par M" K ' Monod-de Blonay. 

H. de M. 




de FOLIEE. 



I. 



IL 



III. 



JV 



POLIEfè 
Tabl. 1. 



CLAUDE 
12)4 



PHILIPPE- LOUIS 
1238 Agnès de Beu.esfonds 







JEAN-CLAUDE 
I27G 







P1EKKE-CLAUDE 
= Louise d'Espakbez 



'IEKRE 
1364 



GUILLAUME 
1319, 1384 



Ai. ix 



VI. 



RIGA IL 
1406 

IlEATRICE DES M AI1ETS 



JEAN 

1440, 1456 



VU. 



GUILLAUME 
1504 

Anne de Cambourg 



VIII. 



HUGUES 
Makik de Carbon de Milhau 



\ 

VEZIAN 
1525 

BÉATRICE DE M ESSEMG AHD en 14118 







POLIEf? 



GUILLAUME TABL. II. 

1553 

Antunette ue Mei.i.et 
'en 1527 



114(1 



I er Ut 







FRANÇOIS 
604, 16U 
A*ne d'Ardennes 
en 1590 







JEAN-FRANÇOIS 
= Marie d'A/emaii 



2 e lit 



-PIERRE-BERNARD 



© 

tf AQUKS 



le, 

MARC. 

l ui ISE DE SEIGNEL'X 

en 1061 



THEODORE 
= Jeanne-Sara de Molixs 
Marie-Catherine Cm emili.hr et 





JEAN-FRANÇOIS 
IG30 f 109-2 
— Suzanne Lociier 




JEAN-ABRAHAM 

— Charlotte Loys en il'1'2 



5 







1(11 ES 
f 1623 

ÇOISE LOYS 



JEAN-BAPTISTE 
1573 







JEAN 
t553, 1575 f 1002 
Catherine de la Boutmère 
en 1554 





PIERRE 
1575 



= A NT 



— / 



ETIENNE 
1637 







IBL-ÉTIENNE 
IG4I 





SÉBASTIEN 
10 i7 * 1603 



JEAN-PIERRE 
1077 

= Jeanne l.ovs 

en 1007 







GEORGES 
1039, 107-1 t HOU 
: Louise i>e Coocalxt 
en 1070 



© 



GEORGES 
1075, 1700 t 1759 

--- ANNE UAII.LEZ DE CAl'SSADE 

en 170-1 

= Suzanne de Brun de Castellane 



ETIENNE BÉNIGNE 
IC76, 1710, 1725 

— Anne-Françoise de Tavei. 
fin 1710 



© 



JEAN 

1628 

: JEANNE-Gi.AU'DINE QuISARD 

Dorothée du Gard en 1040 



JE 



r ut 



© 

FRANÇOIS 
1043 



JEAN-PIERRE-BERNARD 



[X. 



X. 







t'A UL 
1606. 1613 
Marie-Claudine de Comiuz en 1590 



JAQUES 
1591 f 1623 
Françoise Loys 







JEAN-BAPTISTï 
1573 



xr. 



JEAN-PIERRE 
1655 f 1672 
Anne de Marlet en 1615 

= BÉNIGNE DE SAUMAISE 



ETIENNE 
1637 



1 er lit 



2 e lit 



XII. 





ETIENNE 
1708 + 1771 



FRANÇOIS 
1623 f 1643 



JAQUES 
637 f 1656 



l'AUL-ETIENNE 
1611 





SEBASTIEN 
16i7 f 1663 



XIII. 




JKAN-PIERRi: 
1670, 1712 f 1747 

= Salu.mke-Jeanne Quisaku 

en 1696 

I 



POLIEft 



ANTOINE- NO fi 
13 t 1783 

i-Antoinkttk I.aciek 
.uviannes, 1744 

DELA Kl.ÉCIIÉKE, 1770 



<$> 

DAVID 
1711 



BEN J A M I N-('i D EKRO'Y 
17-21 -;- 1755 

— l) lle DE '/.ASTHOW 



> @ 

BELLE- H EN K I - ÉTI EN N E-C EO K G ES 
NE 1754 f 1821 

1832 == Sophie de Loys en 1778 

eCrousaz =Mary-Uea.th NiCHOLsen 1814 
lieu en 17811 ! 



JEANNE-FRANÇOISE 
1759 f 1839 



oo 



1 er lit 



ANTOINE 
17(15, 1761 f 17'J: 

= 1 1 EN Kl ETT E-FR A NÇfl 

DE Chandieu en 17c 



(m) 
-0 



JEA1 
1743 



Tabl. TH. 



RODOLPHE 
fiTIENNE 
1711 f 1714 



JEAN-HENRI 
1715 f 1791 



PAUL RGES 



C1S 

755 



GEORGE 
LOUIS 
1718 f 1793 



© 



JONATHAN LUC 
1733 1740 

Louise de Saussure — Eléoxore Hardy 
en 1767 en 1770 



■ROI 



JULIETTE JEANNE 

1787 f 1865 
Jean-Henry de Blonay 
en 1806 







CEOKCES 
1702 f 1752 
iNE- Françoise Gignii.i.at 
en 1037 



JEAN-DANIEL 
1703 f H47 
=z Susanne-Marie 
de Saussuue en 1730 



ETIENNE-LOUIS 

1707 f 1775 
= Marie Allen 



I» 

17' 



TTE 

>HE 
LLE 



ISABELLE-MAIUE- 
ÊLlSAIiETH 
1742 f 1817 



CLEMENT1NE-L---AGNÈS 

1751 

= François de la Qiesnayk 
en 1778 




JEAN-IiENJ AMIN 
1731 f 1780 

CEOUGES-CÊSAR 
173G 

ETIENNE (?) 
1734 





10i 



G! 



LOUISE-ANG 
177'.l f 1 
= Louis-Pi 
de Constant* 
en 181 



JAQUES-HENRI-ÉTIENNE 

1700 f 17S1 
= Jeanne-Françoise More au 
de Brosses en 1721 



© 

GEORGES-TIMOTHF.E 
1724 



ANTOINE- LOUIS-HENRI 

1741 y 1795 
= Anne-Rose van Berchem 
en 1791 



GÊDEON 
+ 1772 



JEANNL-L«-Ar 
17:!8 f 

= C.HARLES-A 

Reïmond de t 



PIERRE-AMfcDÉE-CHARLES- 
GUILLAUME-ADOLPHE 
I795, 1820 f 1830 
= P"" Barbe Sciiakowskoy 
en 1827 



ADOLI'HINE-MATIIII.DE 
1830 

Alexandre de Tavf.l en 1853 





GEORGES MAXIMIN- 
JAQUES-HENRI 
1793 t IM3 
=Anna-\Vilhei.mine vanHerchem 

en 1828 
= Marie de Zeppelin en 1837 









1 er lit 


2 e Ut 





CLAUDE-FERDINAND 
1838 + 1865 



[m) 

CHARLES-GUILLAl 
MAXIM1LIEN 
1839 y 1913 
= Olga Schroed 

= MARTHA Sf.HROE 



121 



lit 



MAXIMILIEN 
1876 

Sybille von Gustedt 
en 1901 



MARIA-ADO LPHINE 
1880 

Frit/ von Restorff 
en 19U2 



2 e lit 



OLGA-CLARA 
1885 

= Chari.es von Restorff 



FERDINAND 
1888 

= Marie von Meeri 
en 1913 



URSULE 

iyo2 



MAXIMILIEN 
1903 



JURGEN 
1904 



H ANS-KLAl'S 
19U5 



\y 

WANDA-CLARA 
1910 



THÉLIN 



LiÉN. VAUD II 



Thélin 



Le nom de Thélin se rencontre : 1° dans le canton de Vaud, où il 
apparaît déjà en 1519 dans une reconnaissance ; 2° en Champagne, où 
existe une ancienne famille noble « de Thélin » dont les armes sont : 
d'azur au chevron d'or accompagné de trois fleurs de lin au naturel ; 
3° en Suède, où il signifie, dit-on, une harpe. 

Origine : Lorédan-Larchey, dans son Dictionnaire des noms. Paris, 
1880, p. 457, écrit : « Thélin, dérivé de Theil : tilleul (oil). Nom de lieu. 
Thélin peut être aussi une abréviation de Theudelin (deThiud = nation), 
vieux nom germanique. » On peut encore se demander si le nom de la 
famille vaudoise ne serait pas en relation avec celui de l'Abbaye de 
Théla (Montheron). Dans ce cas les Thélin vaudois seraient autochtones. 
Il n'y aurait toutefois rien d'impossible à ce qu'ils fussent originaires de 
la Champagne. Cette supposition est permise en raison de la similitude 
absolue de l'orthographe du nom des deux familles et des relations 
étroites qui existaient jadis entre la Bourgogne et cette partie du Pays 
de Vaud, par le fait que durant plus de trois siècles les Montfaucon- 
Montbéliard, puis les Châlons possédèrent la seigneurie d'Echallens. 

Les Thélin forment trois branches, originaires probablement de Bio- 
'ey-Orjulaz. 

L'une d'elles, la plus nombreuse, a conservé cette seule bourgeoisie. 
Le conseiller d'Etat (39) et le juge fédéral (41) dont nous allons donner 
la généalogie s'y rattachent. 

Une seconde branche a pour chef Dominique Thélin. maréchal, qui, 
en 1610, d'après la tradition, s'établit à Mex (note de M. le pasteur 
Henri Thélin). Ses descendants sont bourgeois de ce village, mais ont 
perdu la bourgeoisie de Bioley-Orjulaz. 

La troisième remonte à Pierre-François (9). qui. ayant épousé Jac- 
queline Valet, de Mex. se fixa dans cette localité. Cette branche est bour- 
geoise de Bioley-Orjulaz et de Mex. 

Branche de Bioley-Orjulaz . 
I I. François, 1 er ancêtre connu. 2 fils: Jehan et Jaques (2 et 3). 



180 



THÉLIN 



De François (1) 

2. Jehan, épousa le 19 janvier 1634 Jacqueline Gaudard ; 4 en- 
fants : Anne, Pierre, Marie, Isaac (4 à 7). 

3. Jaques, épousa l n le 27 avril 1634 Jeanne Panchaud; 2°Marie- 
Anna Mayor. 

De Jehan (2) et de Jaqueline Gaudard : 

4. Anne, baptisée le 2 janvier 1642. 

5. Pierre, baptisé le 31 août 1645. Epousa Catherine Dupuit ; 6 
enfants : Jean-François. Pierre-François, Jeanne-Eve, Jeanne-Louise, 
Pierre-Henri. Jeanne-Catherine (8 à 13). 

6. Marie, baptisée le 26 août 1649. 

7. Isaac, baptisé le 23 octobre 1651. Un fils, Pierre (14). 

De Pierre (5) et de Catherine Dupuit : 

8. Jean-François. 

9. Pierre-François, baptisé le 2 décembre 1688. Il vendit à ses 
frères en 1717 les terres héritées de son père. Il épousa Jaqueline 
Valet, de Mex, se fixa dans ce village et fut l'ancêtre de la branche 
des Thélin bourgeoise de Bioley-Orjulaz et de Mex. 

10. Jeanne-Eve, baptisée le 24 novembre 1692. 

11. Jeanne-Louise, baptisée le 13 mai 1694 ; épousa Jean-François 
Jaquet. 

12. Pierre-Henri, baptisé le 2 février 1696. Gouverneur de Bioley- 
Orjulaz en 1716. Epousa Françoise Domange ; 5 enfants : Daniel-Fran- 
çois, Jean-Pierre, Jaques, Jean-Daniel, Marie (15 à 19). 

13. Jeanne-Catherine, baptisée le 28 juillet 1700. 

D'Isaac (7) 

14. Pierre, baptisé le 28 juin 1685. 

De Pierre-Henri (12) et de Françoise Domange : 

15. Daniel-François, baptisé le 17 février 1718. 

16. Jean-Pierre, baptisé le 10 novembre 1720. Epousa Jeanne- 
Esther Panchaud ; 2 enfants : Pierre. Jean-Louis (20 et 21). 

17. Jaques, baptisé le 14 juin 1722. Epousa Marie-Charlotte 
Tzau ; 3 fils : Pierre-Louis. Jean-David. Jean-Jaques (22 à 24). 



THÉLIN 



181 



18. Jean-Daniel, baptisé le 25 mars 1725. 

19. Marie, baptisée le 17 juillet 1727. 

De Jean-Pierre (16) et de Jeanne-Esther Panchaud : 
VI 20. Pierre, baptisé le 11 septembre 1740. 

21. Jean-Louis, baptisé le 16 juin 1743. Epousa Jeanne Dufour ; 
I fils, Pierre-Moïse (25). 

De Jaques (17) et de Marie-Charlotté Tzau : 

22. Pierre-Louis, baptisé le 17 avril 1751. Il épousa Jeanne-Marie- 
Françoise Delisle. Il est l'ancêtre de toutes les familles du nom domi- 
ciliées actuellement à Bioley-Orjulaz et à Assens. 

23. Jean-David, baptisé le 24 juin 1753. 

24. Jean-Jaques, baptisé le 21 novembre 1758. 

De Jean-Louis (21) et de Jeanne Dufour : 

VII 25. Pierre-Moïse, né le 25 décembre 1778, décédé vers 1840. Insti- 
tuteur primaire dans le Vully, directeur de l'Ecole de charité à Lau- 
sanne. Epousa le 13 novembre 1804 Jeanne-Suzanne Meylan, de 
Georges et d'Anne-Elisabeth Reymond ; 5 enfants : Jean-Georges, 
Jeanne-Louise. Samson-Louis, Henriette, Anne-Marie (26 à 30). 

De Pierre-Moïse (25) et de Jeanne-Suzanne Meylan : 

VIII 26. Jean-Georges-Frédéric-Alexandre, né à Lausanne le 19 septem- 
bre 1805, consacré au saint ministère en 1829 ; se voua à l'enseignement 
et fonda une pension à Lausanne. Il épousa Françoise-Louise Porta; 7 
enfants : Charles, Henri, Louise, Philippe, Anna, Louis, Charlotte (31 à 37). 

27. Jeanne-Louise-Suzanne-Françoise, née le 22 juin 1807. Céli- 
bataire. 

28. Samson-Louis-Daniel, né le 12 septembre 1810. s'établit à La 
Sarraz mort en 1877. Epousa en 1839 Antoinette-Henriette Leca, 
née en 1815, dont le père était originaire de la Corse; 3 enfants: Pierre- 
Antoine, Adrien, Elise (38 à 40). 

29. Henriette-Antoinette, née le 9 déc. 1813; épousa Pierre Guex. 

30. Anne-Marie-Antoinette, née le 16 février 1817. Célibataire. 

De Frédéric (26 i et de Françoise-Louise Porta : 

IX 31. Charles-Louis, né probablement en 1832, mort le 31 août 1842. 

32. Georges-Henri, né probablement en 1837, mort le 7 juillet 1855, 
âgé de vingt et un ans. 



182 



THÉLIN 



33. Louise-Emilie, née le 15 février 1837. Epousa G. Béraneck. 

34. Philippe-Charles-Antoine, né le 4 juillet 1840. morl le 4 octobre 
1841, frère jumeau de 

35. Anna-Françoise-Henriette, née le 4 juillet 1840. Epousa le pas- 
teur Léon Charbonniaud. Morte à Nouméa, où son mari était aumônier 
protestant. 

36. François-Louis, né le 27 juillet 1842, mort le 28 mars 1845. 

37. Charlotte-Julie, née le 4 janvier 1847. Epousa Louis Baillod. 
morte peu après son mariage. 

De Samson (28) et d'Antoinette Leca : 

38. Pierre-Antoine-Frédéric., né le 24 décembre 1839. Receveur de 
l'Etat à Gossonay dès 1874. Epousa en premières noces, le 13 juin 1866, 
Anne-Elisabeth Gastell, d'origine anglaise, morte le 21 juin 1871 ; 

3 enfants : Henri-Frédéric, Georges-Louis, Emile-Adrien (41 à 43) ; en 
secondes noces, le 13 juin 1871, Harriett Castell décédée; 3 enfants: 
Alfred, Ida, Ernest (44 à 46). 

39. Adrien, né le 11 octobre 1842 à La Sarraz. Député de ce cercle au 
Grand Conseil de septembre 1870 à mai 1899. Président en 1882. 1887 
et 1893. Membre de la Constituante de 1884-1885. Conseiller d'Etat dès le 

4 mai 1899, président en 1903 et 1910. Conseiller national du 27 mai 
1883 jusqu'en 1900; président en 1899. Conseiller aux Etats dès le 7 fé- 
vrier 1900 : président en 1909. — Sous-lieutenant de carabiniers en 1862 ; 
commandant du bataillon 1 de carabiniers en 1878; lieutenant-colonel, 
commandant de régiment en 1886; colonel brigadier en 1891. Membre du 
Comité central de la Société suisse des carabiniers dès 1882; président 
de cette Société de 1893 à 1911. — Président des Fêtes vaudoises du 
Centenaire en 1903. Il épousa, le 21 novembre 1866, Adèle Faraudo, 
née en 1843; 5 enfants : Emma, Charles, Marguerite, Lina, Adèle (47-51 i. 

40. Elise-Charlotte-Fanny, née le 7 février 1847. Epousa le 6 décem- 
bre 1879 Joseph-Michel Anselmieu. né à Einsiedeln le 7 mars 1856. 
de Genève, pharmacien à La Sarraz. 

D'Antoine (38) et d'Anne-Elisabeth Castell. h' 1 ' lit: 

il. Henri-Frédéric-Adrien, né le 29 mars 1867 à Là Sarraz. Il lit ses 
études de droit à Lausanne et Leipzig et prit en 1891 le grade de licencié 
en droit. Il ouvrit, en 1903, à Lausanne, une étude d'avocat, et la trans- 
porta à Virh fii 1896, puis ;'i Nyon : juge cantonal de novembre 1896 fi 



THÉ LIN 



18:5 



février 1897, il démissionna pour cause de santé sans avoir pu fonc- 
tionner. Conseiller national et député au Grand Conseil de 1900 à 1912. 
Elu juge fédéral en 1912. Promu au grade de major à l'état-major judi- 
ciaire en 1913. Il épousa, à Genève, le 30 avril 1896, Hélène Panchaud 
de Bottens, fille d' Anatole, allié Favre ; 3 enfants: Georges, Anne, 
Pierre (52 à 54). 

42. Georges-Louis-Jules, né le 10 novembre 1868, mort le 22 no- 
vembre 1888. 

43. Emile-Adrien, né en 1871, mort la même année. 

D'Antoine (38) et d'Harriett Castell, 2 e lit : 

44. Alfred-Samuel-Antoine, né le 6 mai 1875 à Cossonay. Inspec- 
teur de la Société d'assurances « La Suisse » à Lausanne. Epousa à 
Vallorbe, le 18 novembre 1901, Mathilde Addor ; 2 enfants: Jean- 
Antoine, Marc-Henri (55 et 56). 

45. Ida, née le 23 mars 1880 ; épousa le 18 octobre 1906 Louis 
Amaudruz, de Cossonay. 

46. Ernest, né le 18 août 1889, marié le 26 février 1913 à Germaine 
Puenzieux. 

D'Adrien (39) et d'Adèle Faraudo : 

47. Emma-Elise-Anne, née le 14 novembre 1867. Epousa en premiè- 
res noces, le 24 octobre 1887, Frédéric-Marc Monnet, de Cossonay, 
décédé en 1896 ; et en secondes noces, en 1898, Louis Drluz, ingé- 
nieur, né en 1865. 

48. Charles-Frédéric, né le 28 mai 1869, négociant à La Sarraz. 
Epousa le 11 septembre 1893 Bertha-Marie Roulet, née le 13 janvier 
1871, fille de Jules-Henri Roulet, juge de paix et conseiller national, à 
Echallens, et de Cécile Dufour. Une fille : Antoinette (57). 

49. Julie-Marguerite, née le 17 juin 1873. Epousa en 1892 Louis 
Dénéréaz, négociant, né en 1864, juge et président du Tribunal du dis- 
trict de Cossonay dès 1908, passa vice-président le 1 er janvier 1912. 

50. Adèle-Lina, née le 8 juin 1875. 

51. Adèle-Fanny, née le 25 juin 1879. Epousa en 1900 Charles 
Amaudruz, industriel à Cossonay. 

D'Henri (41) et d'Hélène Panchaud de Bottens : 

52. Georges, né à Vich le 9 février 1898. 

53. Anne, née à Vich le 21 avril 1899. 

54. Pierre, né à Vich le 27 mars 1903. 



184 



THÉLIN 



D'Alfred (44) et de Mathilde Addok : 

55. Jean-Antoine, né à Lausanne le 2 novembre 1902. 

56. Marc-Henri, né à Lausanne le 9 mai 1908. 

De Charles (48) et de Marie Roulet : 

57. Antoinette-Cécile, née à La Sarraz le 21 août 1894. 

Branche de Mex. 

!.. Jean-Isaac Thélin épousa Suzanne Henrioud.. de Boussens. 
Un fils, Jean-Samuel (2). 

De Jean-Isaac (1) et de Suzanne Henrioud: 

2. Jean-Samuel, né le 8 juin 1758 ; épousa Catherine Gruaz ; 

2 fils : François-Etienne-David et François-Louis-Henri (3 et 4). 

De Jean-Samuel (2) et de Catherine Gruaz : 

3. François-Etienne-David, né le 2 novembre 1796, mort en 1864. 
Epousa Charlotte Favarger ; 3 enfants : Henri-François-Marc. 
Fanny-Elisabeth et Auguste (5-7). 

4. François-Louis-Henri, né le 21 septembre 1798, mort en 1853. 

De François-Etienne-David (3) et de Charlotte Favarger : 

5. Henri-François-Marc, né le 12 octobre 1827, mort le 3 mai 1886. 
Etudia la tbéologie à l'Académie de Lausanne ; consacré au saint minis- 
tère en 1854 ; pasteur à Morrens de 1854 à 1871 ; directeur du Collège 
cantonal de 1871 à 1876 ; chapelain du Pénitencier de Lausanne de 1876 
à 1886. Epousa en 1855 Pauline Assinare, morte le 24 juillet 1904 : 

3 enfants : Henri-Charles-André. Adèle-Hélène, Victor-Auguste-Louis 
(8 à 10). 

6. Fanny-Elisabeth, née en 1829, morte en 1889 : épousa Louis 
Matty. 

7. Auguste, né en 1832, mort en 1876; épousa en 1867 Marie 
Vallotton. Décédé sans postérité mâle. 

De Henri (5) et de Pauline Assinare : 

8. Henri-Charles-André, né à Morrens le 3 mars 1856. Etudia la 
théologie à l'Académie de Lausanne, consacré au saint ministère en 1879. 
pasteur à Morrens de 1880 ù 1891, à Lausanne dès 1891. Epousa le 



THÉLIN 



185 



S avril 1880 Mamie Holligek, tille de Louis-Jacob Holliger, d'Argovie, 
e! de Louise Welly ; 3 enfants : Charles-Louis-Henri. Marguerite- 
Adèle-Marie. Georges-Emile-Henri (11-13). 

9. Adèle-Héléne, née le 22 décembre 1857. 

10. Victor-Auguste-Louis, né le 18 novembre 1860, mort en 1907. 
Kpousa en 1906 Anna Duc. 

De Henri (8i et de Marie Holliger : 

VI I I. Charles-Louis-Henri, né le 8 janvier 1881, docteur en médecine 

Epousa Je 6 mai 1907 Julie Dédie ; 2 enfants : Monique et Paul-Henri 
(14 et 15). 

12. Marguerite -Adèle-Marie, née le 22 juillet 1886. Epousa le 
14 avril 1908 Henui Subilia, pasteur à Bière, fils de Henri Subilia. pas- 
leur aux Groisettes. 

13. Georges-Emile-Henri, né le 30 octobre 1890. Etudiant en droit. 

De Chaules (11) et de Julie Dédie: 

VU 14- Monique, née le 31 janvier 1908. 

15. Paul-Henri, né le 17 septembre 1912. 

A. VUILLEUMIER, pasl. 



OÈ.S. VAUD. Il 



TREYTORRENS 



Treytorrens 




Au m us : De gueules à trois truites d'argent rangées en pal, et pour 
a branche de ('udrehn-Paverne : d'azur à trois truites d'argent, accompa- 
gnées d'une couronne d'or en chef, une molette du même en pointe. 

Dkvisk : Coastal in adversis. 

Attribut : Fidélité de Treytorrens. 



Famille noble du Pays de Vaud, originaire de Treytorrens, localité 
du district de Payerue. dont elle possédait lu seigneurie avec omnimode 
juridiction. Elle eut également les seigneuries de Seiry, de Démoret et 
de Bavois. Elle acquit le droit de bourgeoisie à Yverdon, Estavayer, 
Payerne, Moudon, Cudrefin, Berne, Mur et Orbe. 



Le village de Treytorrens, au Pays de Vaud, est situé à peu près 
au centre du quadrilatère formé par les villes d'Yverdon. d'Estavayer, 
de Pa\erne et de Moudon, ce qui explique pourquoi nous trouvons 
des membres de la famille dans ces quatre villes. Le nom s'écrit Troi- 
lerens en I 171, Troiterains vers 1200, Troterens vers 1194, Troute- 
reins eu 1251, puis généralement Tretoreus. A la fin du quinzième 
siècle, on voit apparaître Trestorens et Treylorens. Ce n'est qu'au sei- 
zième siècle que, sous l'influence d'une fausse étymologie, on écrit avec 
deux r. Treylorrens '. 

Un acte de venle du juin 1542 - mentionne le « cliàteau, forteresse 
el maison forte de Treylorrens, » dont il subsiste encore aujourd'hui 
un pan de mur. Le village semble s'être groupé autour de la maison 

1 Suivant M. KUidclmami. h'ssu/ i/f h i/><i/n///iii' . p. le nom de Treloreus est d'origine 
germanique <'l signifierait : elle/ les descendants de I ruhlliari : ce dernier nom viendrait lui- 
même de //•/// = ami. Il existe aussi un village de Treylorrens, au bord du lac Léman, dans le 
distriel fie Lavau.x : mais ce n'est pas cette localité qtii a donné snn nom à la famille noble, 
quoique celle-ci v ait eu des vioncs au quinzième siècle. 

2 Société validais? </r t/énéiilogie, collection DuMonl. miscellauées. 



190 



TREYTORREXS 



seigneuriale. Au douzième siècle, le seigneur de Treytorrens parait 
être le vassal de l'évèque de Lausanne. Au milieu du treizième siècle, 
Pierre de Savoie l'ai lâcha à la fortune de sa maison. 

Une tradition qui paraît remonter au généalogiste Olivier fait des- 
rendre les Treytorrens d'un Othon, gentilhomme de la suite du duc de 
Zœhringen en 1179, lequel aurait eu pour fils Gaspar, pour petit-fils 
Melchior, mort avant 1255, père de Guy, seigneur de Treytorrens en 
1260. lequel aurait eu pour enfants Jean, Pierre et Antoine, ce dernier 
chevalier en France en 1271. Le* documents connus n'appuient pas 
cette tradition, dont le baron d'Estavayer a déjà montré l'inexactitude. 

Les premiers seigneurs de Treytorrens dont l'histoire fasse mention 1 
sont deux frères, les chevaliers Uldric et Renaud, cités à partir de 1160. 
Vers 1194, le chevalier Uldric assiste à la confirmation par l'évèque 
Roger de la donation que fit Hugues, sire de Grandson, de la terre de 
la Lance à l'abbaye de Fontaine-André. En 1251, le 2 juin, le chevalier 
Vullierme signe avec le comte de Gruyère, les seigneurs de Champvent 
et de Grandson, la donation des châteaux d'Arconciel et d'IUens, faite par 
Ulrich, seigneur d'Arconciel et d'Aarberg, à Pierre de Savoie. Ces docu- 
ments nous montrent les seigneurs de Treytorrens prenant rang parmi 
la première noblesse du pays. 

Dans la seconde moitié du treizième siècle, la famille devient nom- 
breuse, sa fortune s'émiette et son histoire devient obscure. Une fille 
apporta la seigneurie de Treytorrens à la famille de Bonvillars, de qui 
Rodolpbe. seigneur d'Oron. l'acheta le I er février 1341, et elle fit retour 
aux Treytorrens en 1366. En 1316. Perussette, veuve du donzel Guil- 
laume de Combremont, engagea sa dîme de Treytorrens et d'autres re- 
venus au même lieu. En 1358. l'hôpital de la Vierge Marie, à Moudon. 
acquit à Treytorrens des biens provenant des nobles du lieu Anselme et 
Jaquet. Vers la même époque, des cadets de la famille s'établissaient à 
Yverdon, puis à Payerne et à Moudon et quelques-uns même renon- 
çaient à la qualification nobiliaire pour devenir notaires ou commerçants. 

La filiation des diverses brandies de la famille ne peut être affirmée 
avec certitude qu'à partir du quatorzième siècle. Elles descendent toutes 
de deux frères. Pierre et Uldric, qui vivaient à la lin du treizième siècle. 
Le petit-fils de Pierre. Cuénet, bourgeois d Yverdon. passa .sa longue 

' Nos sources pour ces origines sonl les Cariulanvs tle Lausanne, de Montlieron e.l île 
Haulci'èl. le Isit'rr tirs tlfintil ions <l' llaiilrritu 1 ^ les Monuments <!<'■ /'/lis/tu/ - )' i/r Nenchàlcl île 
Malile cl les Fontes rerum bernensiitm. 



TKEYTOIIKENS 191 

cai rière u reconstituer hribe par bribe le domaine (familial, la seigneurie 
avec pleine juridiction. Sou fils François, qu'il eu! dans sa vieillesse, se 
fixa à Eslavayer, où ses descendants jouèrent un rôle important. Jean, 
seigneur de Treylorrens, fut en 144'J caution du comte de Savoie vis-à- 
vis du comte de Gruyère. Il fui à plusieurs reprises député aux Etats de 
Vaud et en 1474 Leurs Excellences de Berne rappelaient leur « ami très 
cher ». Son fils François II fut écuyer de la duchesse Blanche de Savoie, 
chargé d'affaires habituel de la ville d'Eslavayer. Ces honneurs étaient 
souvent onéreux. François III, en 1543. dut «vendre la seigneurie de 
Treytorrens el celte branche s'éteignit avec lui. La seigneurie passa suc- 
cessivement aux nobles de Malin, Robin el Dugué. Ces derniers la 
conservèrent jusqu'en 1798. 

Du frère de Pierre. Uldric, mort vers 1300, descendent les branches 
de la famille de Treylorrens qui se sont perpétuées jusqu'au dix-neu- 
vième siècle. Son petit-fils, Mermod, quitta Treylorrens vers 1338, y 
laissant des enfants d'une première femme, et, s'élant remarié avec une 
bourgeoise d'Yverdon, se fixa dans cette dernière ville où il donna nais- 
sance à une nouvelle branche. 

Le fils ainé de Mermod, le donzel Uldric, apparait en 1338 el vivait 
encore en 1389. Il avail gardé les biens de Treytorrens où ses petits- 
enfants vivaient vers 1460. Mais un de ses fils, Henri, se fixa à Payerne 
el fui père de Girard, avoyer de Payerne en 1476 au moment de la 
guerre de Bourgogne, le dernier mâle de sa branche. 

Le quatrième fils de Mermod, Othonel, mort en 1409, joua un rôle 
considérable à Yverdon el fut l'un des conseillers écoutés du comte de 
Savoie. Un de ses descendants, Henri, commandait la garnison de la 
ville d'Yverdon qui lutta contre l'armée bernoise en 1536. Il eut pour 
fils Légier,, qui acquit en 1598 la coseigneurie de Démoret et obtint en 
1609 la reconnaissance de sa noblesse. 

Les fils de Légier acquirent une illustration remarquable. Albert, 
général-major au service de Suède, fut tué au siège de Kempten en 
1633. François, grand-maître de l'artillerie au service du Danemark, puis 
de Suède, contribua à la victoire du roi Gustave-Adolphe à Lutzen en 
1632. dirigea les fortifications d'Augsbourg. Relire à Genève, il y cons- 
Iruisil les remparts de Saint-Jean. Jl venait d'être appelé au poste érni- 
nent de grand-maître de l'artillerie française lorsqu'il mou ru I le 6 juillet 
1660. 

Un autre fils de Légier, Humbert, seigneur de Démoret, reçut la 



TREVTOKRKNS 



bourgeoisie (Je Berne. David, frère d'Humbert, fui comme «ou père et 
son grand-père gouverneur de la ville d'Yverdon ; il devint seigneur de 
Bavois. De ses fils, Isaac fui un grand ingénieur militaire au service 
de la Suède et de la France. Il fortifia ïhionville et Brissacli, prit part 
aux batailles de Leipzig, de Lutzen el de Rocroy en 1643 et mourul 
au siège de Bourbourg en 1645. Un frère d'Isaac, Joseph, fut tué à Vil- 
mergen en 1656. laissant un fils avec lequel s'éteignit en 1729 la bran- 
che de Bavois. 

Le dernier fils de Légier, Tobie, entra au service de l'Eglise. Ses 
descendants se distinguèrent dans un autre domaine. Le pasteur Jacob 
de Treytorrens. mort en 1760, fut un savant, mathématicien que l'Aca- 
démie des sciences de France s'attacha. Son cousin, François-Frédéric, 
mort en 1737, fut à la fois mathématicien el philosophe réputé ; c'est 
chez lui. à Lausanne, que Rousseau donna son fameux concert. Il eut 
pour fils Louis, à son tour professeur de mathématiques, de physique et 
de philosophie à l'Académie de Lausanne, correspondant de l'Académie 
des sciences de Paris. Louis mourut en 1794 et en lui s'éteignit, la branche 
des Treytorrens d'Yverdon, qui pendant quatre siècles, depuis Othonel. 
avait brillamment honoré notre pays. 

De la branche d'Yverdon s'était détaché, à la fin du quinzième siècle, 
un rameau qui joua un rôle honorable à Grandson el s'éteignit au début 
du dix-huitième siècle. 

Un neveu du douze! Uldriod et d'Othonet, Jean, se fixa à Moudon, 
où il fut membre du Conseil de 1401 à sa mort en 1428. Son fils 
Guyonnel, notaire comme lui, prit femme à Cudrefin et s'y fixa. Le fils 
de Guyonnel. Barthélémy, devint, par mariage, mayor héréditaire de 
Cudrefin ; le petit-fils, Guillaume, fut capitaine des gardes du corps du 
roi de France François I er , fait prisonnier avec lui à Pavie, chargé par 
lui de missions délicates auprès des cantons suisses. 

Le petit-fils de ce chevalier Guillaume, un autre Guillaume, eut deux 
garçons qui firent souche. Le cadet. Abraham, se fixa à Payerne en 1630. 
De lui descend David, banneret de Paxerne, père de François-Nicolas, 
avoyer de cette ville de 1738 à 1748. et d'Abraham, qui. après avoir 
servi en France et s'être distingué à Malplaquel en 1709. passa au ser- 
vice de l'Espagne. 11 prit pari en 1732 au siège d'Oran, en 1734 à la 
conquête de Napl.es el fut félicité pour sa belle conduite au siège de 
Velettri. Il fut créé maréchal de camp en 1771 el devint gouverneur de 
Messine. Il mourul à Payerne en 1773. Son petit cousin, Daniel-Nicolas, 



TREYTORRENS 



193 



son neveu Gabriel furent ù leur tour avoyers de Payerne, et la branche 
s'éteignit dans les mâles en 1835. 

Le fils aîné de Guillaume II, François, mort en 1627, continua la 
branche de Cudrefin. Un de ses descendants, Louis-Samuel, vendit en 
1720 la mayorie de Cudrefin à Leurs Excellences de Berne. Son frère 
Emmanuel fut arrêté en 1723 à Cudrefin pour s'être montré sympathique 
à l'entreprise du major Davel. Pendant plus de trois siècles, cette bran- 
che remplit les principales fonctions à Cudrefin et compta plusieurs offi- 
ciers au service étranger. 

C'est à cette branche qu'appartenait Henri de Treytorrens, mort à 
Lausanne le 12 septembre 1858, dernier mâle de la maison de Treytor- 
rens, qui n'est plus aujourd'hui représentée que par l'une de ses filles, 
M lle Hélène de Treytorrens. 

Deux autres filles ont épousé : l'une, Henriette, Fernand de Loys- 
Chandieu, dont sont issus feu Henri de Loys-Chandieu, Treytorrens de 
Loys et M Ue Marguerite de Loys-Chandieu ; — l'autre, Augusta, Au- 
guste Grenier; elle fut la mère de M me Ferdinand de Charrière-de Sé- 
very, de M lle Marthe Grenier et de M mo Victor de Mestral. 

I. Chevaliers des XII e et XIII e siècles. 

La filiation des premiers degrés n'étant pas rigoureusement déter- 
minée par les documents, nous nous bornerons à indiquer les premiers 
chevaliers de Treytorrens dans l'ordre chronologique. 

1. Uldric, chevalier, témoin vers 1160 d'une donation à l'abbaye de 
Hauterive, en 1174 et 1177 d'actes en faveur du monastère de Monthe- 
ron et vers 1194 d'une concession à l'abbaye de Fontaine-André. 

2. Renaud, chevalier, indiqué de 1160 à 1177 comme frère du pré- 
cédent. 

3. Hugues, chevalier, présent à une donation en faveur de Jean, abbé 
d'Hauterive 1 (1200-1228). 

4. Girard, chevalier, présent à Lausanne en 1232 à une donation en 
faveur du chapitre. 

5. Jean, chevalier, témoin en décembre 1244 d'une donation du 
comte Rodolphe III de Gruyère. On le dit père de Marguerite (7). 

6. Vullierme, chevalier, témoin en 1251 de la donation du château 
d'Arconciel et d'Illens à Pierre de Savoie. 



1 Turumbert de Troiterens et son fils Pierre apparaissent vers 1200 dans deux documents 
rn laveur d'Hauterive. l.c conlextc indique qu'il s'affit fie mïnislériaux. 



194 



TREYTORRENS 



7. Marguerite, fille de Jean, qui aurait apporté la seigneurie de 
Treytorrens à son mari Berthold 1 de Bonvillars. 

8. Perussette, femme de Guillaume de Gombremont, donzel, puis 
en 1316 de Jaques du Chafa, bourgeois de Moudon. 

9. Anselme, donzel, vivant en 1338 et en 1358, possessionné à 
Vuissens et à Saint-Martin en 1340, ainsi que Hudric. qui est peut-être 
Uldriod (50). 

10. Jaquet, donzel, cité en 1358 comme frère du précédent. 

11. Agnelette, sœur des précédents, morte avant 1358, belle-mère 
de Emmonod de Prez, donzel de Rue. 

II. Les seigneurs de Treytorrens, à Estavayer. 

I 12. Pierre, qualifié, par le baron d'Estavayer, de donzel et de cosei- 
gneur de Treytorrens en 1273 et 1300. Il était mort avant 1321. Une 
reconnaissance de février 1341 lui donne pour fils Uldriod, Mermin et 
Perronet (13 à 15). 

De Pierre (12) et de ... : 

II 13. Uldriod 2 , dit du Pâquier devant Saint-Martin le Château. Il 
acquit en 1319 des terres à Saint-Martin, en 1320 d'autres à Chavannes. 
Le 23 février 1321, Jean, coseigneur de Saint-Martin, en reconnaissance 
de ses services, libéra Uldriod, fils de feu Pierre, de toutes servitudes 
onéreuses, bamps ou clames dans l'étendue de ses bois de Saint-Martin, 
excepté ce qui était de sa seigneurie d'Yvonand, cela sans préjudice de 
l'acensement que Richard, coseigneur de Saint-Martin, son oncle, avait 
fait à Uldriod du champ sous Vy (Avch. Fri bourg). Le 8 février 1322, 
Uldriod racheta de Richard le jeune, coseigneur de Saint-Martin, pour 
13 livres, des cens qu'il lui devait pour des terres à Saint-Martin et la 
gruerie ou fruitière de Saint-Martin. Il était mort en 1341. Il avait épousé 
Salamine, que le baron d'Estavayer dit être une de Villarzel et qui 
était en réalité sœur de Pierre Girard, bourgeois de Moudon. Elle était 
morte en 1350. Sept enfants (16 à 22). 

1 11 s'agît peut-être d'Othonin de Bonvillars, chevalier, dont le fils Jean, chevalier, vendit la 
seigneurie de Treytorrens à Rodolphe d'Oron, seigneur d' A Italiens, le jeudi avant la Purification 
de 1340 (soit le 1 er février 1341, nouveau style). Le village et le fief noble de Treytorrens figurent 
au testament de Rodolphe du 25 avril 1356. Ils passèrent à sa mort à son fils François qui les 
vendit en 1366 à Cuénet de Treytorrens. 

- C'est le Venod ou le Villod d'anciennes généalogies; ces noms proviennent de mauvaises 
lectures. 



TREYTORRENS 



195 



14. Perronet, mort avant 1338, laissant un fils : Johannod (23). 

15. Mermet, alias Mermin, mentionné le 9 août 1336 comme devant 
7 sols 3 deniers de cens aux enfants de Reymond, seigneur d'Estavayer. 
Mort entre 1338 et 1341. Quatre enfants (24 à 27). 

D'Uldriod (13) et de Salamine Girard : 

16. Cuénet ou Conod, bourgeois d'Yverdon et seigneur de Treytor- 
rens. Qualifié de fils d'à Uldriod du Pâquier » en 1350 (Arch. Moudori) 
et de fils d'« Uldriod de Tretorens » dans son testament en 1382 (A. C.V. 
Rec. Saint-Martin). Il achète le 28 octobre 1326 de n. Othonin de Bon- 
villars sa part de la dîme de Mollondin et du Chêne, pour laquelle il 
renouvelle encore le 15 juin 1362 la concession du droit de rachat. Il 
acquiert le 13 mars 1366 pour 1000 florins d'or de Florence, de Fran- 
çois d'Oron, seigneur d'Attalens, et de Béatrix de Viry, sa femme, la 
seigneurie de Treytorrens (ainsi que le 16 février 1368 le droit de rachat 
pour 1450 florins). C'est chez lui que, le 31 mars 1381, les notables 
d'Yverdon se réunissent pour la reddition des comptes de la ville. Il 
teste le 30 mai 1382 1 en faveur de son fils François, faisant de nom- 
breux legs pies et fondant dans l'église d'Yverdon la chapelle des saints 
Jean et Nicolas qui devait être desservie par deux chapelains. La char- 
treuse de la Lance, dont il était le bienfaiteur, célébrait son anniversaire 
le 6 mars. Il était mort le 27 mai 1383. 

Cuénet avait épousé Marguerite (Vasserot?), fille de Nicolas, bour- 
geois d'Estavayer, laquelle épousa en secondes noces Nicolas Péchin 
d'Estavayer. Elle agit au nom de son fils mineur en 1389. Elle testa le 
13 septembre 1397, léguant la moitié de sa fortune à son mari s'il se 
remariait et avait des enfants ; si non son fils François hériterait de tous 
ses biens. Cuénet n'eut que ce fils (28). 

17 et 18. Jean et Vullierme, rappelés en 1362 comme ayant acquis 
en 1326 avec leur frère Cuénet la dîme de Mollondin. 

19. Perrod, qui avec ses frères Cuénet et Mermod, passa reconnais- 
sance à Moudon le 27 avril 1341 pour des biens à Treytorrens. Mort 
avant 1381. Il eut deux enfants (29-30). 

20. Mermod, qui prêta reconnaissance avec son frère Uldriod et ses 
cousins au baron de Vaud vers 1345. Mermod, donzel, est témoin le 
10 mars 1354 d'un acte laudé par Vullierme de Billens, châtelain de 
Rolle. Mort avant 1381. Une fille : Clémence (31). 

1 On ;i une mauvaise traduction française de son testament (Arch. de famille) et une ana-' 
lysc plus exacte dans le censier de l'église de Saint-Martin du Chêne (A. C.V.). 



196 



TREYTORRENS 



21. Uldriod, rappelé en 1403 comme ayant reconnu avec Mermod. 

22. Une fille, femme de Pierre, seigneur de Massonnens, mère de 
Guillaume, héritier substitué de son oncle Guénet (16) en 1382, et de 
filles, dont Françoise, femme de Barthélémy Bosson, d'Orbe, en 1424. 

De Perronet (14) et de ... : 

23. Johannod, qui reconnut ses biens vers 1345 en faveur de Louis 
de Savoie. Il était mort en 1358, laissant une fille : Françoise (32). 

De Mermin (15) et de ... : 

24. Perrod, qui reconnut vers 1345 avec ses cousins (20-21). Vivant 
en 1358. Marié en 1341 à Perussette, fille de Pierre Villet de Démoret. 

25. Jean. Un acte de 1366 parle des hoirs de Perrod Mermin et de 
ceux de Jean Mermin. Nous ignorons leur descendance. 

26. Stephanette, femme en 1331 de Nantelin, fils de Perronet du 
Chêne de Prévondavaux. 

27. Françoise, épouse de Guillaume Laboran. 

De Guénet (16) et de Marguerite : 

28. François, seigneur de Treytorrens, chevalier, bourgeois d'Esta- 
vayer. Mineur en 1389. Membre du Conseil d'Estavayer en 1398. Re- 
connut le 17 juillet 1403 tenir en fief du comte de Savoie et sous hom- 
mage lige la seigneurie de Treytorrens avec mère, mixte impère et 
omnimode juridiction. Le 14 juillet 1403, il reconnut aussi tenir de 
Henri Petitpas, donzel d'Orbe, cause-ayant de Richard, coseigneur de 
Saint-Martin, sa maison, son four et sa grange du Pâquier, des terres 
à Saint-Martin, à Rovray et à Chavannes-le-Chêne. En 1413, il était 
co-collateur de la chapelle Saint-Jaques, dans l'église du couvent d'Esta- 
vayer. Il testa le 12 décembre 1433 en faveur de son fils Jean. 

Il épousa Catherine de Corbières, fille de Pierre de Gorbières, 
donzel, et de Françoise de Jolens, laquelle testa le 27 février 1423 en 
faveur de ses fils Jean et François (33-34). Une fille (35). 

De Perrod (19) et de ... : 

29. Jaquette, épouse de Rolet d'Oppens, dit Pacon, dont elle eut 
Pierre Bruchet et Catherine, légataire de son oncle Cuénet (16) en 1383. 

30. Henri, légataire de son oncle Cuénet en 1383. 

De Mermod (20) et de ... : 

31. Clémence, femme de Rolet Escot, donzel, sautier de Bulle, 



TREYTORRENS 



197 



légataire de Cuénet en 1383, reconnaît en 1391 des biens à Treytorrens, 
dont son mari, devenu veuf, fit hommage en 1403. 

De Johannod' (23) et de ... : 

32. Françoise, citée dans plusieurs actes de 1358 à 1403, épouse 
de Perrin Armeour ou Armini, bourgeois d'Yverdon. 

De François (28) et de Catherine de Corbières : 

33. Jean, seigneur de Treytorrens, donzel du Pasquier en 1429. 
11 est en 1426 chef de lance dans la campagne du duc de Savoie contre 
'e duc de Milan. Donna en 1433 un subside de 13 florins pour la dot 
de Marguerite de Savoie, reine de Sicile. Tuteur de son cousin Jean de 
Corbières en 1437. Il possédait un fief, dit de Treytorrens, consistant 
en maisons, prés, vignes, bois, corvées et cens, situés dans la mairie 
de la Côte (Auvernier, Cormondrèche, etc.) au comté de Neuchâtel. 
Représenta la ville d'Estavayer aux Etats de Vaud de 1448 à 1454 et la 
noblesse en 1457. Châtelain d'Estavayer pour le duc de Savoie de 1455 
à 1466 et de 1471 à 1475. Il testa le 25 février 1475 en faveur de son 
fils François. 

Jean, seigneur de Treytorrens, épousa : 

a) Jeanne de la Baulme, vivante en 1458, dont il eut Claude et 
François (36-37). 

6) Françoise Mayor, fille de Jean Mayor de Cugy, des nobles d'Il- 
lens. 

34. François, mentionné en 1423 dans le testament de sa mère. 
Mort avant 1433. 

35. Antonia, femme 1° d'ETiENNE de Mollens, donzel de Mex, 
en 1440 et 1444; 2° de Jaques de Bonvillars, seigneur de Mézières 
près de Romont. Elle testa le 5 juillet 1472 en faveur de son frère Jean. 

De Jean (33) et de Jeanne de la Baulme : 

36. Claude, qui prit part le 1 er août 1451 aux joûtes de Romont et 
en 1457 à la translation du corps de Félix V de Genève à Ripaille. Vrai- 
semblablement mort jeune. 

37. François, majeur en 1456 et propriétaire avec son frère au vi- 
gnoble de Grandvaux, seigneur de Seiry en 1467, seigneur de Treytor- 
rens dès 1475, représentant d'Estavayer à Berne en 1477, à Moudon et 
à Neuchâtel en 1478, châtelain de Surpierre en 1477-1480, puis d'Esta- 
vayer en 1483-1490, écuyer de la duchesse Blanche de Savoie en 1490. 



198 



TREYTORRENS 



membre des Etats de Vaud en 1495 et 1498. Il vend le 15 mars 1502 
au clergé de Moudon sa part de la dîme de Mollondin et de Saint-Mar- 
tin du Chêne, ainsi que le droit de rachat le 23 décembre 1508, le tout 
au prix de 1000 florins ; vend le 3 mars 1505 au clergé d'Estavayer sa 
dîme d'Autavaux ; teste le 23 août 1510 en faveur de son fils Antoine. 
François II, seigneur de Treytorrens, avait épousé : 
a) Claudine de Russin, fille de François de Russin, seigneur d'AI- 
laman, morte de la peste à Seiry en 1467, mère de Françoise (38). 

6) Claudia d'Avenches, vivante en 1525, mère de sept enfants 
(39-45). 

De François II (37) et de Claudine de Russin : 

38. Françoise, morte jeune en 1479. Son père lui promit de la faire 
enterrer dans l'église des Dominicaines d'Estavayer; il hérita d'elle et de 
sa mère. 

De François II (37) et de Claudia d'Avenches : 

39. Antoine, chevalier, prit part en 1505 avec Rodolphe de Schar- 
nachtal et Gaspard de Mulinen, de Berne, ainsi que François d'Arsent, 
de Fribourg, à un pèlerinage à Jérusalem. Prête en 1511 reconnaissance 
pour diverses terres. Mort avant janvier 1522. Par son testament de 

1520, il légua la seigneurie de Treytorrens à ses frères Jean et François, 
excluant ses filles Jeanne et Catherine (46-47). 

40. Jean II, seigneur de Treytorrens, mentionné dès 1515, prêta re- 
connaissance, en son nom et au nom de son frère François, absent, pour 
la seigneurie de Treytorrens au duc de Savoie le 8 janvier 1522. Il pos- 
sédait la coseigneurie de Seiry et le fief d'Auvernier. Il mourut après 1526. 

Jean II épousa : 

a) Alice de Corbières, vivante en 1494, fille de Pierre, coseigneur 
de Bellegarde, et d'Alice de Vuippens, dont il ne paraît pas avoir eu 
d'enfants. 

b) Françoise de Gléresse, fille de Bernard de Gléresse, donzel à 
Estavayer, et d'Isabelle d'Estavayer, dont il eut Isabelle et François III 
(48 et 49). Elle vivait encore en 1543. 

41. François, donzel en 1514, coseigneur de Treytorrens, absent en 

1521. Par acte du 8 juin 1517, il avait renoncé à tous ses droits et biens 
en faveur de sa mère, avec reversion en faveur de son frère Jean à la 
mort de celle-ci. 

42. Claude, infirmier du prieuré de Romainmôtier, fut, avec Cathe- 
rine (47) sa nièce, tuteur des enfants de son frère Jean en 1528. Le 3 juin 



TRËYTORRENS 



199 



1542, il vendit sa part et héritage du « château, forteresse, maison 
forte, grange et autres édifices de Treytorrens », à Pierre de Molin, et 
le 3 janvier 1543, ratifia l'ensemble des ventes faites par lui et les siens 
à ce dernier. 

43. Marguerite, citée dès 1505, épousa le 5 juillet 1510 Claude Cro- 
serens, bourgeois et conseiller à Lausanne, seigneur de Ghamblandes. 

44. Jeannette, entrée en religion à Estavayer en 1488. 

45. Isabelle, épouse en 1512 (contrat du 6 mai) Guillaume Espaz 
(Ensis), donzel de Moudon, seigneur de Villariaz. Sa dot fut de 600 flo- 
rins d'or p.p., et son frère Antoine lui donna sa robe de noce. Morte 
avant son mari qui testa en 1525. 

D'Antoine (39) et de... : 

VIII 46. Jeanne, femme en 1524 de Pierre Saddodi, de Cluses, demeu- 
rant à Yverdon. 

47. Catherine, veuve en 1524 de Nicolas Nuspengel de Fribourg. 
Tutrice en 1528 de ses cousins (48-49). 

De Jean II (40) et de Françoise de Gléresse: 

48. Isabelle, épouse d'HANS Zurthannen, alias Cuchiez, de Fri- 
bourg, veuve en 1539, vivante en 1543. 

49. François III, dernier seigneur de Treytorrens dès 1531, vit 
s'écrouler la fortune de sa famille. Ses créanciers subhastèrent en 1533 
le moulin de Treytorrens, en 1534 la dîme du village. Il vendit vers 1540 
le fief de Treytorrens à Auvernier à Claude Baillod et Jean Merveilleux 
pour 800 florins. En 1543, du consentement de sa mère Françoise et de 
sa sœur Isabelle, François vendit enfin la seigneurie même de Trey- 
torrens à Pierre Morel, bourgeois de Fribourg, pour 800 écus d'or 
(53 000 francs). Celui-ci remit la moitié de la seigneurie au notaire Pierre 
de Molin d'Estavayer, qui acquit plus tard l'autre moitié de la veuve 
de Pierre Morel (voir n° 42) et paya les lauds à Leurs Excellences de 
Berne le 11 mai 1544 l . 

François III avait donné le 22 juin 1537 au notaire G. Hory huit se- 
tiers de vin blanc de cens que son grand-père François II avait légués 

1 Olivier et DuMont disent que Gui et Jean de Treytorrens, frères, fils de Claude, seigneurs 
de Treytorrens, rachetèrent en 1S43 au dit Pierre de Molin la seigneurie de Treytorrens par 
droit de proximité, et que en 1549 Jean acheta la part de son frère Gui. Ces indications sont en 
contradiction avec les lauds payés le 11 mai 1544 et le 12 octobre 1532 par Pierre de Molin, 
« seigneur de Treytorrens, pour le château et la châtellenic de Treytorrens acquise de la veuve' 
de Pierre Morel, de François de Treytorrens, de Claude son oncle et de plusieurs autres per- 
sonnes. » Gui et Jean et leur père Claude nous sont d'autre part inconnus. 



200 



TREYTORRENS 



à la chapelle des Trois Rois dans la collégiale de Neuchâtel, et qui lui 
avaient été rendus après la Réforme. Il n'est plus mentionné après la 
vente de la seigneurie et son sort nous est inconnu. 

III. Branche de Treytorrens-Payerne. 

I 50. Uldric, ou Uldriod, très probablement frère du donzel Pierre 
(12), plusieurs actes de 1340-1342 parlant des hoirs de Pierre et des 
hoirs d'Uldriod qui doivent ensemble 37 sols de cens au seigneur de 
Treytorrens. Il est mentionné comme habitant Moudon en 1323. Il était 
mort en 1338, et d'après les indications données dans un acte de cette 
année, il devait être né vers 1250. Il eut trois enfants connus (51-53). 

D'Uldric (50) et de ... : 

II 51. Peret, qui vivait en juin 1338, grand-père à ce moment d'un en- 
fant majeur. Mort avant 1341. Trois enfants (54-56). 

52. Jean, mort avant 1338, père de Perrod Perat (57). 

53. Jordane, veuve de Mermet de Warens, bourgeois de Moudon, 
ratifie le 12 mai 1335 une donation à Montheron. 

De Peret (51) et de ... : 

III 54. Mermod, cité de 1338 à 1352. Il avait épousé en premières 
noces ... dont il eut au moins un fils, Uldriod, et en secondes noces Rey- 
monde de Cronay, fille de Pierre Alamant, bourgeois d'Yverdon, qui lui 
apporta 200 livres de dot, somme qu'il remit à Uldriod, son fils du pre- 
mier lit, demeuré à Treytorrens, tandis que lui-même paraît s'être fixé à 
Yverdon. Exécuteur testamentaire en 1348-1350 de n. Catherine de 
Hautenberg, veuve de Johannod Jaquinod, bourgeois d'Estavayer. Le 
15 mai 1352, il acense à Jordan d'Estavayer, bourgeois d'Yverdon, un 
jardin à Yverdon, près de l'Eau Folle, avec réserve du droit de reprise 
par lui ou son fils Othonet. Quatre enfants (58-61). 

55. Aymon, qui vendit en 1359 une pose de terre à Guénet de Trey- 
torrens (16). C'est très probablement lui qui était moine à Payerne en 
1396-1412 et fut le bienfaiteur des petits-enfants de Mermod. 

56. Girard, prêtre, curé de Gruyères de 1328 à 1341. En juin 1338. 
il est dit frère de Mermod, père d'Uldriod. Coexécuteur testamentaire 
de Pierre III, comte de Gruyère en 1328. 

De Jean (52) et de ... : 

57. Perrod Perat, mentionné en 1338, se reconnaît en 1341 censi- 
taire de Rodolphe d'Oron et le 11 mai 1345 son homme lige. Par testa- 



TREYTORRENS 



201 



ment du 25 avril 1356, le dit seigneur d'Oron lègue à l'église d'Attalens 
30 sols, redîmables à 20 livres, que lui doit Perrod Perat. Celui-ci avait 
épousé «Tord ane, sœur de Perrod de Monregart, donzel, dont il eut 
trois enfants (62-64). 

De Mermod (54) et de ... : 

58. Uldriod, donzel en juin 1338, « fils de Mermod, fils de Peret, fils 
de feu Uldric de Tretorens » (A. G. V. Titres de Montheron). De la vo- 
lonté expresse de son grand-père Peret, il reconnaît tenir de son père Mer- 
mod,, du consentement de Girard (56), curé de Gruyères, frère de celui-ci, 
une somme de 200 livres que Mermod avait reçue à titre de dot, de sa 
femme Reymonde, et qu'il assigne sur une grange à Treytorrens, trente 
poses de terres (dont quatorze formant le mas ouz Perer de la Gha- 
vanne), les bois de la Rochettaz et de Fossau au dit lieu, ainsi que sur 
ses biens et cens de Gombremont-le-Petit. C'est peut-être l'a Oudrisot de 
Trestorain » qui en 1339 servait d'écuyer à Othon de Grandson, sire de 
Pesmes, dans une campagne contre le roi de France. Uldriod vivait en 
mai 1383 et il était en conflit avec son demi-frère Othonet au sujet de 
ces 200 livres que ce dernier avait vendues au couvent de Montheron ; 
l'abbé de Thela intervint comme arbitre. Uldriod était encore en procès 
en 1389, ainsi que Pierre Bruchet, avec la veuve de Cuenet de Treytor- 
rens, qui lui contestait la copropriété du four banal. Il eut quatre fils 
(65-68). 

59. Peut-être Pierre, bourgeois de Payerne en 1392 *. Deux enfants 
(69-70). 

60. Le père de Jean, notaire à Moudon (71). 

De Mermod (54) et de Reymonde de Cronay : 

61. Othonet, vivant de 1352 à 1409, et qui fut la souche de la 
branche d'Yverdon. (Voir plus loin). 

De Perrod Perat (57) et de Jordane de Monregart : 
62. Perret Perat, cité en 1345 et 1347, époux de Johannette; vend 
de son consentement, le 1 er février 1373, un pré à Cuénet de Treytor- 
rens (16). r Un fils Pierre (72). 

63. Vullierme, mentionné en 1345 et 1347. 

64. Peut-être Catherine, femme de Pierre Fondaz, notaire à Esta- 
vayer. Elle testa en 1380, fut mère de Nicod Fondaz. chapelain. 

1 II se pourrait que ce Pierre fût le même que celui indiqué au 67. 



202 



TREYTORRENS 



D'Uldriod (58) et de... : 

65. Michel, mentionné avec son père en 1383. Il possède en 1403 
une part du four de Treytorrens, un bois à Murist, et une terre à 
Chavannes-le-Chêne. Le 13 octobre 1409, il passe avec ses frères un ac- 
cord important au point de vue généalogique (Arch. Payerne, notaire 
Treyvaux, I, 74) et dont voici l'analyse : 

Un désaccord s'était produit entre Henri de Tretorens (68), bour- 
geois de Payerne, d'une part, et Michel et Pierre de Tretorens (65 et 
67), frères du dit Henri, fils de feu Huldriod de Tretorens (58), donzel, 
de l'autre, au sujet de ce qu'Henri exigeait sa part des biens paternels 
et maternels. Tous trois s'étant soumis à l'arbitrage de Fr. Jean de Tre- 
torens (66), infirmier du prieuré de Lutry, leur frère, celui-ci pro- 
nonce : 

a) Henri recevra de ses frères la somme de 16 livres pour sa part 
des biens meubles paternels et maternels. 

b) Les biens immeubles resteront en indivision pendant douze ans 
encore, après quoi il seront partagés. Henri pourra aliéner, acenser ou 
hypothéquer sa part durant ces douze années, mais ses frères auront la 
préférence. Il aura sa part des frais d'entretien de leurs maisons et 
granges. 

c) Pierre devra remettre en mains de Jean de Tretorens (71) leur 
cousin la lettre de donation faite par Fr. Aymon de Tretorens (55) en 
faveur des enfants du dit Pierre, et cette lettre sera remplacée par une 
autre en faveur des dits trois frères; ce dont Pierre, au nom de ses en- 
fants, fait d'ores et déjà cession. 

d) Frère Jean lient quitte ses trois frères de sa quote-part des biens 
paternels et maternels, mobiliers et immobiliers, moyennant satisfaction 
convenable. 

66. Jean, moine et procureur du couvent de Payerne en 1401, pro- 
cureur du prieur de Payerne en 1406, sacristain du même prieuré le 
20 avril 1409; infirmier du prieuré de Lutry le 13 octobre 1409 et en 
1416; sous-prieur au couvent de Lutry en 1420. 

67. Pierre, mentionné en 1403 et 1409, père probable de Antoine 
et de Vullierme (73-74). 

68. Henri, donzel, bourgeois et conseiller de Payerne dès 1407. Gou- 
verneur de la ville de Payerne en 1425. Encore conseiller le 10 mars 
1432, mort avant le 7 mars 1435. Il avait épousé, avant 1403, Nicolette 
Pudraul fille de Perrod Pudraul, bourgeois de Payerne, qui, le 13 oc- 



TREYTORRENS 



203 



tobre 1409, donna quittance à Michel de Treytorrens (65) et à Pierre Bru- 
chet, au sujet de 200 florins d'or, à elle assignés par contrat de mariage, 
et pour lesquels ils étaient cautions. Trois enfants (75-77). 

De Pierre (59) et de ... : 

69. Isabelle, mariée en 1392 (contrat du 23 juillet) à Jaquet Gros- 
tel, fils de Jean Crostel, bourgeois de Payerne. 

70. Peut-être Uldriod, qui possède en 1403 une terre à Chavannes- 
le-Chêne et partage avec François (28), seigneur de Treytorrens, le 
« Bruit dou Chesne 1 . » 

De ... (60) frère d'Uldriod, donzel (58) et de ... : 

71. Jean, conseiller et notaire à Moudon de 1401 à 1428, qualifié en 
1409 de cousin des enfants d'Uldriod, et qui est la souche de la branche 
de Cudrefin-Payerne. 

De Perret Perat (62) et de Johannette : 

72. Pierre « Perre de Tretorens », époux de Marguerite Pal- 
layon, fille de Mermet Pallayon, d'Estavayer. Il demeurait lui-même à 
Estavayer où il vendit le 25 juillet 1396 des biens à Nicolette, veuve de 
Jean de Pont. Il vivait encore en 1403. 

De Pierre (67) et de ... : 

73. Probablement Antoine, donzel, qui possédait à Treytorrens une 
maison et une partie de la seigneurie. Mort avant 1460, laissant deux 
filles (78 et 79). 

74. Probablement Vullierme ou Guillaume, camérier et sous-prieur 
du couvent de Payerne de 1433 à 1458, mort peu avant le 30 août 1459. 

De Henri (68) et de Nicolette Pudraul : 

75. Girard, donzel, qui, avec son frère Jean, vendit le 28 décembre 
1460 à Jaques Bize et à Françoise de Treytorrens (78), sa femme, toute 
leur part de la seigneurie de Treytorrens, avec mère, mixte impère et 
omnimode juridiction qu'ils avaient sur une maison, l'ancien four de 
Treytorrens, 68 poses de champs et 30 de bois, 32 seitorées de prés, 
etc. Girard est' avoyer de Payerne en 1476; il rend ses comptes cette 
année-là à l'abbé le vendredi avant la Saint-Michel. Il est confirmé 
comme tel le 7 juin 1478, et il approuve le 12 janvier 1479 un arbitrage 

1 II pourrai! être le même que celui porté au n° 58. 



204 



TREYTORRENS 



du Conseil de Fribourg entre la ville et un ancien avoyer de Payerne. En 
1482, étant gouverneur de Payerne, il s'entremit avec François (37), sei- 
gneur de Treytorrens, pour accorder les habitants de Payerne et d'Esta- 
vayer. Il vivait encore le 21 mai 1492 avec son épouse Anthoinaz Meller. 

Il avait épousé : 1° Catherine, dont il eut des enfants qui nous sont 
inconnus et vivaient en 1478 ; 2° en 1478 (contrat du 30 décembre), 
Anthoinaz Meller, fille de Jaques Meller, de Payerne, veuve de Claude 
Maillardoz, de Grandvaux, vivante en 1520 et dont il eut une fille 
Jeanne (80). 

76. Jean, moine à Payerne de 1453 (en même temps que Guillaume, 
(74) son cousin) à 1485; prieur claustral en 1485. 

77. Alexie, qui épousa en 1427 Pierre Crostel, fils de Jean Crostel, 
banderet de Payerne. Elle testa le 7 mars 1434, léguant entre autres 
60 livres et 10 sols au clergé de Payerne et 12 deniers de cens à 
l'église Saint-Nicolas de Corcelles. 

D'Antoine (73) et de ... : 

VII 78. Françoise, épouse dès 1460 de n. Jaques Bize, clerc à Trey- 
torrens, dont les descendants ont pris les armes de Treytorrens, légère- 
ment modifiées. 

79. Marguerite, mentionnée avec sa sœur dans un acte du 28 dé- 
cembre 1460. 

De Girard (75) et d' Anthoinaz Meller : 

80. Jeanne, épouse de Pierre Robert, bourgeois de Morges, pos- 
sessionné à Payerne en 1521-1522, dont elle eut Jean Robert, camérier 
de l'abbaye de Payerne de 1519 à 1537, et une fille Barthélemie, femme 
d'Antoine Moctet d'Avenches. 

IV. Branche de Oudrefin. 

I 50. Uldriod I er de Treytorrens, mort vers 1300, père de : 

II 51. Peret, mort entre 1338 et 1341, père de : 

III 54. Mermod, vivant en 1352, père des chefs des branches de Payerne 

(l re ) et d'Yverdon, ainsi que de 

IV 60. N... père de : 

71. Jean de Treytorrens, qualifié le 13 octobre 1409 de cousin des 

V enfants d'Uldriod II (voir n° 58). Bourgeois, notaire et conseiller de 
Moudon de 1401 à sa mort. Reconnaît en 1403 tenir du comte de Sa- 



« 



TREYTORRENS 



205 



voie une maison à Moudon, à la rue du Vieux Mazel, près de la porte 
Neuve. En 1407, il concède à Guyonnet de Daillens, coseigneur de la 
Molière, le droit de rachat d'un cens assigné sur le four de Murs. Le 
29 novembre 1428, considérant qu'il était mort sans testament ni legs 
pie, sa veuve Françoise et son fils Guyonnet donnèrent au clergé de 
Moudon 12 sols de cens payables le dimanche des Bordes, anniversaire 
du dit Jean. Trois enfants (81-83). 

De Jean (71) et de Françoise : 

VI 81. Guyonnet « de Tretorens de Moudon, » clerc, qui signe en ces 
termes en 1424 des reconnaissances en faveur du monastère de Payerne. 
En 1426 et 1445, il dresse les reconnaissances pour le château de 
Cudrefin. Le 4 mars 1432, Guyonnet, « clerc à Moudon, demeurant à 
Gudrefin », et son épouse Marguerite Beneton, accensent des biens à 
Uldric Lachoz. Le 8 mars 1458, Guyonnet représente la ville de Gudre- 
fin aux Etats de Vaud, où Jean (33), seigneur de Treytorrens, siège au 
nom de la noblesse en 1457 (voir p. 197). Il avait épousé Marguerite 
Beneton, fille de Pierre, bourgeois de Gudrefin, qui lui apporta en dot 
une maison de pierre et des terres. Deux enfants (84 et 85). 

82. Louis, qui, avec Guyonnet, passe une reconnaissance à Mou- 
don en 1440. C'est probablement lui qui est témoin le 28 novembre 1458 
d'une sentence de Girard Hugonet d'Estavayer, juge des extentes du duc 
de Savoie. Il pourrait être le père de Pierre (86). 

83. Pérussone, laquelle épousa Antoine de Brenles, recteur en 
1422 de l'hôpital de la B. Marie de Moudon, dont elle était veuve en 
1440. 

De Guyonnet (81) et de Marguerite Beneton : 

VII 84. Barthélémy, notaire à Gudrefin, commissaire ducal et receveur 
des extentes du duc de Savoie en 1458. Le 2 mai 1468, il emprunte 
100 livres au couvent de Payerne dont son cousin Jean (76) était un des 
religieux. Il épousa Mermete Hugonet, fille de Girard Hugonet, bour- 
geois d'Estavayer, qui lui apporta des fiefs considérables dans la châtellenie 
de Gudrefin et la mayorie héréditaire du dit lieu, que son père avait ac- 
quise partie de Jeanne Mayor de Gudrefin, partie de Nicod de Moudon, 
seigneur de Portalban. Barthélémy testa le 24 décembre 1482 en faveur 
de ses deux fils (87 et 88). 

85. Une fille, qui épousa Aymonet Lascloz, fils d'Uldriset, bourgeois 
d'Estavayer. 



206 



TREYTORRENS 



Peul-être de Louis (82) et de ... : 
86. Pierre, notaire à Gudrefin vers 1490, peut être père d'André (89). 

De Barthélémy (84) et de Mermete Hugonet : 

VIII 87. Guillaume, absent du pays en 1482 lors du testament de son 
père. Il avait pris du service en France, et les traditions de famille rap- 
portent que le roi François I or le créa chevalier de Saint-Etienne et ca- 
pitaine des gardes du corps; qu'il fut fait prisonnier à Pavie en 1525 et 
relâché moyennant une forte rançon. En 1521, il avait négocié avec Zu- 
rich une nouvelle levée de troupes pour la France. En 1531, Guillaume 
est à Estavayer, procureur du prévôt de Genève, Jean de Montfalcon. 
En 1536, le 19 décembre, il est encore absent du pays, et c'est son fils 
François (90) qui prête pour lui reconnaissance à Leurs Excellences de 
Berne. « Discret Guillaume de Treytorrens, chevalier de Gudrefin, » 
mayor du dit lieu, est encore mentionné dans un censier de 1545 
comme tuteur de sa fille Anne. Il dut mourir à cette époque. Ce fut, 
paraît-il, lui qui ajouta à ses armes une molette en chef. 

Le chevalier Guillaume épousa : 1° avant 1502, Isabelle Vaucheret, 
fille de Louis Vaucheret. et veuve de Pierre de Vevey, dont il eut quatre 
enfants (90-93); 2° Marguerite Ramuz, fille de n. Girard Ramuz, bour- 
geois du Landeron, et d'Aymée de Montenach, dont il eut une fille 
Anne (94). 

88. Girard, témoin d'un acte à Gudrefin en 1492, père de Loys et de 
Bastian (95 et 96). 

De Pierre (86) et de ... : 

89. André, notaire, lequel était en 1520 commissaire de Leurs Ex- 
cellences de Fribourg pour le château de Montagny. 

De Guillaume (87) et d'Isabelle Vaucheret : 

X 90. François, mayor de Gudrefin en 1545, chevalier, bourgeois et 
conseiller de Gudrefin en 1559, mort avant 1566. 

Epouse en 1536 (contrat du 5 juillet) Ambroise de Bruel, fille de 
ii. Bon de Bruel et de Baibille d'Englisperg. Quatre enfants (97-100). 

91. Claude, donzel, notaire et châtelain à Cudrefin, achète un pré à 
Bussy en 1544; fait reconnaissance de ses terres en 1556; châtelain de 
Gudrefin dès 1557, mort en 1567. 

Ep. : 1° Anne de Molin, fille de Pierre de Molin, seigneur de 



TREYTORRENS 



207 



Treytorrens ; 2° Pernon Ramuz, vivante en 1590. Deux enfants du pre- 
mier lit (101 et 102) et trois du second (103-105). 

92. Antoine, lequel vend un cens le 10 janvier 1524. Mort sans pos- 
térité avant 1556. 

93. Nicolarde, qui, d'après le baron d'Estavayer, aurait épousé 
Jean Gornillat, ministre à Oron. 

De Guillaume (87) et de Marguerite Ramuz : 

94. Anne, qui épousa en 1540 (contrat de mai) Jacob d'Englisperg, 
fils de Bastian. Elle vivait en 1550 et mourut avant le 15 mai 1556, fai- 
sant son mari héritier des biens qu'elle tenait de sa mère. 

De Girard (88) et de ... : 

95. Louis, notaire à Cudrefin en 1531, passe reconnaissance en son 
nom et au nom de son frère Bastian en 1536; mort avant 1552. 

Ep. : Jaquemaz ... (remariée avant 1557 à Jean Chimey). Quatre 
enfants (106-109). 

96. Bastian, cité en 1536; vivant en 1556. Père de Guillaume (110). 

De François (90) et d'Ambroise de Bruel : 

97. Guillaume, donzel ou « juncker », reconnaît la mayorie de Cu- 
drefin en 1574. LL. EE. de Berne la lui confirmèrent le 3 juillet 1597, 
déclarant que la possession de la mayorie lui donnait le droit de perce- 
voir une gerbe de froment de chaque feu à Cudrefin, Murs, Villars, 
Champmartin, Sallavaux, Vallamand, Chabrey et Montagny, comme ses 
prédécesseurs, — depuis Pierre de Marsonnens, — en avaient joui dès 
les temps des ducs de Savoie, nonobstant le fait que François de Trey- 
torrens (90) avait engagé la mayorie à n. Jacob d'Englisperg, duquel 
Guillaume l'avait rachetée. A la dite mayorie était jointe la foresterie 
des bois de Charmontel, de Plamboz et de la Chaussery. 

Guillaume s'était fixé à Payerne, et avait acquis en 1577 la bourgeon 
sie de cette ville. Il fut cohéritier en 1576 de Jacob d'Englisperg, diffé- 
rent du précédent (testament de 1566), et en 1589 de Sébastien d'En- 
glisperg. Il mourut entre 1597 et 1599. 

Ep. : 1° Marie Rossallat, fille de Pierre Rossallat, de Cudrefin. 
Huit enfants (111-118). 

2° Jeanne d'Englisperg, fille de Sébastien, dont il n'eut pas d'enfant. 

98 et 99. Jean et Jacob, mentionnés avec leur frère Guillaume dans 
une reconnaissance de 1566. 



208 



TREYTORRENS 



100. Marie, qui, par l'intermédiaire de son neveu Frantz (112), ven- 
dit le 8 août 1599 la vigne du Meytent, à Vallamand, à son cousin n. 
Anthony de Vincy, bourgeois d'Estavayer. 

De Claude (91) et d'Anne de Molin : 

101. Gaspard, mentionné en 1577 dans une grosse de Saint-Aubin, 
à cause de Vuippens. 

102. Daniel, qui vendit le 18 février 1585 à François Dessibor, une 
terre à Villars en Vully. 

De Claude (91) et de Pernon Ramuz : 

103. Pierre, châtelain de Cudrefin. Il teste le 12 mai 1590 en faveur 
de la commune de Cudrefin; le 18 mai suivant, Isaac Ramuz, bourgeois 
de Neuchâtel, reconnaît au nom du « Juncker Petter de Treytorrens » 
600 florins pour l'amodiation de la dîme de Cudrefin. 

Ep. Marie Isnard : pas d'enfant. 

104. Madeleine, légataire de son frère en 1590, alors femme de 
Jean-Jaques Prince; puis le 16 janvier 1599 de Humbert Fonta- 
nelle. 

105. Marie; ép. en 1578 (contrat du 14 mars) Uldriset Jaunin, de 
Cudrefin ; vivante en 1590. 

De Louis (95) et de Jaquemaz : 

106. Jean, mentionné avec ses trois sœurs dans un reçu de 1564; 
a en 1550 n. G. de Tretorens pour tuteur. 

107. Anna. 

108. Pernon, femme de Claude Jaccaud, de Payerne. 

109. Catherine, femme de Jean Cornys. 

De Bastian (96) et de ... : 

110. Guillaume, mentionnné dans une liste de focagers de 1550, 
alors sous la tutelle de Bastian Morel, mort avant 1588. Deux enfants 
(119 et 120). 

De Guillaume (97) et de Marie Ross allât : 

111. Judith, née en 1565. 

112. François ou Frantz, né le 5 mars 1566, mort en 1627. Qualifié 
de bourgeois de Payerne en 1601 avec son frère Abraham. Châtelain de 
Cudrefin en 1599. Le 24 décembre 1602, LL. EE. confirmèrent ses 
droits à la mayorie héréditaire de Cudrefin, dont les titres avaient été 



TKEYTORRENS 



209 



égarés pendant sa minorité. Il avait aussi demandé que l'office de 
châtelain fût joint à celui de la mayorie, mais LL. EE. s'y refusèrent, 
tenant à séparer les deux charges, car la seconde dépendait de leur 
« libérale volonté ». En 1625, Frantz, châtelain et mayor de Cudrefin, 
était en conflit avec son cousin Bastian (119) au sujet de la propriété 
d'une maison. 

Ep. : 1° en 1588 (contrat du 26 octobre) Anne de Goumoëns, fille de 
Pierre, seigneur de Goumoëns, Bioley et Gorrevon, et de Françoise-Per- 
nette de Beaufort. Deux enfants (121 et 122). 

2° En 1601 (contrat du 4 mai) Catherine d'Erlach, fille de n. 
Bénédict d'Erlach, sénateur, et d'Ursule May. Neuf enfants (123-131). 

113. Abraham, né le l or mars 1568, mort en 1655, tige de la seconde 
branche de Payerne, qui suivra. 

114. Ambroise, née le 11 mars 1570, bapt. le 2 avril. Ep. le 19 jan- 
vier 1592 Samuel Fivaz , fils de n. Claude Fivaz, de Payerne. 

115. Wolffgang, né le 1 er mars 1572, baptisé le 8 avril. f 

116. Anne, née en 1574; ép. Jaques d'Englisperg, frère de Jeanne, 
sa belle-mère. 

117. Simon, né le 11 décembre 1575; bapt. le 8 janvier 1576. 

118. Marie, née en janvier 1578 ; ép. à Payerne le 4 mai 1601 
Abraham Moratel. 

De Guillaume (110) et de : 

119. Bastian, dit en 1588 fils de feu hon. Guillaume, bourgeois de 
Cudrefin; grossaultier en 1591-1599 ; vivant en 1625, alors conseiller de 
Cudrefin, mort avant 1630. 

Ep. : 1° le 1 er juin 1588 à Avenches Elisabeth Blanchod, fille de 
Jean Blanchod, banneret d'Avenches. Deux enfants (132-133). 

2° Le 16 avril 1600 à Cudrefin, Judith Martinet, de Neuchâtel. 
Six enfants (134-139). 

120. Peut-être François, conseiller de Payerne en 1582. 

Ep. le 11 février 1582 Marguerite Jocet, fille de Pierre Jocet, ban- 
deret et conseiller à Yverdon. 

De François (112) et d'Anne de Goumoëns : 

121. Charles, dit « de Tiele », né le 22 août 1591, receveur de Cu- 
drefin en 1614, vivant en 1619, mort avant 1626. 

Ep. le 8 mai 1614 Barbèle d'Erlach. vivante encore à Cudrefin en 
1644. Un enfant Jean-François (140). 

(JÉIS*. VAUD. Il *' 



210 



TREYTORFŒNS 



122. Jeanne, baptisée à Montet le 17 août 1595; en 1619, elle hérita 
avec son frère la moitié de la grande dîme de Goumoëns ; vivante en 
1635. Elle ép. le 12 janvier 1619 Jean Mestral, bourgeois de Payerne, 
fils de Samuel Mestral, seigneur de Combremont-le-Grand, et de Marie 
Mestral. 

De François (112) et de Catherine d'Erlach : 

123. Bénédict, mayor et châtelain de Cudrefin 1636, 1643. Avait 
obtenu le 15 janvier 1628 la discussion des biens paternels. Mort avant 
1664. 

Ep. v. 1626 Anne-Marie de Marval, fille de Jean de Marval, de 
Neuchâtel, et de Marie La Goux, de Besançon. Morte le 15 février 1679. 
Dix enfants (141-150). Un fils illégitime (151). 

124. Hantz-Rudolph, baptisé à Montet le 29 mai 1603. 

125. Marie, bapt. à Montet le 21 sept. 1606. Femme en 1628 d' An- 
toine Rolier, de Neuchâtel; en 1644 de Jean-Jacques Morinchiez, de 
Cudrefin. 

126. Jean-François, bapt. à Montet le 22 mars 1608. Demeurait en 
1641 à Treytorréns. Vivait en 1652. 

Ep. N..., dont il eut : Madeleine et Hantz-Rodolph (152-153). 

127. Samuel, dit Salomon, bapt. à Montet le 20 octobre 1609. 

128. David, bapt. le 28 novembre 1613, vivant en 1637. 

129. Jonas, bapt. le 13 avril 1615, f en bas âge. 

130. Abraham, bapt. le 12 janvier 1619, f en bas âge. 

131. Jacob, bapt. le 6 octobre 1620, f en bas âge. 

De Bastian (119) et d'Elisabeth Blanchod : 

132 Abraham, bapt. le 7 mai 1592; -J- en bas âge. 

133. Pierre, bapt. le 30 novembre 1595, t en bas âge. 

De Bastian (119) et de Judith Martinet: 

134. Catherine, bapt. à Montet le 28 juin 1601 ; ép. le 1 er octobre 
1633 Christ Bornât, de Sainte-Croix sur Yverdon ; veuve le 29 mai 
1653, vivante en 1664. 

135. Pierre, bapt. à Cudrefin le 29 mars 1603, mort jeune. 

136. Daniel, bapt. ù Montet le 27 janvier 1605. 

Ep. : 1° le 22 septembre 1630 Marie, veuve de Jean de Sersin 
(Desarsens). Trois enfants (154-156) ; 2° N... Trois enfants (157-159). 

137. Abram, bapt. 8 mars 1607. mort jeune. 



TREYTORRENS 



211 



138. Jeanne, bapt. 19 mai 1609. Ep. le 6 juillet 1630, François 
fils de Claude Reuille ou Rouillez, à Gudrefin; veuve, le 15 janvier 
1664. 

139. Marie reconnaît avec ses sœurs Catherine et Jeanne en faveur 
de la ville de Cudrefin le 14 janvier 1664. 

De Charles (121) et de Barbèle d'Erlach : 

XIII A 140. Jean-François, bapt. le 27 juillet 1615. Vraisemblablement 
mort jeune, puisque la mayorie de Cudrefin revint à son oncle Béné- 
dict (123). 

De Bénédict (123) et d'Anne de Marval : 

B 141. Charles, bapt. le 26 août 1627, mort jeune. 

142. Anne-Marie, bapt. le 24 février 1629. 

143. Bénédict, dit le jeune, bapt. le 20 octobre 1633. Justicier et 
gouverneur de Cudrefin en 1659 et 1663. Mayor avec son frère Henri 
en 1664, et dès la même année lieutenant de justice. Mort le 8 mars 
1678. 

Ep. en mars 1658 Madeleine de Borsens. Sept enfants (160-166). 

144. Catherine, bapt. le 29 novembre 1635. 

145. Marguerite, bapt. le l or septembre 1639, morte jeune. 

146. Jean-Jaques, parrain dès 1656, vivant le 13 janvier 1664. 

147. Jean-François, lieutenant aux Gardes suisses de France en 
1673. 

148. Henri, bapt. le 12 février 1643. Notaire. Etabli en 1677 lieute- 
nant de Cudrefin. Gouverneur de la ville en 1677, châtelain jusqu'en 
1684. Titulaire de la mayorie, il y renonce le 3 décembre 1680 en fa- 
veur de ses neveux François-Louis et Nicolas-Samuel (164 et 165). Mort 
le 31 mars 1688. 

Ep. avant le 4 avril 1669 Marguerite de Crousaz, fille de Abra- 
ham de Crousaz et de Judith Duval. Quatre enfants (167-170). 

149. Jeanne, mariée après 1671 à Antoine Prince, pasteur à la 
Gôte-aux-Fées. 

150. Rose, bapt. le 17 mai 1648, vivante en 1664. 

Bénédict eut encore un fils naturel : 

151. Alexandre, bapt. le 14 septembre 1620. 

De Jean-François (126) et de : 

C 152. Madeleine, bapt. à Combremont le 23 mai 1641. 

153. Hantz-Rudolph, bapt. à Combremont le 8 janvier 1643. 



212 



TREYTORRENS 



De Daniel (136) et de Marie ... : 

D 154. Samuel, bapt. le 20 octobre 1633. f 
155 et 156. Susanne et Marie, bapt. le 28 mars 1637. 

De Daniel (136) et de ... : 

157. Elisabeth, bapt. le 17 mai 1654. 

158. Jean, bapt. le 11 sept. 1655. 

159. Abraham, bapt. le 8 février 1657. 

De Bénédict le Jeune (143) et de Madeleine de Borsens : 

XIV A 160. Marie ou Marie-Madeleine, bapt. le 3 novembre 1657. Ep. le 
23 avril 1681 Noé Ramuz, curial de Cudrefin. Veuve en 1691, morte le 
26 mars 1742. 

161. Abram, né le 22 décembre 1658, mort jeune. 

162. Jean-François, bapt. à Montet le 4 décembre 1659; f jeune. 

163. Samuel, bapt. le 14 décembre 1660, mort jeune. 

164. François-Louis, bapt. le 2 août 1662. Mayor de Cudrefin dès 
1680, châtelain dès 1688. Mort avant mai 1722. 

Ep. : 1° le 23 juin 1680 Susanne Ramuz, fille de Jean Ramuz, de 
Cudrefin. Deux enfants (171-172) ; 2° le 14 octobre 1691 à Constantine 
Etiennaz-Barbille de Treytorrens (420), fille de David de Treytor- 
rens, de Moudon. Cinq enfants (173-177); 3° en 1706, Jeanne Mar- 
guerite du Mont née en 1680, fille d'Abraham, pasteur à Môtiers, et 
d'Urbaine Métrai de Rue; elle mourut le 27 mars 1763. Quatre enfants 
(178-181). 

165. Nicolas-Samuel, bapt. à Monlel le 2 avril 1671, mayor en 
1697. Piétiste, il visita dans les prisons ses coreligionnaires; sollicita de 
LL. EE. une mission pour aller délivrer les anabaptistes qu'elles avaient 
envoyés aux galères de Naples et de Gènes. Arrêté, il s'enfuit et se 
réfugia au Palatinat où il publia en 1717 des lettres à LL. EE. en faveur 
des persécutés. 

166. Marc-David, bapt. le l or janvier 1673. 

D'Henri (148) et de Marguerite de Crousaz : 

B 167. Jeanne-Marie, née le 7 février 1667, morte le 27 septembre 
1736. Ep. : 1° le 18 juin 1683 Abraham Thormann, bourgeois de 
Berne ; 2" en 1692 (contrat du 30 mai) Abram-Philibert Clavel, de 
Cully, seigneur d'Ussières, fils d'Abram, seigneur de Ropraz. et de 
Marguerite de Crousaz. 



TREYTORRENS 



213 



168 et 169. Deux Judith, nées en 1670 et 1675, mortes tous deux 
au bout de quelques mois. 

170. Abraham, conseiller de Cudrefin, mort célibataire. 

De François-Louis (164) et de Susanne Ramuz : 

XV A 171. Louis-Samuel, bapt. le 20 décembre 1683. Vendit le 17 juin 
1718 pour 1900 écus la mayorie de Gudrefin à LL. EE. de Berne. Capi- 
taine-commandeur au service de Berne dès 1715. Mort le 8 août 1754. 

Ep. : 1° le 29 avril 1710 Lucrèce de Montmollin, de Neuchâtel. 
Quatre enfants (182-185); 2° Jeanne Osterwald, fille de Jean Oster- 
wald et de Suzanne Jacot. 

172. Marie-Barbille, bapt. le 13 septembre 1685; morte le 9 jan- 
vier 1750. 

De François-Louis (164) et de Barbille de Treytorrens : 

173. François -Emmanuel, bapt. le 11 octobre 1692. Gurial de 
Gudrefin en 1717. Arrêté le 2 avril 1723 pour avoir regretté l'échec de 
Davel, et remis en liberté peu après. Conseiller de justice et secrétaire 
du Conseil en 1727. Mort le 12 février 1728, enterré le 14 à Neuchâtel. 

174. Judith-Anne-Marie, bapt. le l or janvier 1694. 

175. Jonas-Samuel ou Joseph-Samuel, bapt. le 27 avril 1697. Offi- 
cier au service d'Espagne en 1720. Châtelain et justicier en 1728. Mort 
le 27 avril 1734. 

Ep. le 9 novembre 1728 Marguerite de Guy, de Neuchâtel, fille de 
Jean de Guy, châtelain de Boudry, et d'Elisabeth Tissot. 

176. Marie-Marguerite, bapt. le 16 août 1701. 

177. Barbille, femme de n. Samuel Gachet, banderet de Payerne. 

De François-Louis (164) et de Marguerite du Mont : 

178. Pierre-Abram, bapt. le 7 avril 1705. Lieutenant en Prusse en 
1717. Conseiller et curial de Cudrefin en 1730, châtelain en 1735 et 
1741. 

Ep. Marie-Anne Bondeli, fille d'Emmanuel, du Conseil de Berne, 
baron du Chàtelard, et de Barbara d'Hory. de Neuchâtel. Cinq enfants 
(186-190). 

Il eut encore un fils illégitime qui eut trois enfants (191-194). 

179. Abram-Joseph, bapt. le 11 septembre 1707. Officier au service 
de Prusse; mort après 1727. 

180. Susanne-Marguerite, bapt. le 18 mars 171.0. 



214 TREYTORRENS 

181. Henry, bapt. le 2 octobre 1712. Conseiller de Cudrefin en 
1740, receveur 1744, châtelain 1758. Mort le 30 avril 1794. 

Ep. le 1 er septembre 1739 Anne-Elisabeth du Maine, fille de Sa- 
muel, receveur à Avenches, et de Madeleine-Elisabeth Fevot. Douze 
enfants (195-206). 

De Louis-Samuel (171) et de Lucrèce de Montmollin : 

XVI A 182. Marie-Catherine, bapt. le 6 avril 1714; ép. le 16 août 1740 

Abraham Ghiffele (Tschiffeli), notaire et conseiller à la Neuveville; 
morte le 11 février 1777. 

183. Frédéric-Joseph, bapt. le 7 juin 1716; mort le 8 juin 1739. 

184. Susanne- Marie, bapt. le 1 er août 1717; ép. Jean-Jaques 
Ramuz, de Cudrefin, morte le 26 août 1740. 

185. Jean-Samuel, bapt. le 16 octobre 1718. 

De Pierre- Abram (178) et de Marie-Anne Bondeli : 

B 186. Barbille-Marguerite, née le 21 octobre 1735, Ep. après 1760 
Jean-François Paschoud, de Lutry, seigneur de Daillens, commandant 
de l'artillerie de la Compagnie des Indes, mort le 28 janvier 1783. Morte 
au château de Daillens en 1823. 

187. François-Rodolphe, né le 19 décembre 1737, s'établit en An- 
gleterre. 

188. Albert-Henri, né le 5 février 1739, mort célibataire. 

189. Henri-Louis, né le 26 juin 1741. 

190. Marianne-Marguerite, née le 10 septembre 1742, mariée à un 
M. Chaillet, puis à un M. Wyss de Berne. 

Pierre-Abram eut en outre un fils naturel : 

191. Alphonse-Aurélien, né à Savagnier. Ep. : 1° le 9 février 1783 
Elisabeth-Marguerite Vuillomenet, de Savagnier. dont il eut : 

192. Jean-Samuel, né le 15 mars 1784. 

193. Jean-Pierre, né le 8 juin 1786. 

2° Marianne Kùntzig, dont il eut : 

194. Jean-Frédéric, né le 13 octobre 1790. 

D'Henry (181) et d'Elisabeth du Maine : 

C 195. Samuel-Henry, né le 29 avril 1740. Admis à la sainte cène â 
Pâques 1757. alors qu'il était déjà étudiant en philosophie à l'Académie 
de Lausanne. Prit du service en Angleterre. Rentré au pays, il acheta 



TREYTORRENS 



215 



avec son frère Louis le 15 juin 1778 l'important domaine de Guévaux 
(Mur et Vallamand). Bourgeois de Cudrefin, Payerne, Moudon et Mur. 
Ep. Françoise Borel, de Neuchâtel. Cinq enfants (207-211). 

196. Louis-Abraham, né le 19 mai 1741, conseiller et gouverneur 
de Cudrefin en 1759, à l'âge de 18 ans. Secrétaire du Conseil de Cudre- 
fin 1772-1786, commandant de la Sauge en 1781. Mort le 30 septembre 
1786, sans postérité. 

197. Frédéric, né en 1742. Passa plusieurs années à Marseille, puis 
rentra au pays. Mourut à Cudrefin le 3 octobre 1770. 

198. François-Sigismond, né le 3 avril 1743. 

199. François, né le 2 septembre 1744, reçu à Pâques 1760. Arma- 
teur à Marseille, puis fixé à Cudrefin en 1777-1778, et enfin magistrat 
à Payerne en 1780. Mort à Payerne le 16 février 1800. 

Ep. Elisabeth Marcuard, fille de l'avocat Marcuard de Payerne. 
Morte à Morat après son mari. Quatre enfants (212-215). 

200. Madeleine-Elisabeth, née le 19 décembre 1745; morte le 1 er oc- 
tobre 1747. 

201. Barbille-Henriette, née le 27 août 1748 ; morte le 15 août 
1776. 

202. Imbert-Jean, né le 29 mars 1760. Officier en Prusse. Mort 
sans postérité. 

203. Rodolphe-Abraham-Louis, né le 29 mars 1760, jumeau du 
précédent. Etudiant à Lausanne en 1777. Ministre de l'Eglise anglicane, 
à Lausanne en 1796. 

Ep. en 1788 Fanny Paschoud, fille de Jean-François, seigneur de 
Daillens, et de Barbille de Treytorrens (186). Trois enfants (216-218). 

204. Marianne-Caroline, née le 27 juillet 1761. Ep. le 18 février 
1788 Alexandre-Maximilien du Terreaux, commissaire des guerres, 
fils du capitaine Simon-Daniel, d'Avenches, et de Marianne Ansel. 

205. Une enfant, morte le 23 juillet 1763 avant d'être baptisée. 

206. Elise-Sophie-Adéle, marraine en décembre 1793. 

De Samuel-Henry (195) et de Françoise Borel : 

A 207. Georges-Henry-Charles, né en 1783. Filleul du duc de Marl- 
borough. dont il était en 1821 le chargé d'affaires en Angleterre, Rentré 
en Suisse, il se retira à Cour où il mourut le 12 septembre 1858, demie/- 
mâle de la famille de Treytorrens. 

Ep. Albertine Lomont Leygues, de Marseille, mariée à 18 ans, 



216 



TREYTORRENS 



en 1824 ; morte à Lausanne le 15 février 1869, âgée de 63 ans. Six 
enfants (219-224). 

208. Eugénie, dont il est question dans l'Histoire de M. Vuarin, 
curé de Genève, 1. 1, p. 349; ép. en 1817 J. Stecklin, avocat à Fribourg. 

209. Julie-Charlotte, née en 1787, morte à Guévaux le 28 sep- 
tembre 1801. 

210. Elise, née le 18 mai 1790, ép. Charles Lardy, pasteur à 
Neuchâtel; morte le 31 janvier 1855. 

211. Henriette, née le 8 mars 1800; ép. en 1817 Charles-Henri- 
Rodolphe du Terreaux, son cousin germain; morte le 17 septembre 
septembre 1882. 

De François (199) et d'Elisabeth Marcuard : 

B 212. Marguerite-Elisabeth, bapt. à Marseille le 5 octobre 1781. 

213. Jean-Rodolphe-David, bapt. à Marseille le 9 août 1783. D r en 
droit et avocat à Morat. Mort le 18 mai 1856. 

Ep. ... Isabelle Tavel, sa cousine. 

Eut une fille illégitime, Caroline, née en 1816, morte en août 1901, à 
Payerne. 

214. Susanne-Caroline-Françoise, bap. à Marseille le 22 sep- 
tembre 1787. 

215. Louise, ép. N. Chaillet, avocat à Fribourg. 

De Rodolphe-Abraham-Louis (203) et de Fanny Paschoud : 

C 216. Charles, né en 1789. 

217. Henri, né en 1793, mort au berceau. 

218. Rodolphe-Charles-Benjamin, né le 30 juin 1794. baptisé le 
18 juillet. Mort en 1812. 

De Georges-Henry-Charles (207) et de Albertine Leygues : 

XVIII 219. Laure-Henriette (prénom habituel Henriette), née en 1825 ; 
morte le 22 novembre 1905. 

Ep. le 12 avril 1855 Jean -Ferdinand, dit Fernand de Loys- 
Chandieu. de Lausanne, fils de Jean-Louis de Loys et de Emélie de 
Haller. 

220. Georgette-Augusta (prénom habituel : Augusta), née le 13 juil- 
let 1826; morte à Lausanne le 3 décembre 1861. 

Ep. le 4 décembre 1851 Auguste-Louis Grenier, de Vevey et Lau- 
sanne. 



TREYTOHRENS 



217 



221. Marguerite-Laure (p. h. : Laure), née le 13 juillet 1826, ju- 
melle d'Augusta ; morte à Cour le 29 juin 1849. 

222. Louise-Marie (p. h. : Marie), née le 21 juin 1830 ; morte le 
24 janvier 1901. 

223. Maximilien-Georges, né en septembre 1833; mort le 24 jan- 
vier 1834. 

224. Henriette-Elisabeth-Hèlène (p. h. : Hélène), née le 21 avri 
1837, dernière du nom de Treytorrens. 

V. Seconde branche de Payerne. 

De Guillaume (97) et de Marie Rossallat : 

A 112. François, tige de la branche de Gudrefin. 

113. Abraham, né le 1 er mars 1568. Hérita de son père des biens à 
Payerne et en acquit d'autres en 1630 en la discussion des biens d'An- 
dré Mestral. Par son testament du 8 décembre 1652, homologué le 30 
janvier 1655, il donne la moitié de ses biens aux deux fils de son fils Guil- 
laume (227), et partage l'autre moitié entre ceux-ci, sa fille Marie (231) et 
les deux filles de son autre fille Jacqueline (235). Il mourut en janvier 1655. 

Ep. le 29 octobre 1592 (contrat du 27 juin) Marguerite Ruerat, 
fille de Claude, banneret de Payerne. Treize enfants (225-237). 

D'Abraham (113) et de Marguerite Ruerat : 

C 225. Catherine, bapt. le 2 février 1595. Ep. : 1° le 8 mars 1618 
Henri Gruner, fils de Samuel, de Payerne; 2° le 3 septembre 1624, n. 
Isaac Cornillat, fils de Gaspard, conseiller de Vevey. f sans enfant. 

226. Barthélémy, bapt. le 11 juillet 1596; f jeune. 

227. Guillaume, bapt. le 12 mors 1598; f avant 1652. 

Ep. le 3 avril 1625 Madeleine Rouge, fille de Jean Rouge, conseiller 
à Payerne, veuve de Daniel Berraux. Cinq enfants (238 à 242). 

228. Madeleine, bapt. le 29 juillet 1599; f jeune. 

229. Abram, bapt. le 20 septembre 1601; f jeune. 

230. Ursule, bapt. le 2 janvier 1603; ép. le 2 mai 1637 Henri Hory, 
de Neuchâtel, plus tard maire de Valangin. 

231. Marie, bapt. le 24 août 1604; ép. le 4 janvier 1634 Siméon 
Cornillat, de Vevey, ministre à Oron de 1650-1669. 

232. Daniel, bapt. le 12 juin 1607 ; f jeune. 

233. Madeleine, bapt. le 27 mai 1612; f jeune. 

234. Jacob, bapt. le 30 août 1613; f jeune. 

GÉN. VAUD. 11. 28 



218 



TREYTORRENS 



235. Jaqueline, bapt. le 23 avril 1615 ; ép. le 20 novembre 1638 
Tobie Banquette, banneret de Payerne, dont elle eut deux filles, Mar- 
guerite et Marie, légataires de leur aïeul Abraham (113), en 1652, leur 
mère étant morte. 

236. Salomé, bapt. le 3 mars 1617; f jeune. 

237. Isaac, bapt. le 7 août 1622; f jeune. 

De Guillaume (227) et de Madeleine Rouge : 

XIII E 238. Isaac, bapt. le 1 er janvier 1626; conseiller, gouverneur de 
Payerne en 1650 ; mort fin 1671 ou début de 1672. 

Ep. en 1645 (contrat du 12 avril) Andrée Bioley, dite de Villards, 
fille de Samuel-Moïse Bioley et de Marguerite Gachet, veuve Moratel. 
Elle testa le 4 août 1681 et mourut en 1686. Neuf enfants (243-251). 

239. Marie, bapt. le 20 mars 1628; f jeune. 

240. Daniel, bapt. le 15 octobre 1630; -J- jeune. 

241. Samuel, bapt. le 11 avril 1633; f jeune. 

242. David, dit l'aîné, bapt. le 12 juillet 1635, conseiller de Payerne. 
Vivant en 1660. 

Ep. le 10 avril 1655 (contrat du 24 janvier) Marie-Madeleine Mes- 
tral, née le 18 avril 1637, fille de n. Jean Mestral de Combremont, ban- 
neret de Payerne, et de Marguerite Fivaz. Neuf enfants (252-260). 

D'Isaac (238) et d'Andrée Bioley : 

XIV C 243. David le jeune, bapt. le 11 mars 1646, banneret et conseiller 
de Payerne, mort le 2 septembre 1731. 

Ep. 1° Jeanne-Marie Mestral, née en 1650, fille de Samuel Mestral, 
capitaine et conseiller de Payerne, et de Marie de Hennezel. Elle testa 
le 11 octobre 1712. Onze enfants (261-271). 

2° En 1713 (contrat du 31 octobre) Madeleine Manlich, fille de 
Joseph-François Manlich, bourgeois de Berne, et d'Elisabeth de Loys. 
Elle mourut à Payerne le 12 février 1758. Deux enfants (272 et 273). 

244. Samuel, bapt. le 19 décembre 1647; mort en 1672. 

245. Madeleine, bapt. le 26 août 1649 : ép. Samuel Marcuard, 
conseiller. 

246. Marguerite, bapt. le 15 novembre 1651 ; ép. Isaac Mestral, 
morte en 1675. 

247. Abraham, bapt. le 20 octobre 1654; jumeau avec le suivant. 

248. Isaac, bapt. le 20 octobre 1654; mort en 1675. 

249. Jacob, bapt. le 13 août 1657; mort jeune. 



TREYÏORRENS 219 

350. Daniel, bapt. le 5 juillet 1660; mort jeune. 
251. Anne-Marie, bapt. le 11 janvier 1663; morte le 5 septembre 
1734. 

De David l'aîné (242) et de Marie-Madeleine Mestral : 

D 252. Jaqueline, bapt. le 12 octobre 1656. 

253. Marie, bapt. le 3 novembre 1657. 

254. Abraham, bapt. le 22 décembre 1659. 

255. Marguerite, bapt. le 18 mars 1663; ép. le 26 avril 1686 Da- 
vid Comte, puis Nicolas Fivaz. avec lequel elle vivait en 1729. 

256. Marie-Madeleine, bapt. le 29 octobre 1667. f jeune. 

257. David, bapt. le 3 septembre 1670. 

258. Samuel, bapt. le 4 mai 1673. Mort après 1734. 

Ep. Anne Blanchod, d'Avenches. Morte le 3 septembre 1734. Cinq 
enfants (274-278). 

259. Marie-Madeleine, bapt. 5 novembre 1674 ; f jeune. 

260. Marie-Madeleine, bapt. 24 octobre 1676. Ep. le 1 er avril 1698 
Tobie Fivaz, conseiller de Payerne. Elle vivait en 1735. 

De David le jeune (243) et de Jeanne-Marie Mestral : 

B 261. Marie-Anne, bapt. le 24 sept. 1673; ép. avant 1695 Jean- 
Samuel Savary, chirurgien, bourgeois et conseiller de Payerne; morte 
le 30 mars 1731. 

262. Madeleine, bapt. le 23 juillet 1675. 

263. Sébastien-Isaac, bapt. 11 mars 1677. 

264. Judith, bapt. le 14 juin 1679. 

265. François-Nicolas (p. h.: Nicolas), né le 24 décembre 1682; 
membre du Conseil des Soixante à Payerne dès 1709, des Vingt-quatre 
dès 1725; avoyer dès mars 1738 à sa mort, survenue le 19 septembre 
1748. 

Ep. le 3 mai 1708 Judith de Treytorrens (431), fille de Marc de 
Treytorrens. Sept enfants (279-285). 

266. David, bapt. le 29 avril 1685. 

267. Daniel, bapt. le 12 avril 1687. 

268. Françoise, bapt. le 11 février 1689; f jeune. 

269. Abraham, né le 25 février 1690. Officier au service de France, 
à Malplaquet (1709); capitaine en Espagne en 1719; fait la guerre 
d'Afrique; en 1732 se distingue au siège d'Oran; en 1734, participe à. 
la conquête de Naples par don Carlos, est félicité pour sa belle con- 



220 



TREYTORRENS 



duite à la surprise de Vëlletri. Lieutenant-colonel en 1744, colonel en 
1750, brigadier en 1760, maréchal de camp en 1771. Gouverneur de 
Messine. Il quitta le service en 1773, rentra à Payerne et mourut peu 
après. 

270. Jacob, né le 18 février 1692, mort au service du roi de 
France. 

271. Frédéric, né le 19 novembre 1696, mort à Merriba (Indes néer- 
landaises), le 30 octobre 1735. Il possédait à Surinam une plantation 
qu'il légua à son neveu François-Marc (279). 

Ep. Sophie van Tuynhuissen, Hollandaise. Pas d'enfant. 

De David (243) et de Madeleine Manlich : 

272. David, bapt. le 29 mai 1718; mort non marié le 22 mai 1780. 

273. César-Olivier, né le 19 décembre 1720. Lieutenant des gardes 
du duc de Modène. Reçoit en 1760 le brevet de capitaine d'une compa- 
gnie à Avenches. Mort le 10 septembre 1782. 

De Samuel (258) et d'Anne Blanchod : 

C 274. Samuel-François, bapt. le 24 décembre 1695. 

275. Marie-Madeleine, bapt. le 13 novembre 1698 ; ép. en 1755 
François-Benjamin Allamand, d'Ormont-dessus, régent à Payerne. 

276. David, bapt. le 19 novembre 1700. 

277. Anne-Judith, bapt. le 7 avril 1703. 

278. Daniel-Nicolas, bapt. le 18 octobre 1704, conseiller, puis, dès 
le 24 mars 1738, avoyer de Payerne. Mort en 1748. 

Ep. Jeanne-Madeleine Pilliard, de Montagny, morte le 27 février 
1752. Trois enfants (286-288). 

De François-Nicolas (265) et de Judith de Treytorrens : 

XVI D 279. François-Marc, né le 25 février 1709. Hérita de la plantation 
de son oncle Frédéric (271) à Surinam. Mort à Surinam le 26 sep- 
tembre 1739. 

Ep. : Anna Cornelia van Ekten. 

280. Jeanne-Marguerite, bapt. le 30 octobre 1710. 

281. Daniel-David, bapt. le 6 septembre 1712; mort le 22 août 
1733. 

282. Suzanne-Judith, bapt. le 21 juin 1714. 

283. Nicolas, bapt. le 20 décembre 1715; mort jeune. 

284. Nicolas, bapt. le 29 juin 1729, mort immédiatement. 



. TREYTORRENS 



221 



285. Charles-Gabriel-David (p. h. : Gabriel), né le 18 mars 1723, 
conuu sous le nom de « Treytorrens de Valfort », sa femme lui ayant 
apporté un fief de ce nom. Il possédait le Devin près d'Orbe et des 
biens à Payerne. Il fit reconnaître ses droits à la bourgeoisie de Cudrefin 
et acheta en 1769 celle d'Orbe. Lieutenant de I'avoyer de Payerne dès 
le 29 juin 1778, avoyer dès octobre 1789, mort le 15 septembre 1799. 

Ep. le 30 octobre 1760 Marie-Anne-Marguerite-Barbille Masset, 
fille de Jean-Rodolphe Masset, bourgeois d'Yverdon, châtelain de Sainte- 
Croix, et de Jeanne-Françoise Masset, dame de Valfort. Six enfants 
(289-294). 

De Daniel-Nicolas (278) et de Jeanne Pilliard : 

E 286. François-Benjamin, bapt. à Payerne le 30 mai 1735. Employé 
de banque à Genève, puis secrétaire de Voltaire à Ferney pendant quel- 
ques semaines, séjourna en Amérique, fut précepteur en Irlande, agri- 
culteur à Eclagnens, habita Lausanne, puis Aigle où il mourut le 16 mai 
1816. 

Ep. 1° Anne-Julie-Françoise, dite Nanette Glardon, née le 19 mai 
1733, morte le 11 nov. 1803 ; 2° N... Deux enfants du 1 er lit (296-297). 

287. Daniel-Nicolas, bapt. le 17 février 1738. 

288. Judith, bapt. le 15 août 1739; ép. David Fivaz. 

De Gharles-Gabriel-David (285) et de Marie Masset : 

l ]j 289. Abram-Louis, né le 5 août 1761, mort à six mois. 

290. Rodolphe-Abram-Louis (p. h. : Rodolphe), né le 13 août 1762, 
docteur en droit, mort en 1809. 

291. Marie-Louise-Charlotte (p. h.: Louise), née le 24 août 1763; 
ép. le 13 décembre 1796 Daniel-Abram Burnand, de Moudon. fils de 
Daniel-Abram et de Suzette Nicod ; morte à Moudon le 13 juillet 1844. 

292. Abram-Rodolphe-Henri-Louis (p. h.: Henri), né le 27 août 
1764. Hérita de la fortune de Rose-Madeleine de Treytorrens (464) et de 
Marie Le Fort, femme de David-Philippe (467). Testa en 1833 en faveur 
de sa nièce Henriette (295). Mourut célibataire à Yverdon le 3 juillet 
1835, le dernier de sa branche. 

293. David-Louis (Louis), né 3 juin 1769, mort à Yverdon en 1811. 

294. Abram-Barthélemy-Jean -Frédéric (p. h.: Frédéric), né le 
21 janvier 1767, servit en Prusse, mourut en 1801 à Orbe, laissant une 
fille illégitime : 



222 



TREYTORRENS 



295. Marie-Henriette, bapt. le 25 décembre 1797, qui hérita de son 
oncle Henri (292) les bains d'Yverdon et les débris de la fortune des 
Treytorrens d'Yverdon et de Payerne. Elle épousa Eugène Burnand, de 
Moudon. Divorça et mourut à Ependes en 1872. 

De François-Benjamin (286) et d'Anne-Julie Glardon : 

296. Marie-Henriette, née le 5 mars 1771, baptisée à Goumoëns, 
morte le 15 juillet 1788. 

Ë 297. Marie-Louise-Caroline (p. h.: Caroline), née le 10 octobre 
1777; ép. en 1801 Jean-Maurice Frossard, de Moudon, pasteur à 
Oron, puis à Aigle (1813-1820); morte à Lausanne le 19 septembre 1830. 

VI. Branche d'Yverdon. 

I B 50. Uldriod de Tretorens vivant vers 1300, père de : 

II B 51. Peret, mort entre 1338 et 1341, père de : 

III D 54. Mermod, vivant en 1338 et 1352, mort avant 1383, père de : 

IV E 61. Othonet, bourgeois d'Yverdon, mentionné avec son père en 

1352, en procès avec son demi-frère Uldriod en 1383, au sujet de la dot 
de sa mère Reymonde de Cronay assignée en 1338 sur des biens à 
Treytorrens. Conseiller à Yverdon en 1379, il représente souvent cette 
ville auprès du comte de Savoie et du bailli de Vaud à Moudon. Co- 
arbitre en 1390 entre le sire de Grandson et le comte de Gruyère. Ar- 
bitre entre Fiez et Grandson en 1395. Tient de 1386 à 1402 la maison 
forte des religieux de Montheron à Yverdon. Le 5 avril 1403, il recon- 
naît tenir du comte de Savoie six maisons, deux granges et d'autres 
biens à Yverdon. Personnage très influent à Yverdon, on le voit encore 
le 7 août 1409 refuser, on ne dit pas pour quel motif, son approbation 
aux comptes présentés par les gouverneurs de cette ville. Il mourut peu 
après. Il avait épousé en secondes noces Agnès, sœur de Jean Hum- 
bert. chanoine de Lausanne, et de Jean Girardet, curé de Fiez : Trois 
enfants (298-300) dont une du premier lit. 

D'OtHONET (61) ET DE . 4 . 

V F 298. Henri, qui en 1403 logeait dans une maison touchant à la de- 

meure de son père, h la Plaine, en fit reconnaissance le 22 mai 1403. 
En 1417, il habitait à la rue du Milieu. Le 12 juillet 1410, il vendit au 
clergé d'Yverdon 20 sols de cens assignés à Treytorrens. Il était com- 
merçant. Déjà membre du Conseil d'Yverdon en 1390, il l'était encore 



TREYTORRENS 



223 



en 1426; mais il était mort en 1428. Le baron d'Estavayer lui donne 
pour femme Marie de Vuippens. Deux enfants (301-302). 

D'Othonet (61) et d'Agnès Humbert : 

299. Jaquette, femme en 1419 de Louis de Bionnens, donzel, fils de 
Richard. Donne le 23 novembre 1420 à la ville de Grandson le patronat 
de l'hôpital de cette ville, qu'elle avait hérité de sa mère Agnès, cause 
ayant du chanoine Jean Humbert, l'un des fondateurs de l'hôpital. 

300. Peut-être Pierre, vicaire de l'église paroissiale d'Yverdon. 

D'Henri (298) et de Marie de Vuippens : 

301. Pierre, négociant comme son père. Cité dans les comptes de la 
ville d'Yverdon dès 1422, conseiller en 1432. Amodiateur des bouche- 
ries de Grandson en 1425. Vend en 1428 (25 août et 12 octobre) 
56 livres de cens au clergé d'Yverdon, du consentement de sa femme 
Perrissone Ghevressy, fille de François; en 1437 d'autres biens à Fran- 
çois Guendoz, de Grandson. Les traditions de famille portent qu'il suivit 
le duc de Savoie dans ses guerres de 1437 à 1448 et qu'il y mangea 
son bien. Le 17 mai 1455, il vend au clergé d'Yverdon 10 sols de cens 
du consentement de sa femme Perrissone et de son fils Perronet. On 
lui connaît deux fils, Perronet et Henri (303-304). 

De Pierre (301) et de Perrissone Ghevressy : 

302. Perronet, mentionné dans l'acte du 17 mai 1455, et qui nous 
paraît être la souche de la branche de Grandson. 

303. Henri II, chapelier, reçu membre de l'abbaye des Marchands 
le jour de la Saint-Michel 1488. Il reconnut le 21 avril 1496 une maison 
à la Plaine et d'autres biens déclarés en 1403 par Othonet (61) et son 
fils Henri (298). Il était mort en 1500. Il eut deux enfants : Nicolas 
e't Louise (305-306), sa femme fut peut-être Marianne Robin. 

304. Peut-être Henri, ou plutôt Jean, chapelain à Yverdon, curé de 
Giez en 1476, de Montagny-le-Corboz en 1477, de Concise en 1480 ; à 
cette dernière date aux études dans une Université. 

De Henri II (304) : 

305. Nicolas, chapelier, membre de la corporation des drapiers. Il 
vend, en 1500 4 sols de cens au clergé d'Yverdon, en 1516 un pré en 
Cheminet. Des notices de famille en font un vaillant archer. Le 2 sep- 



224 



TREYTORRENS 



tembre 1527, Nicolas, bourgeois et chapelier à Yverdon, fils de feu 
Henri Tretorens, — la particule n'était pas employée pour cette branche 
au XV e et au XVI e siècle, — reconnaît en faveur du duc de Savoie des 
biens en son nom et au nom de sa femme Jaqùème Girardet, fille de 
feu François Girardet, de Grandson. Cinq enfants (307-311). 

306. Louise, mariée en 1508 (contrat du 16 juillet) à Louis de 
Glannaz. 

De Nicolas (305) et de Jaquème Girardet»: 

IX C 307. Henri III, gouverneur d'Yverdon en 1536 au moment de la con- 

quête bernoise, et en 1558. Amodiateur de la cure d'Epende en 1542. 
Paraît encore au Conseil le 24 mai 1567 et meurt peu après de la peste. 
Il épousa 1 en 1533 Claudia Chaillet, fille de Pierre Chaillet, escoffier 
de Valleyres-sous-Rances, vivant encore en 1572. Cinq enfants (312-316). 

308. Claude, qui en 1527 était l'un des quatre Innocents (jeunes 
gens se préparant aux études cléricales) et recevait de ce chef une pen- 
sion de 6 coupes de froment de la corporation des drapiers. Les livres 
de famille disent qu'il émigra en Flandre et y fit un riche mariage. 

309. François, mort de la peste en 1566 ou 1567. Il avait épousé 
Gabrielle, vivante en 1578, mère tutrice de Jaquemaz (317). 

310. Jean, cité en 1557, conseiller d'Yverdon dès 1564 avec son 
frère Henri. Celui-ci annonça la mort de Jean (de la peste) au Conseil le 
27 février 1567. Deux enfants (318-319). 

311. Madeleine, mortè de la peste en 1566 ou 1567. 

D'Henri III (307) et de Claudia Chaillet : 

X E 312. Pernon, qui fit cession de ses biens à son père par acte du 

8 mars 1562, et mourut de la peste en 1566 ou 1567. 

313. Jaquemaz, morte de la peste à la même époque. 

314. Antheinar, ép. en 1569 (contrat du 30 novembre) Jehan Joccet, 
banneret d'Yverdon. 

315. Jeanne, femme de n. de Moulin. 

316. Légier, né le jour de la Fête-Dieu 1552. Conseiller d'Yverdon 
en 1572, gouverneur en 1577 et 1590, banneret de 1588 à 1603, châte- 
lain d'Yverdon dès le 15 octobre 1603, châtelain et lieutenant baillival en 

1 En 1538, Henri Tretorens, bourgeois d'Yverdon, reconnaît tenir du château de Men- 
thon un pré en Jargettc, à Lausanne, au nom de sa femme Claude, fille de Pierre Chaillet 
d'Yverdon, héritière de Louise, fille de Claude des Meules, bourgeois de Lausanne. (Arch. Ville 
de Lausanne.) 



TREYTORRENS 



22b 



1616, châtelain de Belmont en 1580. Fut, à plusieurs reprises, chargé 
de missions officielles par LL. EE. ou par la ville d'Yverdon. En 1598, 
il acquit de Samuel Ammann la coseigneurie de Démoret. Berne reconnut 
sa noblesse le 1 er septembre 1609 à l'occasion de l'achat de la terre de 
Bavois par son fils David. Mort le 27 mars 1618. 

Ep. : 1° avant 1572, Marguerite Petitot, fille d'Henri Petitot, gou- 
verneur d'Yverdon, morte le 28 décembre 1579. Quatre enfants (320-323); 
2° en 1580 (contrat du 5 décembre) Nicolarde de Molin, née en 1564, 
fille d'Humbert, seigneur de Montagny, et de Françoise Bourgeois. Morte 
le 30 septembre 1639, ayant eu douze enfants (324-335). 

De François (309) et de Gabrielle : 

317. Jaquemaz, mentionnée avec sa mère en 1572 et 1578. 

De Jean (310) et de : 

318. Daniel, qui acheta la bourgeoisie de Berne et mourut dans cette 
ville en 1596. D'une épouse inconnue, il eut des enfants qui moururent 
à Berne sans postérité. Le poème de Tobie de Treytorrens (350) dit qu'il 
eut un fils aussi appelé Daniel. 

319. Nicolas, qui reconnut en 1572 la maison, à la rue du Milieu, à 
Yverdon, que son ancêtre Henri (298) avait reconnue en 1403. Il fut 
gouverneur d'Yverdon en 1580 et mourut l'année suivante. Il eut 
un fils François (336). 

De Légier (316) et de Marguerite Petitot : 

320. Henri, né le 3 mars 1575, mort jeune. 

321. Pierre, né le 4 mars 1576, mort jeune. 

322. Eve, née en 1577, morte le 27 mai 1613. Elle épousa : 1° le 
27 juin 1593, n. Josué Sordet, fils de Claude, coseigneur de Ropraz, 
et d'Esther Tillier, mort le 25 mai 1609 ; 2° n. François Sordet, fils 
de Pierre. 

323. David, né le 27 août 1579. Conseiller d'Yverdon, gouverneur en 
1619, châtelain de Belmont. Acquit la seigneurie de Bavois, moitié du 
chef de sa seconde femme, moitié par achat. Député d'Yverdon en 1623 
à une conférence des bonnes villes. Mort le 27 août 1627. Il épousa : 
1° Claudine de Brune, dont il n'eut pas d'enfant ; 2° le 27 juin 1602, 
Barbille d'Asperlin, fille de Joseph d'Asperlin. seigneur de Bavois, 
dont il eut huit enfants (337-344). 



GÉN. VAUD. II. 



•29 



226 



TREYTORRENS 



De Légier (316) et de Nicolarde de Molin : 

324. Claudine, née en 1582, décédée en 1594. 

325. Tobie, né le 31 octobre 1583. Etudia à Berne, Bâle, Genève, 
Lausanne (£604), Heidelberg, Francfort, Leyde, Londres et Paris. Pas- 
teur au Pasquier de 1610 à 1616, à Rances de 1616 à 1619 ; nommé 
pasteur à Yverdon le 29 mars 1620, il tient les registres dès le 20 mai, 
doyen de la classe en 1628. Il mourut en soignant les pestiférés le 
25 novembre 1628. Il avait épousé, le 28 novembre 1610, Claudaz 
Buttet, née le 13 janvier 1594, fille de Guillaume Buttet, châtelain 
d'Yverdon, et d'Eve Nicod-Arnaud, morte le 4 janvier 1663. Il en eut 
sept enfants (345-351). 

326. Ursule, née le 7 août 1585, morte en 1586. 

327. Humbert, né le 5 novembre 1587. Juge consistorial à Yverdon 
en 1608. Acquit pour lui et ses fils la bourgeoisie de Berne, le 28 janvier 
1642. Acquit, en 1613, le pré des Bains, à Yverdon; le 30 janvier 1647, 
le grangeage de Glendy, comprenant entre autres une maison et l'église 
Saint-Martin; en 1651, la juridiction entière de Démoret, au prix d'un 
échange de cens avec Berne. Il testa le 17 octobre 1656 et mourut le 
5 novembre suivant. Il avait épousé : 

1° le 23 septembre 1608, Esther Marsens, fille du pasteur Jean 
Marsens, morte le 30 décembre 1618 et dont il eut trois filles et un 
fils, Jean-Légier, morts jeunes (352-355); 

2° le 10 avril 1620, à Payerne, Marguerite Ghuard, fille de Jean, 
avoyer de Payerne, veuve de Salomon Moratel, morte 8 août 1640. 
Quatre enfants (356-359); 

3° le 28 janvier 1642, Salomé Guder, fille de n. Frantz Guder, 
sénateur et trésorier de Berne, veuve de n. Jean-Jaques Zeender, bailli 
d'Oron. Pas d'enfant. 

328. Henri, né le l or décembre 1588, mort jeune. 

329. François, né le 1 er avril 1590. Colonel du génie en 1618, lieu- 
tenant-général et grand-maître de l'artillerie du Danemark en 1628, 
passe avec le même grade au service de la Suède, 1631-1638. Contribua 
à la victoire de Lutzen et dirigea les fortifications d'Augsbourg en 1632- 
1633. Il se retira à Genève où il construisit le rempart de Saint-Jean de 
1641 à 1656. En 1659, il accepta le commandement de l'artillerie 
française, mais la maladie l'empêcha de se rendre à son poste. Il testa, 
le 5 juillet 1660, à Genève, et mourut le lendemain. 

François avait épousé : 1° en Poméranie, Elisabeth de Bode, morte 



TREYTORRENS 



227 



à La Haye en 1633 et ensevelie avec son fils Frantz au cloître de Kleust. 
Enfants : Elisabeth et Frantz (360 et 361). 

2° En 1635 (contrat du 7 septembre), Anne Polier, fille de Jean-Pierre 
Polier, plus tard bourgmestre de Lausanne, et d'Anne Le Marlet. Elle 
testa le 22 mai 1647 et mourut à Genève le 1 er juin suivant. Un fils : 
François (362). 

3° En 1651 (contrat du 24 mai), Anne Pellissari, fille de Timothée 
Pellissari, de Lyon, bourgeois de Genève, et de Suzanne Thellusson, 
née en 1602. Morte sans enfant le 17 décembre 1678. 

330. Albert, né à Yverdon le 6 janvier 1594. Seigneur de Démoret. 
Cornette des troupes de Mansfeld en 1620. Capitaine dans l'armée 
danoise en 1624, puis major au service de Suède. Colonel propriétaire 
d'un régiment allemand levé par lui en 1631. Général-major en 1632. 
Tué au siège de Kempten le 20 janvier 1633 et enterré à Augsbourg. 

Il avait épousé, le 5 septembre 1618, Claudine Dutoit, née en 1600, 
fille de Gaspard Dutoit, banneret de Moudon. Trois enfants (363-365). 

331. Esther, née le 30 août 1595, épouse le 30 avril 1615 Humbert 
Masset, fils de Jérôme, seigneur de Mézery, châtelain d' Yverdon. Morte 
en septembre 1621. 

332. Judith, née le 28 octobre 1597, morte jeune. 

333. Sébastien, né le 8 mai 1599, mort le 22 octobre 1600. 

334. Françoise, née le 6 mars 1601. Epouse le 29 octobre 1624 Noé 
Decoppet, conseiller à Yverdon, fils de Nicolas. Morte le 5 juin 1643. 

335. Elisabeth, née le 17 novembre 1603, mariée à Jean Mandrot, 
fils d'Aimé Mandrot, commissaire. Morte en 1632. 

De Nicolas (319) et de : 

D 336. François, qui apprit le métier de sellier, puis, muni d'une attes- 
tation de LL. EE. du 3 juillet 1609, entra au service militaire aux Pays- 
Bas où il se maria. 

De David (323) et de Barbille d'Asperlin : 

D 337. Isaac, baptisé à Yverdon le 15 juillet 1603, Seigneur de Bavois. 
Servit d'abord en Suède; major en 1631, lieutenant-colonel 1632. Le 
duc de Saxe-Weimar le fait, le 8 août 1634. colonel d'un régiment alle- 
mand avec lequel il passe du service de la Suède à celui de France. 
Aide de camp du duc de Saxe-Weimar. Intendant des fortifications du 
Luxembourg pour le roi de France, il fortifie Brissac en 1638, Thionville 



228 



TREYTORRENS 



et Luxembourg^ assiste aux batailles de Leipzig, de Lutzen et de Rocroy 
en 1643. Tué au siège de Bourbourg en 1645. 

Epouse : 1° en 1624, Esther Rosset, fille de Jean Rosset, de 
Lausanne. Enfants (366-370). 

2° Barbara Mestrezat, dont il n'eut pas d'enfant. 

338. Marguerite, baptisée à Yverdon le 21 février 1605, épouse 
Isaac Michel, bourgeois d'Yverdon. 

339. Joseph, baptisé à Yverdon le 23 novembre 1608, conseiller 
d'Yverdon, seigneur de Bavois. Capitaine au service de Berne, il fut tué 
à la bataille de Villmergen le 23 janvier 1656. 

Epousa Suzanne-Françoise Megni, morte le 6 décembre 1693. 
Enfants (371-376). Un fils illégitime (377). 

340. Henry, conseiller et lieutenant baillival, qualifié de junker dans 
quelques actes. Il vendit des biens, à Ependes, à Elie du Plessis. Teste 
le 7 novembre 1659. Mort le 26 février 1660. 

Epousa : 1° Rose Seigneux, fille de Jean-Baptiste, le jeune, banderet 
de Lausanne, et de Jeannette Rosset, et veuve d'Abraham Wulliamoz, 
morte en 1638. Enfants (378-379). 

2° Marie-Madeleine Doxat, fille de Joseph Doxat, banneret à 
Yverdon. Morte en 1692. Trois enfants (380-382). 

341. Madeleine, baptisée le 29 novembre 1613, à Yverdon. Epouse 
avant 1642 Frédéric Warney, conseiller à Yverdon. Morte le 
26 avril 1671. 

342. Françoise, femme d'IsAAC Auberjonois. 

343. Jaqueline, baptisée le 3 mai 1618 

344. Barbille, baptisée le l or décembre 1621. 

De Tobie (325) et de Glauda Buttet : 

E 345. François, né le 27 janvier 1613, mort le 16 mars 1623. 

346. Jean-Humbert, né à Démoret le 26 janvier 1615. Conseiller à 
Yverdon. Mort le 9 septembre 1660. Avait épousé en 1649 (contrat du 
25 mai) Olympe Cottet, fille de Jean Cotlet, lieutenant à Lutry, laquelle 
épousa, le 3 novembre 1681, Pierre Viret, et mourut le 11 mars 1705. 
Enfants (383-385). 

347. Jérôme, né à Rances le 12 décembre 1618. Stipendiaire à 
Montauban 1641-1643, diacre à Yverdon en 1650-1658, pasteur à 
Romainmôtier en 1658-1659, et à Yverdon de 1659 à 1671. Doyen de 
la classe d'Yverdon de 1662 à 1668. Teste le 2 septembre 1671, et meurt 
le même jour ; enterré dans le temple d'Yverdon. 



TREYTORRENS 



229 



Epouse : 1° le 7 février 1653, Françoise Polier, fille de Jean Polier 
de Vernand, seigneur du château de Bretigny, et de Claudine Quisard. 
Morte en couches le 30 septembre 1659. Deux enfants (386-387) ; 

2° le 18 novembre 1660, à Gressy (contrat du 9 octobre), Sara 
Seigneux, née en 1629, fille de Jean-Baptiste, bougmestre de Lausanne, 
et de Marie Morlot. Remariée, le 10 décembre 1674, à François de 
Saussure. Trois enfants (388-390). 

348. Nicolas, né le 13 août 1620, mort jeune. 

349. Abraham, né à Rances le 8 novembre 1621, baptisé à Yverdon 
le 10 (parrain, Abraham de Treytorrens de Payerne) (113), conseiller à 
Yverdon. Mort le 22 juin 1669. 

Epouse : 1° le 19 novembre 1642, à Yverdon, Suzanne Auberjonois, 
fille d'Isaac et de Françoise de Treytorrens, fille de David (323), baptisée 
le 6 février 1625, morte le 3 octobre 1663, ayant eu 14 enfants 
(391-404); 

2° le 13 juillet 1667, Suzanne Darbonnier, veuve de Louis Masset, 
décédée le 2 juin 1698. Un enfant qui ne vécut pas. 

350. Tobie, baptisé à Yverdon le 3 février 1625. Etudiant en théo- 
logie, à Genève en 1646. Diacre à Grandson du 1 er décembre 1651 à 
1654, pasteur à Yvonand, 1654-1665, à Goumoëns, 1665-1696. A maintes 
reprises doyen de la classe. Il composa en 1677 un poème de 328 vers, 
sur la descendance de la maison de Treytorrens d'Yverdon. Mort à 
Goumôens le 28 décembre 1696. 

Epousa Louise Bourgeois, fille de Pierre, morte le 11 avril 1673 à 
Goumoëns, laquelle lui donna onze enfants (405-415). 

351. David, né à Yverdon le 17 juillet 1627, baptisé le 21. Membre 
de la cour baillivale d'Yverdon. Blessé en 1653 pendant la guerre des 
paysans, et à Villmergen, en 1656. Se fixa à Moudon où il acquit la bour- 
geoisie le 9 mai 1661. Institué, le 27 mai 1662, vidomne de Moudon et 
châtelain de Ghavannes pour n. Jean Loys, seigneur de Villardin. Inter- 
médiaire en 1661 entre les villes d'Yverdon et de Moudon, comme bour- 
geois des deux villes. Juge du consistoire, banneret et lieutenant bail- 
lival. 

Epouse, le 9 novembre 1653, à Faoug, Suzanne de Crestaz alias 
Vidonne. fille de Jean, conseiller à Moudon. Enfants (416-420). 

D'Humbert (327) et d'Esther Marsens : 

F 352-355. Jean-Légier, né le 22 décembre 1616. et trois filles, tous, 
morts jeunes. 



230 



TREYTORRENS 



D'HUMBERT (327) ET DE MARGUERITE CHUARD : 

356. Humbert, baptisé le 18 juin 1621, mort jeune. 

357. Marguerite, née le 20 février 1623, ép. Daniel Lerber, du 
Grand Conseil de Berne, bailli de Laupen. 

358. Jean-François, baptisé le 20 octobre 1627, mort jeune. 

359. Samuel, né le 11 juillet 1630, baptisé le 17. Bourgeois de 
Berne et d'Yverdon, coseigneur de Démoret, conseiller d'Yverdon. En 
1674, il reconnaît un fief rière Ependes, à emphytéose perpétuelle et 
sous hommage lige. En 1677, il vend la coseigneurie de Démoret à 
Joseph Doxat. Mort le 26 décembre 1678. 

Epouse: 1° Judith Doxat, fille de Joseph, banneret d'Yverdon, et de 
Sébastienne Cerjat. Elle teste en mars 1656. Morte sans enfant ; 

2° le 30 avril 1657, à Thierrens : Jeanne-Françoise Grousaz, fille 
de François, seigneur de Gorsier, et de Judith Cerjat Morte le 5 juin 
1669. Enfants (421-423); 

3° le 2 juin 1670 (contrat postérieur, du 25 avril 1671), Jeanne Sa- 
rasin, fille de n. Gabriel le jeune et de feue Elisabeth Hurtaud. Veuve, 
elle épousa en 1686 Zabulon Bourgeois, secrétaire du Conseil d'Yverdon. 
Enfants (424-426). 

De François (329) et d'Elisabeth de Bode : 
G 360. Elisabeth, née en 1631, teste, le 25 janvier 1661, en faveur de 
son demi-frère François (362) et de sa belle-mère Anne Pellissari. Morte 
à Genève le 1 er mars 1663. 

361. Frantz, né et mort en 1633. 

De François (329) et d'Anne Polier : 

362. François, né le 29 octobre 1637. Vivant en 1664 à Genève. 
Ingénieur au service de la Suède. Mort à Tournai, dans la guerre de 
Flandre, au début de 1673. Célibataire. 

D'Albert (330) et de Claudine Dutoit : 

H 363. Elisabeth, née le 10 mai 1621. 

364 et 365. Judith et Nicolarde, mortes jeunes. 
On lui donne aussi, sans doute par erreur, deux fils. Abraham et 
Nicolas. 

D'Isaac (337) et d'Esther Rosset : 
F 366. Jean-Philippe, bapt. le 6 mars 1627. Ingénieur et capitaine de 



TREYTORRENS 



231 



cavalerie en Flandre, général-quartier-maître de l'armée de Berne en 
1658. Mort à Bruxelles en 1671. 

Ep. en Hollande Wilhelmine Bloem dont il eut une fille née 
en 1662. 

367. David, né le 31 mai 1630, mort jeune. 

368. Elisabeth, née le 24 avril 1633, morte jeune. 

369. Antoine, qui épousa en Hollande n. van Souteghem. 

370. François, jésuite, d'après une notice de famille de 1659. 

De Joseph (339) et de Suzanne-Françoise Megni : 

G 371. Ghérard, né en janvier 1641. 

372. David-Philippe, né en décembre 1647, mort le 21 mai 1729, 
capitaine d'une compagnie de fusiliers, à Yverdon. Avec lui s'éteignit la 
branche de Treytorrens de Bavois. 

373. Jaqueline, née en 1653, femme de Bernard Gélius. 

374. Marie-Madelaine, née en 1654, femme de Guillaume Henry. 

375. Catherine, née en 1655, épouse de Henri Vautravey. 

376. Joseph, fils posthume, baptisé le 28 juin 1656. Ne vécut pas. 

Joseph eut aussi un fils naturel : 

377. Jean, baptisé à Lausanne le 4 mai 1632. 

D'Henry (340) et de Rose Seigneux : 

H 378. Jeanne-Françoise, bapt. le 27 mars 1636, morte jeune. 

379. Jean, bapt. le 11 novembre 1637, mort jeune. 

D'Henry (340) et de Marie-Madeleine Doxat : 

380. Jean-Louis, bapt. le 31 août 1642 ; mort à Heidelberg en jan- 
vier 1666. 

381. Jeanne-Elisabeth, bapt. le 8 septembre 1644 ; cohéritière de 
son père en 1660. 

382. Constantine, bapt. le 8 octobre 1652, fiancée en mai 1673 à 
Sébastien des Ruvynes, fils de David et deN... Monnier, de Lausanne, 
châtelaine de Cronay ; morte veuve le 10 mai 1710. 

De Jean-Humbert (346) et d'Olympe Cottet : 

/ 383. Jean-Philippe, né le 10 septembre 1650 (bapt. le 14). Enseigne 
dans les Indes néerlandaises de 1672 à 1689. Fait prisonnier sur mer, il 
fut racheté par le capitaine William Cooper. Mort à Lausanne en 1704. 
Ep. : Jeanne-Marguerite Clerc. Enfants (427-429). 



232 



TREYTORRENS 



384. Marguerite, née le 12 décembre 1654 (bapt. le 16), ép. Jaques 
Favre, de Lucens, morte en 1741. 

385. Marie-Olympe, née le 26 juin 1659 (bapt. le 30), ép. en 1697 
Jean-Henri Guche, d'Yverdon. 

De Jérôme (347) et de Françoise Polier : 

J 386. Jean-Abraham, bapt. le 16 avril 1656, mort le 7 novembre 
1663. 

387. Un enfant, mort avec sa mère en septembre 1659. 

De Jérôme (347) et de Sara Seigneux : 

388. Gatherine-Salomé, bapt. le 17 novembre 1661, ép. François- 
Louis de Treytorrens (423), morte en 1702 sans postérité. 

389. Jeanne-Françoise, bapt. le 19 novembre 1663, ép. Barthé- 
lémy de Treytorrens (422), morte le 29 octobre 1731 sans postérité. 

390. Albert, bapt. le 14 janvier 1666, mort deux jours après ; ses 
parrains étaient le bailli Manuel d'Yverdon et le bailli Imhof de Grandson. 
ses marraines leurs épouses. 

D'Abraham (349) et de Suzanne Auberjonois : 

K 391. Jeanne-Louise, bapt. le 27 novembre 1643. 
392. Isaac-Léger, bapt. le 2 mai 1647. 
393-400. Huit enfants morts-nés ou tout jeunes. 

401. Marguerite -Dorothée, née le 4 novembre 1649 (bapt. le 5), 
ép. Jaques-Humbert Glavel, d'Oulens, morte à Oulens le 13 avril 
1684. 

402. Urbaine-Esther, née le 20 juin 1653, ép. en 1685 David 
Auberjonois (-j- 1701) ; morte le 10 novembre 1722. 

403. Sara, née le 29 novembre 1656; ép. le 18 mars 1689 Samuel- 
Sébastien Faure. 

404. Marc, né le 23 mars 1659 (bapt. le 26), l'un des principaux 
généalogistes de sa famille, notaire à Yverdon, membre du Conseil des 
24 en 1681, receveur du château en 1686, secrétaire baillival et membre 
du Conseil des 12 en 1704. Il possédait à Yverdon une maison de ville, 
le clos des Bains, des champs et vignes ; à Valeyres, un beau domaine. 
Mort le 18 juillet 1726. 

Ep. : 1° le 28 janvier 1682, Suzanne-Marguerite Russillion, fille 
de Jaques Russillion et d'Etiennaz Develey, décédée le 3 août 1708. 
Enfants (430-436). 



TREYTORRENS 



47 



2° le 26 mars 1709, Madeleine Plant, de Guines (près de Calais, 
France), veuve du capitaine Henri Jaccard. Elle mourut le 12 août 1711. 

3° le 27 juin 1712, Salomé Pacotton, fille de Claude Pacotton, 
veuve de François-Louis Miéville, assesseur baillival, morte le 15 août 
1725. 

De Tobie (350) et de Louise Bourgeois : 

L 405. Jeanne-Ursule, née en 1657. 

406. Marie, née en 1658, morte en 1673. 

407. Jaques-François-Nicolas, bapt. le 5 décembre 1658, diacre à 
Yverdon ; mort le 9 juillet 1690. Ep. le 4 juin 1689 Elisabeth de Saus- 
sure. Une fille, dont on ne connaît pas le sort. 

408. Anna. 

409. Etienne-Légier, exempt du duc de Nassau ; mort à Gressy en 
1712. Ep. le 18 mars 1697 Marie Bourgeois. Pas d'enfant. 

410. Emmanuel, mort le 17 avril 1724 ; ép. le 5 octobre 1689 
Anne Decoppet, morte le 14 mai 1735. Enfants (437-442). 

411. Franz-Marc, capitaine-lieutenant au régiment de Tscharner ; 
tué devant Menin le 22 août 1706. 

412. Catherine, ép. Claude Roy, réfugié de Die en Dauphiné ; 
mère en 1708. 

413. Jeanne-Marguerite. 

414. Jeanne-Elisabeth, née en 1673, ép. le 14 août 1700 Jean-Pierre 
du Bue, à Lausanne. 

415. Abraham-Jacob-Louis, né en 1673 (jumeau), mort en Hol- 
lande en 1703, Ep. Anna Stopmann. Enfants (443-444). 

De David (351) et de Suzanne de Crestaz : 

M 416. Jacques-Samuel, né le jour de l'Ascension 1655, bapt. à 
Moudon le 31 mai, mort le 30 mars 1682. Ep. Suzanne Duflon. Pas 
d'enfant. 

417. François-Louis, né le 24 novembre 1657, bapt. à Yverdon le 27^ 
Officier, tué accidentellement en Saxe après 1671. 

418. Jean-Jaques, né le 19 janvier, bapt. le 21 janvier 1661. 

419. Antoine, bapt. le 6 décembre 1662, lieutenant ou régiment de 
Cappol (Savoie). Mort le 10 septembre 1693 au camp devant Pignerol. 
Ep. le 8 janvier 1687 Anne Girardet. Deux enfants morts en bas âge. 

420. Etiennaz-Barbille, bapt. le 18 décembre 1666; Ep. le 14 oc- 



GÉX. VAUD. II. 



an 



48 



TREYTORRENS 



tobre 1691, à Gônstaiîtine (contrat du 21 septembre), François-Louis 
de Treytorrens (164) de Gudrefin. 

De Samuel (359) et de Jeanne-Françoise Grousaz : 

421. Judith-Françoise, bapt. le 18 août 1658. 

422. Barthélémy, né le 19 décembre 1659, conseiller d'Yverdon, 
châtelain de Belmont. Il testa en faveur de sa nièce Jeanne-Catherine 
de Treytorrens (445) et mourut le 30 mai 1721. Avec lui s'éteignit le 
dernier bourgeois de Berne de cette famille. 

Ep. Jeanne-Françoise de Treytorrens (389), morte le 29 octobre 
1731, après avoir testé le 15 octobre en faveur de Jean-Rodolphe (432), 
de Jacob (427) et de Jean-Philippe de Treytorrens (428). 

423. François-Louis, bapt. le 26 juillet 1668, mort le 17 août 1713. 
Ep. : 1° le 28 novembre 1696, Catherine-Salomé de Treytorrens 
(388) ; 2° le 28 septembre 1705, Elisabeth du Plessis-Gouret, 
d'Ependes, fille d'André du Plessis-Gouret, premier seigneur d'Ependes et 
de la Primaye, et de Juliane d'Arbonnier. 

De Samuel (359) et de Jeanne Sarasin : 

424. Suzanne, bapt. le 30 mai 1673. Ep. François Flaction. 

425. Sébastien, bapt. le 30 mai 1674, mort le 22 janvier 1705. 
Ep. Jeanne Viard, fille de Claude et de Marguerite Violet, morte avant 
1703. Une fille, Jeanne-Catherine (445). 

426. Judith-Catherine, née le 3 août 1679 (bapt. le 7). Ep. le 29 moi 
1710 Emmanuel-Nicolas Bourgeois, capitaine à Yverdon, fils de Louis 
Bourgeois et d'Esther Chevalier. 

De Jean-Philippe (383; et de Marguerite Clerc : 

XIV E 427. Pierre-Jacob, né le 17 février 1691 (bapt. le 22 à Lucens). 
Consacré au saint ministère en 1720. Pasteur sufïragant à Pailly de 
1724 à 1729; diacre à Grandson en 1729-1730, à Orbe en 1730-1731 ; 
pasteur à Saint-Maurice de 1731 à 1760. Savant mathématicien, il fut 
nommé en 1718 déjà membre correspondant de l'Académie des sciences. 
Mort en 1760. 

428. Jean-Philippe, né le 15 janvier 1693 (bapt. le 19 à Lutry), 
capitaine en 1726, conseiller à Yverdon. 

Ep. le 21 juin 1721 Jeanne-Catherine de Treytorrens (445), mère 
de treize enfants (446-458). Morte en 1767. 

429. Samuel-Marc, bapt. à Lutry le 21 avril 1695. 



TREYTOFUAENS 



49 



De Marc (404) et de Marguerite Russillion : 

F 430. Madeleine, née le 2 décembre 1682 (bapt. le 5), morte le 8 no- 
vembre 1761. Ep., le 17 janvier 1701, François-Louis Haldimand. 

431. Judith, née le 20 septembre 1684. 

Ep. le 3 mai 1708 Nicolas de Treytorrens (265), de Payerne. 

432. Jean-Rodolphe, né le 29 janvier 1686 (bapt. 8 février). Officier 
au régiment Tscharner en Hollande, de 1701 à 1703. Notaire, secrétaire 
baillival dès 1725, lieutenant d'Yverdon. Mort le 23 août 1739. 

Ep. le 20 août 1708 Henriette Jaccard, fille d'Henri Jaccard, capi- 
taine au service de France. Douze enfants (459-470). 

433. François-Frédéric, né à Yverdon le 30 décembre 1687 (bapt. 
le 1 er janvier 1688). Etudie la théologie à Lausanne, consacré le 24 mars 
1715. Pasteur aux Groisettes du 20 janvier 1722 à 1726. Professeur de 
philosophie à l'Académie de Lausanne du 20 novembre 1726 à 1737. 
Mathématicien comme son cousin (427), il fut nommé aussi correspon- 
dant de l'Académie des sciences de Paris en 1718. Il publia des éléments 
de mathématiques, géométrie et trigonométrie à Yverdon, en 1725. 
Mort le 9 juillet 1737. 

Ep. le 13 septembre 1718, Jeanne-Françoise Bergier, fille du 
doyen Gabriel Bergier, et de Marie Merlat, morte le 24 novembre 1772 
à l'âge de 80 ans. Enfants (471-476). 

434. Marc-Antoine, né le 23 juillet 1689 (bapt. le 29), mort le 
25 août 1693. 

435. Emmanuel, né le 26 mars 1691 (bapt. le 2 avril). Conseiller à 
Yverdon. Mort le 18 février 1758. Ep., avant 1740, Madeleine..., morte 
le 29 septembre 1760. 

436. Suzanne, née le 17 octobre 1693, morte le 1 er janvier 1715. 

D'Emmanuel (410) et d'Anne Decoppet : 

G 437. Barthélémy, bapt. le 2 mai 1691. 

438. Catherine-Françoise (p. h.: Catherine, bapt. le 14 juillet 1692. 

439. Marc-Louis (p. h.: Marc), né en 1694, mort le 5 octobre 1747. 

440. François-David (p. h. : David), bapt. le 7 mars 1696. Capi- 
taine-lieutenant en 1726. Mort en 1731, le dernier de sa branche. 

141 et 442. Suzanne et Marianne. 

D'Abraham (415) et d'Anna Stopmann : 

H 443. Jeanne-Elisabeth, née le 30 janvier 1700. 
444. Jean-Daniel, né le 2 novembre 1701. 



50 



TREYTORRENS 



De Sébastien (425) et de Jeanne Viard : 

/ 445. Jeanne-Catherine, née le 12 mars 1700 (bapt. le 22). Hérita, 
en 1721, de son oncle Barthélémy (422). Morte le 20 janvier 1767. 
Ep. le 20 juin 1721, son cousin Jean-Philippe de Treytorrens (428). 

De Jean-Philippe (428) et de Jeanne-Catherine 
de Treytorrens (445) : 

XV 1) 446. Marc-Joseph-Barthélemy (p. h. : Barthélémy), bapt. le 29 juil- 
et 1722, capitaine, mort le 11 octobre 1772. 

447. Anne-Marguerite, bapt. le 8 janvier 1724, vivante en 1760. 

448. Jeanne-Henriette, bapt. le 20 avril 1725. 

449. Jeanne-Rose, bapt. le 21 juin 1726. 

450. Jean-David, bapt. le 28 mai 1727, décédé le 7 janvier 1784. 
Ep. en avril 1758. Antoinette Bourgeois, née à Lyon le 10 février 
1729, fille d'Albert-Benjamin, d'Yverdon, et de Marguerite Chapat, 
d'Orange ; morte le 14 février 1784. Enfants (477-482). 

451. Jeanne-Suzanne, bapt. le 28 juillet 1728. 

452. Suzanne-Sara, bapt. le 27 octobre 1729, catéchumène à Pâ- 
ques 1745. 

453. Jaques-Louis-Philippe, bapt. le 23 février 1731. 

454. Jeanne-Catherine, bapt. le 30 avril 1732. 

455. Gabriel-Henri-Sébastien, bapt. le 26 février 1735. 

456. Anne-Marguerite, bapt. le 22 août 1736, catéchumène à Pâ- 
ques en 1753. 

457. Julie-Henriette, bapt. le 23 avril 1738. 

458. Philippe, bapt. le 15 juillet 1739. 

De Jean-Rodolphe (432) et d'Henriette Jaccard : 

E 459. Marc-François-Frédéric, né le 14 avril 1709 (bapt. le 26). 
Officier du génie, tué le 20 novembre 1731 à Belgrade. 

460. Albert-Sigismond, né le 17 septembre 1710. 

Ep. le 26 avril 1730, à Gressy, Julie Roland, de Bonvillars. morte 
le 28 juin 1766. Cinq enfants (483-487). 

161. Emmanuel-Barthélémy, bapt. le 16 mars 1712; mort le 
17 octobre 1712. 

462. Marguerite-Henriette (p. h. : Henriette), née le 26 août 1713, 
morte le 11 mai 1781. 

163. Jean-Rodolphe, né le S octobre 1715 (bapt. le 22). En 1737, 



TREYTORRENS 



51 



gouverneur du prince Ourousof. Capitaine en 1761. Il habita Marseille, 
puis Yverdon, Testa en faveur de sa sœur Madeleine (464) et de sa nièce 
Henriette (488). Mourut le 14 février 1791. 

464. Rose-Madeleine (p. h. : Madeleine), née le 24 août 1717, morte 
le 7 avril 1801. Institua héritier Henri de Treytorrens (292). 

465. Daniel-Emmanuel (p. h. : Daniel), et 

466. François-Sébastien (p. h. : François), nés le 1 er avril 1719 (bapt. 
e 12) ; partirent en 1742 pour Batavia, où ils moururent en 1747. 

467. David-Philippe-Barthélemy (p. h. : David), né le 1 er avril 1721. 
Il prit du service en France, fut envoyé à Saint-Domingue en 1742 ; capi- 
taine en 1747, puis major-général avec rang de lieutenant-colonel. Il ré- 
prima une révolte des noirs de l'île. Louis XIV le créa, le 24 juin 1771, 
chevalier de l'Ordre du Mérite militaire. En 1771, il rentra à Yverdon 
et fit construire la maison neuve des Bains. Il mourut le 24 août 1788, 
après avoir institué pour ses héritiers Jean-Rodolphe (463) et Rose-Ma- 
deleine (464). 

Ep. à Saint-Domingue, Marie Le Fort, fille du D r Le Fort, pro- 
priétaire d'une grande plantation. Elle mourut le 20 octobre, à Yverdon, 
et fit héritier Henri de Treytorrens (292), de Payerne. 

468. Nicolas-Louis (p. h.: Nicolas), né le 24 juin 1723 (bapt. le 
29 juillet). Page, en 1744, du prince Henri, frère du roi de Prusse, puis 
officier au service de France à Saint-Domingue. Mort le 13 janvier 1756. 

Ep. à Saint-Domingue, M m0 Augrand, veuve d'un planteur. 

469. Henri-François (p. h. : Henri), bapt. le 15 octobre 1729. Com- 
merçant à Marseille où il mourut le 15 avril 1772. 

Ep. Elisabeth de Hauterive. Une fille Henriette (488). 

470. Marianne-Marguerite, bapt. le 21 septembre 1731, morte le 
9 novembre 1777. Ep. N... Jeanneret. 

De François-Frédéric (433) et de Jeanne-Françoise Bergier : 

471. Marc-Gabriel, né à Lausanne le II novembre 1719; mort 
le 22 juin 1755. 

472. Marie-Louise-Françoise, née à Lausanne le 16 mai 1721. 

473. Jean-Pierre, né à Lausanne le 12 novembre 1723. mort le 
26 avril 1724. 

474. Théodore-Louis, né à Lausanne le 5 février 1726 (bapt. le 26). 
Etudiant à Lausanne puis à Leyde. Professeur honoraire de mathéma- 
liques et de physique ii f Académie de Lausanne en 1758 ; nommé, le 



52 TREYTORRENS 

27 avril 1761, professeur ordinaire de philosophie. Correspondant de 
l'Académie des sciences de Paris. Mort en 1794. 

475. Marianne, bapt. le 29 juillet 1729, morte le 8 février 1730. 

476. Rodolphe-Frédéric-Emmanuel, bapt. le 10 novembre 1732, 
mort le 28 mai 1733. 

De Jean-David (450) et d'Antoinette Bourgeois : 
F 477. Louise-Sabine, bapt., à Yverdon, le 17 septembre 1756. 

478. Jeanne-Catherine, bapt. le 10 février 1758; mort le 17 avril 1806. 
479/ Anne-Marguerite, bapt. le 22 mai 1759. 

480. Henri-Barthélemy, bapt. le 7 novembre 1760. 

481. Alexandre-George-Ferdinand, bapt. le 2 mai 1764. 

482. Marianne-Catherine-Sabine, née le 1 er octobre 1772, bapt. le 
8 octobre. 

D'Albert (460) et de Julie Roland : 

G 483. Henriette-Madeleine, bapt. le 29 décembre 1731 ; catéchu- 
mène en 1748. 

484. Louise-Catherine; bapt. le 16 septembre 1733. 

485. Georges-Pierre-François, bapt. le 8 mars 1736. 

486. David-François/ bapt. le 31 janvier 1738. 

487. Anne-Madeleine, bapt. le 18 février 1746. 

D'Henri (469) et d'Elisabeth de Hauterive : 

488. Henriette, mineure en 1791 ; morte probablement avant 1801. 

VII. Branche de Grandson 

De Pierre (301) et de Perrissone Cuevressy : 

302. Perronet, mentionné avec ses parents en 1455. Il se fixa à Grand- 
son où son père avait du bien, et où il se maria. Il était mort en 1507, 
laissant une veuve, Perronette , qui reconnut le 18 octobre 1507. 
Trois enfants (489-491). 

De Perronet Tretorens (302) et de Perronette : 
VIII F 489. Jean, qui reconnaît on 1507, gouverneur de Grandson en 1519, 
Il déclare tenir une maison en cette ville, à la Grand'Rue, par légitime 

• Celle famille Treylorrens de Grandson ne portait pas la parlicule el ne jouissait pas de 
la noblesse, ("esl probablement cette circonstance qui l'a l'ail considérer comme une branche 
illégitime descendant d'un Nicolas, lils d'Henri île Treylorrens, el de Marianne llobin, ce qui 
est doublement inexact. 



H 



VII F 



TREYTORRENS 



53 



succession maternelle. « Johann von Treytorrens » est en conflit avec 
Berne en 1538 au sujet de cens dus à la chartreuse de La Lance. Vivant 
en 1549. Mort avant 1554. Deux fils (492 et 493). 

490. Guillauma, femme de Guillerme de Pontheys, bourgeois de 
Grandson, qui reconnaît en 1507 et 1519. Ils eurent un fils, Nicolas 
de Pontheys, alias Tretorens, vivant en 1519, mort avant 1554. 

491. Isabelle, veuve de Jean Reys, reconnaît le 11 juin 1509. 

De Jean (489) : 

IX D 492. Guillaume, reconnaît le 28 décembre 1554 et le 21 juin 1557 en 
son nom et au nom de son frère Jean. Censitaire de La Lance en 1555. 

493. Jean, vivant en 1557, mort avant 1592. Ep. Claudaz Lambelly. 
Un fils, Pierre (495). 

De N.... 

E 494. François notaire et bourgeois de Grandson. Reprend en 
1559 les registres de François Galame. En 1582, achète et revend une 
grange. Mort avant 1595. Cinq enfants (496-500). 

De Jean (493) et de Claudaz Lambelly : 

X H ^95. Pierre, dit l'aîné, qui contracte avec la ville de Grandson, le 
26 décembre 1590, alors qu'il est encore, le 9 décembre 1592, sous la 
tutelle de sa mère. Conseiller de Grandson en 1626. Le 2 octobre 1630, 
il reconnaît à nouveau les biens reconnus en 1592 par sa mère et les 
hoirs de son oncle Guillaume. Vivant encore en 1633. 

Ep. : 1° le 24 décembre 1593, Person Goudard, de Peney, vivante 
en 1622. 

2° Le 1 er mars 1624, Claudaz Amiet, veuve de Loys Monnier. 
Pas d'enfant. 

De François (494) : 

j 496. Melchior, notaire. Traite en 1586 avec la ville de Grandson. 
Reconnaît le 1 er décembre 1594. Commissaire des extentes de l'hôpital 
de Grandson en 1592 et 1595. Mort avant 1630. 

Ep. : 1° N.... Deux enfants (501-502): 2° le 22 septembre 1597, 
Jeanne, veuve de Maire Bocardier, d'Onnens. Cinq enfants (503-507). 
197. Samuel, parrain en 1594. Reconnaît avec ses trois sœurs le 



1 Nous n'avons pu établir qui est le père de François. Il serait possible qu'il Fût le fils tic 
Nicolas de Pontheys (voir 4fÔ). Dans ce cas, les Tretorens de Grandson ne descendraient des 
premiers que par les lilles. 



54 



TKEYTORRENS 



9 janvier 1595. Vend, le 6 février 1598, à n. Légier de Treylorrens, la 
sixième partie du cens du moulin d'Epencles. Reconnaît encore le 24 juin 
1630 et le 20 avril 1638. 

Ep. : 1°N.... Huit enfants (508-515); 2° le 12 octobre 1626, Suzanne 
Rogemont, fille de Guillaume Rogemont, de Saint-Aubin, vivante en 
1658. Un fils (516). 

498-500. Marthe, Glaudaz et Sara, mentionnées avec leur frère 
dans la reconnaissance du 9 janvier 1595. 

De Melchior (496) et de N... : 

E 501. Jean, témoin d'un acte en 1614, parrain de 1615 à 1637. Re- 
connaît le 29 juin 1630 une maison à Grandson et se déclare homme 
franc et libre de LL. EE. de Berne et Fribourg. 

502. Esther, baptisée le 22 novembre 1593. 

De Melchior (496) et de Jeanne : 

503. Pierre, baptisé le 4 septembre 1598. Reconnaît, le 26 mai 1627 
et le 12 juin 1630, une maison à Grandson à côté de celle de Samuel 
Tretorens. Gouverneur de Grandson en 1640, vivant encore en 1657. 

Ep. le 16 mars 1626, Catherine Criblet, fille de Claude Criblet, 
Enfants (517-519). 

504. Marguerite, bapt. le 12 février 1601. 

505. Daniel, bapt. le 10 décembre 1603. 

506. Elisabeth, bapt. le 17 mars 1606, marraine en 1622 et 1627. 

507. Catherine, marraine en 1620. 

De Samuel (497) et de N. 

F 508. François, bapt. le 12 juin 1595. Reconnaît en 1630 et 1634. 
Juré à Grandson en 1651, commandeur en 1669, lieutenant baillival 
en 1673. 

Ep. le 20 mars 1620, Jeanne Criblet. Neuf enfants (520-528). 

509. Baptiste-Noé (p. h. Noé), bapt. le 5 décembre 1597. 

510. Alexandre, bapt. le 21 août 1599. 

511. Charles, bapt. le 19 février 160L 

512. Jean, bapt. le 8 juillet 1602. 

513. Suzanne, bapt. le 22 juillet 1604. 

514. Marie, bapt. le 29 décembre 1606, marraine en 1673. 

515. Anna, bapt. le 29 mai 1609, mariée, le 9 avril 1631, à Bernard 
Criblet. 



TREYTORRENS 



241 



De Samuel. (497) et de Suzanne Rogemont : 
516. Elisée, bapt. le 28 juin 1627. 

De Pierre (503) et de Catherine Criblet : 

XII / 517. Jeanne, mariée le 28 octobre 1644 à Jean Rossat. 

518. Anne, bapt. le 21 août 1633, épouse, à Lausanne, le 19 sep- 
tembre 1652, Jérèmie Bredin, fils de Pierre Bredin, bourgeois de Neu- 
châtel. 

519. Pierre-François (p. h. Pierre), bapt. le 2 mai 1637, conseiller 
de Grandson, commandeur en 1687, hospitalier eu 1698, justicier et 
gouverneur en 1701, mort avant 1721. Est dit en 1701 « Pierre de Trey- 
torrens ». 

Ep. : 1° Madeleine Breguet. Deux enfants (529-530) ; 2° peu avant 
mai 1692, Madeleine Eggly. Cinq enfants (531-535). 

De François (508) et de Jeanne Criblet : 

./ 520. Samuel le jeune, bapt. le 8 décembre 1620, conseiller et justi- 
cier en 1671 et 1672, lieutenant baillival de 1673 à 1689, mort en 1691. 

Ep. 1° Dorothée Beausire, vivante en 1667. Enfants (536-539) ; 
2° le 13 janvier 1675, à Combremont, Elisabeth Fivaz, veuve d'Abra- 
ham Gachet de Payerne. 

521. Elisabeth, bapt. le 9 janvier 1625, morte avant 1638. 

522. Abraham, bapt. le 22 novembre 1627, mort avant 1638. 

523. François, bapt. le 1 er février 1629. 

524. Jean-Pierre, le plus jeune des enfants de François indiqué en 
1638, lieutenant, mort avant 1684. 

Ep. N.... Deux enfants (540-541). 

525. David, bapt. le 1 er mars 1634, mort avant 1638. 

526. Humbert, bapt. le 2 octobre 1636, mort avant 1638. 

527. Marie, bapt. le 8 mai 1646, femme, en 1687, de Salomon 
Beausire, régent. 

528. Peut-être Madeleine, marraine en 1659. 

De Pierre-François (519) et de Madeleine Breguet : 

XIII O 529. Marie-Elisabeth, bapt. le 19 août 1688. 

530. Daniel-Samuel-Joseph, bapt. le 21 août 169u. 

De Pierre-François (519) et de Madeleine Eggly : 

531. Suzanne-Elisabeth, bapt. le 30 décembre 1694. 

«ili.N. VAUD. II. 



242 



TREYTORRENS 



532. Anne-Elisabeth, bapt. le 11 décembre 1698, mariée le 15 mars 
1726 à César Bourgeois, justicier de Grandson. 

533. Jean-Rodolphe, bapt. le 27 février 1701. 

534. François-Sébastien, bapt. le 6 janvier 1703 ; il eut pour par- 
rain Jean-François, son cousin (536), et François-Louis et Sébastien 
de Treytorrens d'Yverdon (423 et 425), tous trois veufs, observe le 
ministre de Grandson. 

535. Esther, bapt. le 25 novembre 1705. Elle demeurait à La Côte 
/ en 1726. 

De Samuel (520) et de Dorothée Beausire : 

P 536. Jean-François, parrain en 1670, 1671, 1672, conseiller et jus- 
ticier de 1686 à 1711, vivant en 1715. 

Ep. Marguerite Bourgeois, vivant en 1674 et 1676. Une fille (542). 

537. Peut-être Jean-Rodolphe, parrain en 1666, absent du pays 
en juillet 1674. 

Ep. Anna Garnachon, bapt. le 26 octobre 1643, fille de François 
Garnachon. Un fils (543). 

538. Jeanne-Marie, bapt. le 12 août 1652, ép., le 7 octobre 1678, 
Jean-François Guendoz, veuve en 1684. 

539. Anne-Barbille, bapt. le 16 août 1657, marraine en 1673, 

De Jean-Pierre (524) : 
Q 540. Samuel, bapt. le 24 décembre 1657. 

541. Barbille, bapt. le 21 février 1660, femme en 1684 de Charles 
Rossat, curial de Fiez et conseiller de Grandson. 

De Jean-François (536) et de Marguerite Bourgeois : 
XIV ./ 542. Marie-Madeleine, bapt. le 14 octobre 1674, vivante en 1693. 

De Jean-Rodolphe (537) et de Anna Garnachon : 
K 543. François-Rodolphe, bapt. le 19 septembre 1671. 

liRRATA 

Page "22;i : Henri (298) n'a qu'un fils, Pierre (;t01). Celui-ci u pour tils Perronel, Henri et 
Jean (302-304). A la ic ligne en remontant, lire : de Henri II (303). 

A. Vuilleumier, pasteur. 
Maxime Reymond. 

,ÇÏ*~k»<§^g>l'SZ^2 . 



» 



VUILLEUMIER 



VUILLEUMIER 

Branche d' Allaman. 

Armes do la brandie d'Allaman d'après un dessin et un sceau du 
xviii c siècle : Taillé : au l* 1 ', d'argent à une tête de Maure, un bandeau du 
premier sur les yeux, accompagné de trois étoiles de sable ; au 2 e d'azur 
au lion rampant d'or, sur un mont de trois coupeaux de sinople; une cotice 
en barre brétessée de gueules, brochant sur le irait du taillé. 

Cimier : trois plumes d'autruche d'azur et d'argent. 

Devise: Virtute probatus. (Armoriai du Pays de Vaud, deA.de 
Mandrot, seconde édition. ) 

Armes anciennes, d'après VA rmorial nnt-chillelnix de A. de Mandrot : 
de sable, au croissant d'argent, surmonté d'un creur d'or, au chef du 
second chargé de trois étoiles d'azur. L'Armoriai d'Huguenin, 1050, et 
trois pierres tombales dans le temple de Valengin (1651-1701) les donnent, 
avec quelques variantes. 



Famille originaire de la Sagne (Neuchâtel). Ses ancêtres furent pro- 
bablement parmi les premiers colons de cette vallée. 

Dans les actes des xv e , xvi 6 et xvii u siècles, le nom est écrit Wil- 
liomier, Vuilliomier, Vuillomier ; enfin Vuilleumier prévalut, avec le V 
ou le W. Il fait partie de la famille de noms dont Guillaume est le type 
le plus connu. Williomier fut probablement à l'origine un nom patrony- 
mique : fils de Williomie. Ces deux noms sont mentionnés dans l'acte 
dit «. des six habitants de la Sagne, » du 15 février 1422. Williomie pos- 
sédait des terres à la Corbatière qui se retrouvent dans les reconnais- 
sances des descendants de Williomier. 

Cette famille, primitivement de la classe des francs-habetgeants, 
fournit aux xvji c et \vm e siècles des notaires, justiciers, maîtres bour- 
geois, pasteurs et officiers au service de France. 

En 1621, Jean Vuilleumier s'établit à Tramelan-Dessus. Il est l'an- 
cêtre commun de toutes les familles du nom, bourgeoises de ce village. 




246 



VUILLEUMIER 



Dans le milieu du xvnr siècle, Jacob Vuilleumier se fixa à Lausanne. 
De lui descend la branche d'Allaman dont suit la généalogie. 

Bourgeoisies : La Sagne (Neuchâtel), Tramelan-Dessus (Berne), 
Allaman (Vaud). 

Sources : Reconnaissances de la Sagne, Archives de Neuchâtel ; état 
civil de Tramelan ; papiers de famille. 

1. Williomie, possède des terres à la Corbatière (Sagne), mentionné 
dans l'acte dit « des six habitants de la Sagne, » du 15 février 1422 
(Livre des franchises de la Sagne, n° 3, chap. I er ). Il eut probablement 
pour fils Williomier (2). 

De Williomie (1) 

2. Williomier, né fin du xiv e siècle, mentionné dans Pacte « des 
six habitants de la Sagne. » Probablement un fils (3). 

De Williomier (2) 

. 3. Jaquot, cité dans une reconnaissance de 1536 et désigné comme 
père de Pierre (4). (Extentes de Hory. 1536; reconnaissance d'Estevenin 
Saulvestre, p. 110.) 

De Jaquot Vuilliomier (3) 

4. Pierre, né avant 1453, mort avant 1513. (Reconn. de la Sagne, 
24 mai 1513 ; Horg, 1536, Arch. de Neuchâtel). Trois fils (5-7). 

De Pierre Vuyllomier al. Vuilleumier (4) 

5. Guillaume, reconnaît des terres à la Bénéciarde (Sagne). (Recon- 
naissances de la Sagne par Hory, fol. 94, reçue le 22 mai 1513,) 

6. Vuillemin, né avant 1493, mort avant 1513. 

7. Pierre, terres à la Corbatière et à la Ghaux-de-Fonds (Extenles 
de la Sagne, fol. 95, reçue le 24 mai 1513). Un fils (8). 

De Pierre Vuillomier (7) 

S. Claude, mort avant 1554, mentionné dans les Reconnaissances 
de Junod, 7 mars 1554, et dans divers actes de 1660 comme père de 
Pierre et de Guillaume (9 et 10). 

De Claude Vuilleumier (8) 

9. Pierre, dont la reconnaissance fut reçue par B. Junod (fol. 297) 
le 7 mars 1554. Les terres indiquées sont celles reconnues précédem- 



VUILLEUMIER 



247 



ment par son grand-père Pierre (7) et son grand-oncle Guillaume (5). 
Il mourut avant 1599. Quatre fils connus (11-14). 

10. Guillaume, probablement gouverneur en 1578 (rôle des gouver- 
neurs de la Sagne). 

De Pierre (9) 

VIII 11. David, vendit, avec son oncle Guillaume (10), la maison pater- 
nelle à Marie de Bourbon, au prix de 2000 livres, pour servir de de- 
meure au pasteur de la Sagne (acte du 10 juillet 1599). 

12. Guillaume, reconnaît en 1660. 

13. Biaise. 

14. Jean, eut à la Sagne d'un premier mariage un fils : Guillaume 
(15). Le 20 octobre 1621, il obtint une lettre de congé de la commu- 
nauté de la Sagne et se rendit à Tramelan-Dessus dont il acheta la bour- 
geoisie le 22 octobre 1642 au prix de 200 écus de 25 batz. Il épousa en 
secondes noces la fille de Barthélémy Matthey, propriétaire de la seule 
métairie franche de la vallée. Cinq fils et une fille (16 à 21). 

De Jean (14) et de l or lit : 

IX 15. Guillaume, naquit et vécut à la Sagne. Il y mourut en 1660 et 
laissa des descendants. 

De Jean (14) et de Matthey, 2 e lit : 

16-21. Jean, Abram, David, Pierre, Moïse et leur sœur qui épousa 
égrège Monnin, notaire. Ils eurent tous de nombreux descendants établis 
dans divers pays de l'Europe et de l'Amérique. Nous ne nous occupe- 
rons que de : 

17. Abram, justicier. Trois fils (22-24). 

De Abram (17) 

X 22. Abram, épousa : 1° Catherine du Gomun ; un fils, Jean-Pierre ; 
2" le 8 novembre 16S3, Madeleine Choppard; deux fils, Abram et 
Jean-Pierre. 

23. Jean, sautier, épousa le 13 décembre 1683 Madeleine Mar- 
chand ; quatre fils (25-28). 

24. David, épousa le 6 juin 1699 Madeleine Marchand ; deux fils : 
David et Jean-Pierre. 

De Jean (23) et de Madeleine Marchand : 

XI 25. Jean, baptisé le 26 février 1688 ; épousa le 19 novembre 1715 
Madeleine Choppard ; deux fils : Abram et Jean-Pierre. 



248 



VUILLEUMIER 



26. David, baptisé le 13 avril 1690. 

27. Pierre, baptisé le 18 septembre 1692 ; épousa, probablement le 
17 janvier 1720, Catherine Matthez ; un fils : Jean-Pierre. 

28. Jean-Pierre, baptisé le 31 juillet 1698 ; épousa le 10 décembre 
1722 Madeleine Robert ; quatre fils (29-32). 

De Jean-Pierre (28) et de Madeleine Robert : 

XII 29. David, baptisé le 15 mai 1728. 

30. Abram, baptisé le 2 avril 1731. 

31. Jacob, baptisé à Tramelan le 16 mars 1735, mort le 7 juillet 
1783 à Lausanne où il s'était établi en 1762. Il épousa Henriette Ga- 
tabin ; quatre enfants (33-36). 

32. Jean-Pierre, baptisé le 22 novembre 1739. 

De Jacob (31) et d'Henriette Gatabin : 

XIII 33. François-Auguste (prénom habituel, Auguste), né le 23 avril 
1768, mort le 5 juin 1831. Servit en France dans le régiment des Gardes 
suisses. En 1800, secrétaire-rédacteur au bureau de la Chambre admi- 
nistrative du canton du Léman. Dès 1803, secrétaire-directeur du timbre, 
ce qui l'appelait à surveiller les Recettes. Le 2 décembre 1805, le Petit 
Conseil lui accorda un acte constatant sa qualité de citoyen vaudois, 
quoiqu'il n'eût pas de bourgeoisie dans le canton. En 1812, il acquit celle 
d'Allaman. Le 12 juillet 1800, il épousa Madeleine-Henriette (p. h., 
Henriette) Knab, de Jean-Rodolphe et de Françoise Zimmerly, d'Echi- 
chens, née le 14 décembre 1771. morte à Cheseaux le 19 avril 1851 ; 
cinq enfants (37-41). 

34. Jeanne-Françoise-Constance, née le 15 octobre 1769, morte en 
1791. 

35. Jeanne-Henriette (p. h. Henriette), née le 10 mai 1772; épousa 
Charles Rois, de Jussac. 

36. Jean-Pierre-François-Elie (p. h. Jean), né le 3 octobre 1774. 
mort en septembre 1835. Régent à Orbe, il était à la tète de l'enseigne- 
ment mutuel et de la deuxième classe latine. Il épousa le 10 mars 1802 
Susanne Pinard. Pas d'enfants. 

D'Auguste (33) et d'Henriette Knab : 

XIV 37. Lucile-Françoise-Elise-Henriette dite Lucie, née à Lausanne 
le 14 juillet 1801. morte dans celte ville le 22 octobre 1876. Célibataire. 



VUILLEUMIER 



249 



38. Jean-Charles-Samuel-Louis (p. h. Louis), né à Lausanne le 
19 février 1803, mort le 13 février 1834 ; célibataire. 

39. Samson-Luc-André-Philippe-Cécil (p. h. Samson), né à Lau- 
sanne le 8 décembre 1804, décédé le 22 mars 1889. Etudia la théologie 
à l'Académie de cette ville ; consacré en 1830 ; suffragant à Moudon, 
1830-35; suffragant, puis pasteur de l'Eglise française de Bâle, 1835- 
43; pasteur de Chesalles, 1843-46; de Moudon, 1846-51; professeur 
de théologie pratique à l'Académie de Lausanne, 1851-83 et pasteur de 
cette ville de 1869-88. Il fut le dernier doyen de la Classe de Lausanne 
et le premier président du Synode et de la Commission synodale créés 
par la loi ecclésiastique de 1863. On a de lui un certain nombre de ser- 
pons imprimés. Il épousa à Bâle, le 16 janvier 1840, Charlotte Lin- 
der, fille de l'archidiacre Jean Linder et de Catherine Merian, de Bâle, 
morte à Lausanne en 1888. Cinq enfants (42-46). 

40. Henriette-Louise- Françoise-Delphine-Susanne (p. h., Del- 
phine), née à Lausanne le 1 er novembre 1806, morte le 29 mars 1888; 
épousa en 1831 Henri Ramuz, de Sullens, négociant. Pas d'enfants. 

41. François-Louis-Maurice-Henri (p. h. Henri), né à Lausanne 
le 21 octobre 1808, mort à Cheseaux le 14 juillet 1865. Etudia la théolo- 
gie à l'Académie de Lausanne; consacré en 1834; maître de la deuxième 
classe du Collège de Moudon, 1834-46 ; pasteur à Morrens, 1846-50 ; 
à Cheseaux, 1850-65. Il épousa le 10 novembre 1846 Esther-Louisa- 
Henriette-Elisabeth (p. h.,Louisa) Burnand, de Charles-Daniel et de 
Olympe Dutoit, de Moudon, née le 3 avril 1822, morte à Lausanne le 
21 décembre 1895. Deux fils (47 et 48). 

De Samson (39) et de Charlotte Linder ; 

XV 42. Henri-François-Emmanuel (p. h. Henri), né à Bâle le 2 jan- 
vier 1841, fit ses humanités dans cette ville et à Lausanne, étudia la 
théologie et la philologie orientale à Lausanne, Gœttingue et Berlin, 
1861-66 ; consacré en 1866 ; pasteur à l'Etivaz, 1867-1868 ; dès 1868, 
professeur d'exégèse de l'Ancien Testament à l'Académie de Lausanne ; 
. recteur de 1877-79 ; docteur en théologie honoris causa de l'université 
de Berne, 1891 ; membre de la Commission synodale de l'Eglise natio- 
nale, 1881-94 ; à deux reprises, président du Synode. Collaborateur dès 
1870 et l'un des directeurs, de 1879 à 1911, de la Revue de théologie et 
de philosophie. Il publia diverses monographies sur l'Ancien Testament, 
sur l'histoire de l'Académie et celle de l'Eglise du Pays de Vaud. Il 

GÉN. VAUD. II 3- 



250 



VUILLEUMIER 



épousa le 4 octobre 1870 Louise-Anna (p. h., Louise) Gaulis, de Lau- 
sanne, fille du notaire Louis Gaulis et d'Elisabeth Perret, morte le 28 
mars 1909. Onze enfants (49-59). 

43. Charles-Auguste (p. h. Charles), né à Bâle le 6 février 1842, 
y décédé le 7 juillet 1909. Comptable ; passa vingt-cinq ans dans la 
tannerie Boucheries, à Vevey ; se rendit à Bâle, fut employé de la 
« Baslerbaugesellschaft ». Il épousa à Vevey en '1876 Louise Fau- 
cherre, de Louis Faucherre allié Emery, de Moudon. Un fils (60). 

44. Lucie-Anne (p. h. Lucie), née à Bâle le 5 février 1843, épousa 
je 2 août 1864 le pasteur César Curghod, fils du pasteur Antoine Cur- 
chod et de Charlotte Chavannes, de Crissier et Lausanne. Deux fils. 

45. Marie-Elisabeth dite Elisa, née à Chesalles le 6 février 1846, 
épousa le 7 août 1868 le pasteur Louis Leresghe, fils du pasteur Henri 
Leresche et de Marianne Chappuis, de Ballaigues et Lausanne. Pas d'en- 
fants. 

46. Marie-Susanne-Sophie (p. h. Marie), née à Lausanne le 5 février 
1854, morte le 30 octobre 1861. 

De Henri (41) et de Louisa Burnand : 

47. Samson-Rodolphe-Maurice (p. h, Maurice), né à Morrens le 
24 février 1850, mort à Cheseaux le 25 novembre 1851. 

48. Louis-Samson-Auguste (p. h. Auguste), né à Cheseaux le 
28 janvier 1853 ; étudia la théologie à Lausanne, Paris et Erlangen ; 
consacré en 1877 ; pasteur à Mézières (Vaud) de 1879-87, à Assens 
dès 1887. Délégué au Synode de l'Eglise nationale pendant plusieurs 
législatures. Il épousa à Genève, le 30 août 1882, Antoinette-.Marie- 
Renée (p. h. Renée) Howland, de New-York, née le 25 décembre 1857, 
morte en 1912, fille de William-Edgar Howland et d'Hortense de 
Laroche de Laperrière. Par son père elle descendait d'un des pèlerins 
anglais qui, fuyant les persécutions, s'embarquèrent sur le « May flower » 
et abordèrent en 1620 près du rocher de Plymouth ; et par sa mère de 
la sœur de Fouquet, surintendant des finances sous Louis XIV. Divorcés 
le 29 décembre 1891. Trois enfants (61 à 63). 

De Henri (42) et de Louise Gaulis : 

XVI 49. Paul, né à Lausanne le 3 août 1871 ; fit des études de médecine 
dans cette ville, à Berne, Wûrzbourg et Strasbourg ; docteur en 1897 ; 
s'établit à Territet en 1900. Président du Conseil communal des Planches- 



VUILLEUMIER 



251 



Montreux dès 1908. Epousa à Bâle, le 12 juillet 1900, Rose-Marie 
Grossmann, dite Runi, fille de Conrad et de Marguerite Mislap, de 
Hôngg (Zurich). Deux enfants (64 et 65). 

50. Eugène, né à Lausanne le 24 octobre 1872 ; étudia le droit dans 
cette ville et à Berlin. Docteur en droit, 1898. Avocat, 1900, dans l'étude 
de MM. Boiceau et Bourgeois. Secrétaire français du Tribunal fédéral, 
1904-1908 ; dès cette date, juge au Tribunal cantonal qu'il présida en 
1911. Adjudant du 3 e régiment d'infanterie pendant quatre ans ; cinq ans 
à .l'état-major général avec le grade de capitaine; promu major d'infan- 
terie en 1908, commanda le bataillon de fusiliers 1 de 1908 à 1912 ; 
réintégré le 1 er avril 1912 dans l'état-major général; promu lieutenant- 
colonel le 31 décembre 1913 et nommé commandant du régiment d'infan- 
terie de montagne 6 (Valais). Il épousa à Vevey, le 12 mars 1907, Louise- 
Francisca Mayor, fille d'Auguste et d'Annette-Emma Galley, de 
Mollens. Deux filles (66 et 67). 

51. Gertrude, née à Lausanne le 1 er juillet 1874. 

52. César, né à Lausanne le 24 juillet 1876. Architecte diplômé du 
Polytechnicum de Zurich, 1899. Epousa à Paris, en décembre 1907, 
Marie-Louise Seydoux, fille d'Isidore et de Judith Roullier, du canton 
de Fribourg. 

53. Marguerite-Elisabeth (prénom habituel Marguerite), née à Lau- 
sanne le 17 mars 1878. 

54. Jeanne, née à Lausanne le 25 juillet 1879. Epousa, le 5 mai 
1911, Othmar Dufour, médecin oculiste, fils du docteur Marc Dufour 
et de Marie Blumer, du Châtelard, bourgeoisie d'honneur de Lausanne. 

55. Marie, née à Lausanne le 7 août 1880. 

56. Maurice, né le 19 juillet 1881 ; étudia la théologie à Lausanne, 
Berlin et Paris ; consacré en 1905 ; pasteur à Chesalles, près Moudon, 
dès 1907. Epousa, le 16 juillet 1907, Hélène Demiéville, fille du D r et 
professeur Paul Demiéville et d'Annette Manuel, de Palézieux. Deux 
-enfants (68 et 69). 

57. Victor, né à Lausanne le 2 novembre 1882 ; fit dans cette ville 
des études de chimie. D r ès sciences en 1909. Chimiste à Bâle. Epousa 
à Nyon, le 21 septembre 1912, Violette Baup, née le 26 avril 1887, 
fille de feu Alphonse-Henri et de feue Juliette Racine, de Vevey et Coin- 
sins. Une fille (70). 

58. Louis, né le 2 mars 1885 ; étudia la théologie à Lausanne. Licen- 
cié en 1909. Il se voua à la pédagogie. 



252 VUILLEUMIER 

59. Henri, né le 1 er août 1886; fit des études de médecine à l'uni- 
versité de Lausanne et à Munich. Diplômé en 1911. 

De Charles (43) et de Louise Faucherre : 

60. Félix-Henri-Maurice (p. h. Félix), né à Vevey le 29 mai 1877 ; 
électricien diplômé du Technicum de Bienne, 1901 ; domicilié à Bâle. 

De Auguste (48) et de Renée Howland : 

61. Alfred-William-Edgar (p. h. Edgar), né à Mézières le 11 février 
1884. Domicilié à Los Angeles (Californie). Epousa à Portland (Orégon), 
le 10 novembre 1910, Viva Drahe, fille de feu William Drahe, allié 
Felker. Un fils (71). 

62. Yvonne, née à Assens le 14 mai 1887. 

63. Odette-Lucie (p. h. Odette), née à Assens le 1 er juin 1890. 

De Paul (49) et de Rose-Marie Grossmann : 

XVII 64. Robert-Paul (p. h. Robert), né à Territet le 11 mai 1903. 

65. Marguerite-Claire (p. h. Marguerite), née à Territet le 1 er février 
1905. 

De Eugène (50) et de Francisca Mayor : 

66. Germaine-Emma (p. h. Germaine), née à Lausanne le 4 février 
1908. 

67. Isabelle, née à Lausanne le 26 novembre 1912. 

De Maurice (56) et de Hélène Demiéville : 

68. Madeleine, née à Lausanne le 10 septembre 1908. 

69. Pierre, né à Chesalles sur Moudon le 21 août 1912. 

De Victor (57) et de Violette Baup : 

70. Andrée-Violette (p. h. Andrée), née à Bâle le 18 septembre 1913. 

De Edgar (61) et de Viva Drahe: 

71. Auguste-William-Edgar (p. h. Edgar), né à Los Angeles (Cali- 
fornie) le 24 septembre 1911. 

A. Vuilleumier, pasteur.